MENFP/ Uniforme unique

Les importateurs de tissus avaient amplement de temps pour s'ajuster, selon le ministre Nesmy Manigat

Publié le 2015-04-06 | lenouvelliste.com

Le ministère de l'Éducation nationale et de la Formation professionnelle persiste et signe. La décision d'exiger le port d'un uniforme unique par les écoles publiques à partir de la prochaine rentrée académique est maintenue. Le ministre Nesmy Manigat n'entend pas céder aux cris de certains importateurs de tissus et d' autres agents économiques du pays impliqués dans la confection des uniformes qui s'estiment lésés par la décision de l'État haïtien. Ces entrepreneurs avaient la semaine dernière, dans une note collective, exprimé leurs préoccupations par rapport à l'application d'une telle mesure. Il serait, selon eux, impossible de mettre en application une telle mesure pour la prochaine rentrée scolaire qui aura lieu dans 6 mois. Ils avaient expliqué que tout le matériel prévu pour la confection des uniformes pour l'année scolaire 2015¬2016 est déjà disponible ou en commande irréversible, en fonction des couleurs habituelles utilisées par les lycées, pour livraison au cours des prochaines semaines tout en précisant que cette décision prise sans les avoir consultés pourrait provoquer des pertes évaluées à plusieurs millions de dollars. Cette décision ne devrait pas surprendre les importateurs ni les confectionneurs d'uniformes, se défend Nesmy Manigat précisant que cette mesure a été annoncée, il y a plusieurs mois. «Ils avaient amplement de temps devant eux. Le 5 novembre 2014, lors d'un Conseil de gouvernement portant spécialement sur l'éducation et qui a été retransmis en direct sur plusieurs médias de la capitale, des villes de province et même de la diaspora, le Premier ministre de l'époque et moi avions annoncé publiquement qu'à compter de l'année académique 2015-2016, les écoles publiques porteront le même uniforme», rappelle le titulaire du MENFP estimant que ces entrepreneurs ne devraient pas attendre jusqu'à ce que l'arrêté soit publié la semaine dernière pour s'y ajuster. Le ministre Nesmy Manigat informe en autre avoir reconfirmé cette décision chaque fois qu'il avait été invité à un forum du secteur privé. Les échos des préoccupations du groupe d'importateurs de tissus et des agents économiques impliqués dans la confection d'uniforme parvenus dans la presse ne s'inscriraient tout simplement que dans le cadre de lobbies de certains grands opérateurs, selon le ministre. Ces derniers, explique Nesmy Manigat, souhaitent que ce soient les couleurs des stocks dont ils disposent qui soient adoptées. Ils ne remettent pas en question l'importance ni l'opportunité de la décision du ministère, avance Nesmy Manigat pour justifier son analyse. Nesmy Manigat a encore une fois rappelé que la décision d'exiger le port d'un uniforme unique à tous les élèves des écoles publiques va contribuer à faire baisser les prix des tissus au profit des parents. Elle aura aussi le mérite, vante le ministre, d'apporter une réponse à nos problèmes d'inclusion, de mixité et de disparité sociale. Quant aux arguments des entrepreneurs selon lesquels ils risquent de perdre des millions de dollars, le minister, qui se dit ouvert au dialogue, a émis des réserves. «Je suis prêt à discuter avec ces entreprises afin qu'elles puissent démontrer preuve à l'appui qu'elles vont subir des pertes à cause de cette decision», a lancé le ministre soulignant que, pour le moment, cette mesure concerne seulement 35 à 45% des 3 millions d'élèves en Haïti . Il pense que si les craintes sont fondées, l'Etat pourra toujours adopter des mesures fiscales au profit de ces commerçants concernés. Nesmy Manigat promet de révéler cette semaine les couleurs qui seront retenues dans le cadre de la décision de l'État haïtien. De nombreuses séances de travail ont déjà été réalisées avec des responsables de lycées, d'élèves, des parents d'élèves en ce sens, selon le ministre soulignant que les élèves porteront des insignes en vue de distinguer chaque établissement.


Réagir à cet article