Les Trois moustiquaires...

Ce printemps, le chikungunya, une maladie virale grave, transmise par des moustiques, s’est abattue sur Haïti. Comme il n'y a pas de vaccin protecteur, la priorité est le contrôle et la réduction de l'habitat des moustiques, et les risques de piqûres à la population. Ce message, qui rend hommage à Alexandre Dumas, père, (1802-1870), dramaturge, historien et auteur d’origine haïtienne, démontre la volonté, le savoir-faire et les ressources des Haïtiens pour combattre le virus.

Trois moustiques La scène se passe sur la côte nord d'Haïti, à Caracol, à quatre heures de voiture de Port-au-Prince et à moins de deux heures de vol de Miami. Trois moustiques du genre Aèdes - Lancette, Piquette et Sanguette - passent à travers une fenêtre d’une d’usine bondée de couturières de T-shirts. Les insectes repèrent des centaines de paires de longs bras noirs nus et appétissants qui se déplacent rythmiquement en avant et en arrière. Perpendiculairement, entre chaque paire de bras, scintillait le pouls rapide d’aiguilles miroitan
CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX INSCRITS

Inscrivez-vous gratuitement

Il vous reste 85% à découvrir. Inscrivez vous pour lire la suite de cet article.

Réagir à cet article

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Pas de commentaire

Les commentaires sont ouverts à tous les inscrits. Ils font l'objet de modération. Ils seront supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte .

Réservé aux inscrits

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.