Journée d'enfer dans deux lycées au Cap-Haïtien

Des dizaines de lycéens admis d'urgence à l'hôpital ; d'autres indignés gagnent les rues et cassent tout sur leur passage ; des écoles privées prises pour cibles par les manifestants ; situation de panique au Cap-Haïtien. Aucune arrestation. La police dit enquêter sur le mouvement qui vise la tête de Justin Métellus à la direction départementale du MENFP.

Gérard Maxineau
gedemax@yahoo.fr
Twitter: @gedemax
Par Gérard Maxineau gedemax@yahoo.fr Twitter: @gedemax
28 oct. 2013 | Lecture : 2 min.
Des individus non identifiés ont lancé, ce lundi, des bombonnes de gaz lacrymogène, dans les lycées Philippe Guerrier et Jean-Baptiste Dudy Boukman provoquant un grand mouvement de panique dans ces établissements. Des dizaines de lycéens ont, par la suite, été admis d'urgence à l'hôpital universitaire Justinien, après avoir inhalé des gaz toxiques venant de l'explosion des grenades lacrymogènes. Si aucun mort n'est à déplorer, les responsables du principal centre d'hospitalisation du département ont dénombré, à la mi-journée, cinq blessés
CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX INSCRITS

Inscrivez-vous gratuitement

Il vous reste 85% à découvrir. Inscrivez vous pour lire la suite de cet article.

Réagir à cet article

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Pas de commentaire

Les commentaires sont ouverts à tous les inscrits. Ils font l'objet de modération. Ils seront supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte .

Réservé aux inscrits

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.