Rosette présidentielle

Publié le 2013-10-01 | Le Nouvelliste

Rodrigue Lalanne, ancien de Télé-Haïti, l'un des plus anciens journalistes reporters d'image de la profession, homme calme et pondéré, a été physiquement agressé par un agent de la garde rapprochée du président Michel Martelly ce mardi. Les images disponibles montrent une situation au demeurant calme quand soudain un garde du corps frappe le journaliste au cou. Le coup porté au confrère par l'agent en civil, « une rosette » comme le nomment les Haïtiens, aurait pu lui être fatal. C'est la trachée artère du journaliste qui a été visée par un homme expérimenté, formé à l'art de « maîtriser » ses cibles. Ce n'est pas la première fois que des journalistes, invités par la présidence, dûment identifiés, embarqués dans un cortège présidentiel, se font malmener. Il y a eu de nombreux exemples dans le passé. Lors des déplacements du président de la République, les agents de sécurité, dans le cadre de leurs responsabilités, sont souvent sur le qui-vive et les journalistes, faisant leur travail, rarement assimilés à des éléments amis ou neutres, quelle que soit l'obédience des médias qu'ils représentent. Dans le chaud de l'action, la bousculade est le moindre mal, l'agression physique de ce mardi laisse cependant craindre le pire. A l'école République des Etats-Unis d'Amérique à Bois-Patate, la presse rassemblée à l'invitation des autorités avait hâte de rencontrer le chef de l'Etat. Cette agression a tout changé. Le président Michel Martelly revenait d'une longue tournée dans le Sud du pays qui ne s'est pas déroulée comme sur du velours. Il effectuait sa première sortie après les manifestations de l'opposition qui réclame son départ et de Lavalas qui commémorait les 22 ans du coup d'Etat militaire du 30 septembre 1991. Les journalistes avaient plein de questions pour lui. Parmi ses pairs, Rodrigue Lalanne, sans agressivité, essayait d'avoir le mot du président Martelly sur la décision de la Cour constitutionnelle de la République dominicaine visant à priver une partie des Dominicains d'origine haïtienne de leur nationalité. Lalanne et tout le pays, qui brûlent de connaître l'opinion du président, ont été rabroués, violentés, réduits au silence. Dire que tout s'est passé dans l'enceinte d'une école primaire, que l'objet de l'invitation était de parler de la rentrée des classes. Une bonne occasion de perdue. Faut-il avoir peur de poser les bonnes questions au chef de l'Etat ? NON. Faut-il souligner que Rodrique Lalanne est un journaliste de Radio Télé Kiskeya ? NON. Qu'importe qu'il soit de Radio Télé Kiskeya, faut-il même dire. Tous les journalistes ont reçu la rosette présidentielle ce mardi.
Frantz Duval duval@lenouvelliste.com Twitter:@Frantzduval Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".