Open à tout

Publié le 2013-09-16 | Le Nouvelliste

Sur la route nationale numéro 2, à hauteur de Petit- Goâve, une bande armée impose sa loi. Depuis plusieurs semaines, certains de ses éléments descendent des collines de Maro, attaquent des automobilistes, volent tout ce qu'ils peuvent emporter. Bijoux, argent, laptops, armes. Vendredi dernier, la publicité autour de ces individus connectés à des politiques dans la région des Palmes s'est amplifiée. Ils ont blessé un cameraman de Radio télé Scoop à la tête et tiré en direction du journaliste Gary Pierre Paul Charles, sorti indemne de cette attaque. Ce lundi, ils ont récidivé. Pour la énième fois. A ce stade, pas la peine de forcer sur les traits. Dans le « pays open for business », cela fait bazar qu'une bande armée impose sa loi et ridiculise les forces de l'ordre, incapables jusqu'ici de la mettre hors d'état de nuire. Entre-temps, les gens d'affaires, les tours opérateurs, les hôteliers... rongent leur frein d'impatience et d'inquiétude. Cette artère, pour être sûr qu'on ne l'oublie pas, mène au grand Sud, une destination touristique promue par le gouvernement de Lamothe et la très dynamique ministre du Tourisme Stéphanie B. Villedrouin. Un département où des millions de dollars sont alloués à des projets d'infrastructures aéroportuaires aux Cayes et à Ile-à-Vache. Si sur papier glacé, les plages de l'Ile-à-Vache, de Port-Salut sont jolies, le sont-elles assez pour inciter à l'excursion ces jours-ci ? La réponse est non, reconnaitrait n'importe quel hôtelier soucieux d'abord et avant tout de la sécurité de son client. Sans hôpital de référence en cas d'accident sur la nationale numéro 2, sans service de secours d'urgence, cette région et le pays étaient suffisamment mal lotis dans les avis aux voyageurs du département d'Etat pour avoir sur le dos ces temps-ci cette bande armée. Des bandits connectés à des hommes politiques, qui plus est, même si ce n'est pas nouveau ici où l'on semble être « open à tout ». Sans que la puissance publique ne soit capable d'y mettre un frein. Soit à cause de son impuissance, soit à cause d'obscurs intérêts politiques.
Roberson Alphonse Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".