Chefs, mon assiette fait les frais

Publié le 2013-09-19 | Le Nouvelliste

Il y a quelques semaines, d'interviews en conférences de presse, les autorités financières ont mouillé leurs chemises pour défendre le projet de budget 2013-2014, battu en brèche par des économistes et certains sénateurs de l'opposition. Le quidam, en général intéressé au sport et à la politique, parlait finance, fiscalité. De nouvelles taxes, celle de 10 000 gourdes sur le passeport de 10 ans, celle sur l'abattage d'animaux, le 0,6 % de la valeur vénale à verser chaque année sur les propriétés non bâties en zone urbaine, l'ont fait sortir de ses gonds. Cette sourde colère s'est amplifiée quand une plus large frange de l'opinion a été mise au parfum des allocations budgétaires importantes destinées à des ministères politiques, à la présidence, en pleine année électorale. De nombreux citoyens, sans prendre en compte les arguments des chefs du Ministère de l'Economie et des finances (MEF), se sont forgé une opinion largement répandue dans la presse : « Nous sommes grugés pour que les chefs puissent continuer à mener un train de vie au-dessus des moyens d'un Etat pauvre ». Difficile, dans ces conditions, de convaincre de l'utilité « des bonnes mesures » que comporte cette loi. On s'en moque ou presque que le texte propose de stabiliser le taux de change, de protéger la production nationale en augmentant les tarifs douaniers sur cinq cents produits, de mettre en oeuvre près d'une cinquantaine de mesures pour stimuler la croissance économique. Le destin de ce projet de loi de finances, pour certains, était scellé : poubelle. Cependant, au Sénat, la commission Economie et Finances a passé ce projet de loi au peigne fin. Elle a, dans les premiers jours du mois de septembre, effectué plusieurs amendements avec lesquels le MEF ne serait pas en désaccord. A ce niveau, est-ce que tout est en place pour achever la procédure du vote de ce budget, comme tracée par la Constitution ? C'est là que le bât blesse. L'assemblée des sénateurs n'a pas encore voté le texte rendu relativement « potable » par les amendements de la commission Privert, à onze jours du début de la nouvelle année fiscale, le 1er octobre. Même si les sénateurs s'exécutent dans les jours qui viennent, il faudra que le président Michel Joseph Martelly convoque à l'extraordinaire les députés qui devront voter le projet de loi de finances 2013-2014 dans les mêmes termes que le Sénat. Au train où ça va, le budget a très peu de chances d'être voté à temps. Le 1er octobre, le budget du précédent exercice a une très forte probabilité d'être reconduit. De ce côté-là, Haïti sera encore critiquée. C'est un indicateur de mauvaise gouvernance, de faiblesse du management public. Une note peu réjouissante qui ne fera rougir aucun de nos chefs. Rien de nouveau sous le soleil d'Haïti. Ce qui embête cependant, c'est l'anticipation de certains acteurs économiques, des importateurs, par rapport à la hausse de certains tarifs douaniers non encore votés. On ajuste. Dans les grandes surfaces, ce ne sont pas uniquement les consommateurs de produits de luxe qui casquent. Les prix d'autres produits, du jour au lendemain, ont augmenté entre fin août et mi-septembre. Sans explication. Ici où le pouvoir d'achat des ménages est déjà faible, on paie le prix d'une anticipation provoquée par des acteurs politiques parfois plus comédiens qu'autre chose. Heureusement qu'ils mangent, boivent.... Comme ça, ils verront peut-être les effets inflationnistes d'une mesure non votée dans une économie diablement capitaliste, faiblement régulée par l'Etat. D'ici là, ce petit rappel console : Chers chefs, mon assiette fait les frais.
Roberson Alphonse roberson_alphonse@yahoo.com Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".