Cri d’alarme des expropriés du centre-ville à l’occasion de la rentrée des classes

Réunis autour du Regroupement des citoyens du centre-ville (RCCV), une cinquantaine de riverains, « victimes de l’expropriation forcée » au centre-ville, ont élevé leurs voix, ce mercredi, pour exiger, une fois de plus, justice et réparation. Le secrétaire exécutif du bureau placé pour recevoir leurs doléances leur demande de continuer à déposer leur dossier au complet au bureau pour les suites nécessaires.

Bertrand Mercéus
Par Bertrand Mercéus
10 sept. 2014 | Lecture : 4 min.
Une petite table et trois chaises installées sous des arbres au beau milieu des gravats à la rue de la Réunion, c’est dans ce décor, dans cette salle de conférence peu commode, que des expropriés du centre-ville ont reçu la presse, ce mercredi, pour faire passer leurs doléances. Ils sont une cinquantaine, majoritairement des femmes et une douzaine d’enfants qui ne savent pas encore si leur rentrée scolaire se fera le 15 septembre, le mois prochain ou l’année prochaine. Ils se présentent tous comme des propriétaires ou des locataires qui vivaie
CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX INSCRITS

Inscrivez-vous gratuitement

Il vous reste 85% à découvrir. Inscrivez vous pour lire la suite de cet article.

Réagir à cet article

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Pas de commentaire

Les commentaires sont ouverts à tous les inscrits. Ils font l'objet de modération. Ils seront supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte .

Réservé aux inscrits

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.