Petite victoire de la diplomatie haïtienne

Publié le 2013-10-21 | Le Nouvelliste

Le chancelier haïtien Pierre-Richard Casimir a obtenu gain de cause lors de sa visite effectuée la semaine dernière dans plusieurs pays de la région à propos de l'arrêt de la Cour constitutionnelle dominicaine. Du lundi 14 au dimanche 20 octobre en cours, le ministre des Affaires étrangères s'est rendu respectivement à Trinidad and Tobago, à Surinam ainsi qu'à Guyana pour sensibiliser les dirigeants de la Caricom, d'une part, et les gouvernements des pays de la région, d'autre part, aux fins de prendre position contre cet arrêt rendu de l'autre côté de la frontière. Sans vouloir condamner nos voisins dominicains, la Caricom a exprimé ses appréhensions quant à l'application de cet arrêt sur les 210 000 Dominicains d'origine haïtienne qui ont contribué à la prospérité de leur pays et qui maintenant peuvent être considérés comme des apatrides si cet arrêt devrait être appliqué. Des réactions en chaîne ont fait la une des médias de différents pays de la Caraïbe, condamnant l'arrêt de la Cour constitutionnelle dominicaine. L'ex-Premier ministre de la Jamaïque Percival Paterson, le Premier ministre de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Ralph E. Gonsalves, et le Premier ministre de Trinidad and Tobago, Kalma Persad-Bissessar, ont tous qualifié la décision de discriminatoire. Timidement, les médias nord-américains commencent à se pencher sur l'arrêt de la Cour constitutionnelle. Traditionnellement, ces médias présentent toujours l'image positive de la république voisine au détriment de celle d'Haïti toujours ternie à volonté. Le Miami Herald, dans sa livraison de samedi, n'a pas manqué de poser le problème de cet arrêt ; le New York Times ainsi que le quotidien Métro de Montréal ont commenté la décision de la Cour constitutionnelle dominicaine comme une grande première. Si la diplomatie haïtienne a triomphé dans la région, telle n'est peut-être pas le cas pour les Etats-Unis et le Canada. L'investissement massif américain dans le pays de Juan Pablo Duarte ne va pas permettre à l'administration Obama de condamner l'arrêt de la Cour constitutionnelle dominicaine, mettant le gouvernement Medina sur la sellette. La plus grande démocratie du monde se voit contrainte de ne pas se prononcer sur un cas grave de violation de droits humains en raison des intérêts économiques de la plupart de ses ressortissants. Le gouvernement canadien ne va pas, sans nul doute, condamner la République dominicaine par rapport à cette décision discriminatoire. En dépit des articles et des reportages de médias canadiens, il sera difficile pour Haïti d'obtenir le support de ces pays qui n'ont jamais condamné dans le passé les graves violations des droits humains commises de l'autre côté de la frontière. Après les pays de la Caricom, Haïti doit continuer à chercher le support des pays de l'Amérique latine pour obtenir le retrait de cet arrêt scélérat.
Lemoine Bonneau lbonneau@lenouvelliste.com Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".