Quelles sont les priorités du moment ?

Publié le 2013-10-08 | Le Nouvelliste

Une folle semaine s'achève à peine qu'une nouvelle s'installe. Le Collège transitoire du Conseil électoral permanent a sorti un pré-calendrier électoral sans dire pour qui et pour combien de postes les élections se feront en janvier 2014. La manoeuvre a toutes les apparences d'une fuite en avant ou d'un lancer de dés. Elle a eu l'effet surprise de porter les sénateurs à voter à l'unanimité la loi électorale en y enlevant tout ce que les députés avaient tricoté. Le Sénat est dans l'opposition totale au régime Tèt kale, les députés dans l'accommodement parfait avec Michel Martelly et les siens qui font campagne sur tout le territoire et multiplient les rencontres avec les formations politiques, nouent ses alliances pour bientôt donner naissance à des plateformes électorales. Si le président continue de promouvoir le dialogue, de chercher des alliés, de parcourir le pays, il n'a toujours pas convoqué le Parlement à l'extraordinaire pour voter la loi électorale ni réussi à initier le dialogue avec les pires récalcitrants. Pendant ce temps, le CTCEP s'active. Martelly va-t-il sauter l'obstacle, le contourner ou réussir à réduire à la portion congrue ses adversaires avant les élections ? Le budget 2012-2013 a été finalement reconduit. Le gouvernement Lamothe n'avait pas le choix. Le Sénat, encore lui, avait rejeté les recommandations positives du rapport d'analyse des lois de finances. Pour une fois, l'Etat allait réduire son train de vie, allait tenter d'introduire des mesures pour supporter concrètement la production nationale, payer rubis sur l'ongle aux ministères politiques et verser un pactole à la présidence. Le mélange n'a pas plu aux honorables sénateurs. La veille de l'évitement de la crise budgétaire, le président Michel Martelly mettait les pieds dans le plat et refusait de sortir l'arrêté officialisant la nouvelle composition de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif. La lettre que le président du Sénat a adressée au président est sévère. Le flou persiste cependant: qui a légalement autorité pour contrôler l'exécution des dépenses publiques aujourd'hui ? Les conseillers de la Cour des comptes en poste n'ont plus de mandat, les nouveaux élus ne sont pas en fonction. Pris dans nos petites affaires, une brique venue de l'autre côté de la frontière nous a assommés. La Cour constitutionnelle de la République dominicaine, par une décision surprenante, veut enlever la nationalité dominicaine aux citoyens dominicains descendant de parents d'origine haïtienne. Ne se contentant pas de disposer pour l'avenir, la décision remonte le temps et s'impose à ceux nés depuis 1929. Haïti a le choix de laisser ses voisins s'empêtrer dans une révoltante abomination ou prendre sa part de l'affaire et alléger le fardeau. La République dominicaine, dans cette affaire de nationalité, ourdit depuis des années un scénario d'exclusion que bien plus de monde que les Haïtiens ne veulent admettre supporte. En RD, il y a une préoccupation réelle de prendre des précautions à l'encontre de ceux dont ils ne veulent pas, en premier chef les nôtres, mais aussi certains des leurs. Quelle que soit l'issue - légale, diplomatique ou politique de cette affaire - la cicatrice restera. Sur l'île, cet oiseau dont les deux peuples sont les deux ailes, se tisse un lacs d'irréversibilités, qui accule vers un précipice les plus faibles.
Frantz Duval duval@lenouvelliste.com Twitter:@Frantzduval Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".