Philippe Attié et Thierry Barthole : l’entente secrète

Philippe Attié/Thierry Barthole est une combinaison qui n’aurait peut-être pas fonctionné autant en dehors du thème même de cette exposition, tant le propos de l’un accuse celui de l’autre, dans leur provocation des altérations de l’état émotionnel.

Jean Emmanuel Jacquet
jacquetvre@gmail.com
Par Jean Emmanuel Jacquet jacquetvre@gmail.com
12 déc. 2014 | Lecture : 3 min.
Philippe Attié/Thierry Barthole est une combinaison qui n’aurait peut-être pas fonctionné autant en dehors du thème même de cette exposition, tant le propos de l’un accuse celui de l’autre, dans leur provocation des altérations de l’état émotionnel. Mais elle fait fonctionner une peinture qui pendant trop longtemps a représenté la figure humaine comme frappée de « misérabilisme et de maladresse », pour reprendre des termes de Rémi Azémar. Une exposition forte, un échange d’idéal qui fait disparaître le corps en tant qu’image, mais appréciable
CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX INSCRITS

Inscrivez-vous gratuitement

Il vous reste 85% à découvrir. Inscrivez vous pour lire la suite de cet article.

Réagir à cet article

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Pas de commentaire

Les commentaires sont ouverts à tous les inscrits. Ils font l'objet de modération. Ils seront supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte .

Réservé aux inscrits

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.