Les Grandes Dames de la Musique Haïtienne

PUBLIÉ 2013-09-03
"Ceci n'est pas vraiment un livre, ni un recueil, non plus qu'un répertoire exhaustif des musiciens d'Haïti. Tout au plus une séries de portraits illustrs, en hommage aux femmes de mon pays. Une manière de les saluer toutes à travers celles qui, dans une société patriarcale, ont osé briser le carcan familial et le qu'en-dira-t-on pour se consacrer, partiellement ou totalement, à l'art", précise Ralph Boncy.


Le vendredi 30 août 2013 a eu lieu la vente-signature du tout premier volume de l'oeuvre « Les grandes dames de la musique haïtienne ». La fondation Haïti Jazz avait choisi Ralph Boncy, auteur, compositeur et producteur, pour lui confier la rédaction de cet ouvrage. Ce livre honore 37 femmes de la musique qui ont évolué ou évoluent ici ou ailleurs. Bon nombre de personnalités ont apporté leur contribution à cette réalisation surtout Marie Laurence Jocelyn Lassègue qui a écrit la préface du livre. Ce volume, qui ne sera pas le seul (car l'auteur annonce déjà une suite), est un ouvrage de référence. Le lire, c'est presque revivre l'existence inoubliable de ces femmes. De 1903 à nos jours, Ralph Boncy classe les dames par catégories. Quinze incontournables Grandes Dames, dix voix de la diaspora, six promesses et six autres tout à fait remarquables, voilà l'essence de la réalisation. Le musicien-écrivain saisit l'occasion pour faire une bibliographie et mentionner les dates marquantes de la vie de chacune de ces figures. Leur parcours, les travaux qu'elles ont déjà réalisés et que certaines continueront sans doute à accomplir. Les grandes dames Retenez Lina Marthon Blanchet, Andrée Gauthier Canez, Carmen Brouard, Lumane Casimir, Martha Jean-Claude, Émerante de Pradines, Micheline Laudun Denis, Toto Bissainthe, Claudette Pierre-Louis, Cornelia « Ti Corn » Schutt, Carole Démesmin, Farah Juste, Yole Dérose, Mimerose « Manzè » Beaubrun et Emeline Michel. Elles ont su nous marquer leur temps par leur voix, leur talent, leurs textes, leur personnalité. Ces dames restent et demeurent une source d'inspiration et des modèles pour les femmes haïtiennes. Dans cette liste, retenons deux des plus remarquables : Yole Dérose, la « belle des dames ». Elle est un symbole de détermination, de courage, de dynamisme et du beau par sa classe, sa simplicité et sa féminité. Femme des défis, elle impose le respect et inspire l'amour. Voici, en très peu de mots, ce qui traduit la personnalité de cette grande femme admirée et qui s'est taillé une place de choix dans le coeur d'Haïti. Ensuite vient Emeline Michel, la "plus grande des dames". Reine de la chanson haïtienne, autant de titres pour qualifier cette artiste polyvalente, chanteuse et danseuse accomplie, auteure et productrice. Chantant aussi bien en français qu'en créole, elle a émergé en tant que porte-flambeau de la chanson créole. Elle vient de sortir son neuvième album. Elle est la plus petite des dames mais elle représente la plus grande des dames car c'est elle, et elle seule, qui a su totaliser neuf albums. L'auteur cite son nom dans l'avant-propos du livre parce qu'il a partagé sa vie et son travail avec l'artiste. La diaspora La diaspora, quant à elle, compte dix voix inimitables : Andrée Lescot, Fédia Laguerre, Dominique « Joyshanti » Sylvain, Régine Chassagne, Misty Jean, Céline Mc Lorin Salvant, Pauline Jean, Stéphane Moraille, Mélissa Laveaux, et Jenny « J.Kyll » Salvador. Les promesses Les présentation détaillées promises pour le prochain volume sont au nombre de six. Ce sont celles des femmes suivantes : Stéphanie « Tifane » Séjour, Sara Rénélik, Vanessa Jacquemin, Renette Désir, Tamara Suffren et Eunide « Princess Eud » Edouard. Ces jeunes et talentueuses chanteuses promettent un jour d'être parmi les grandes dames. Et elles y travaillent d'arrache-pied. Et aussi... Nicolas Saint-Victor, Gina Dupervil, Lunise Morse, Barbara Guillaume, Mélanie Charles et Florence « Zshea » Caze font partie de la catégorie « Et aussi ». Cette catégorie présente les femmes qui n'ont pas forcément d'enregistrement ou de prestations à leur actif. Leur présence dans ce chapitre du livre est due à leurs connaissances musicales, leur pédagogie, leurs messages ou leurs atours à la musique haïtienne. Le choix n'a pas du tout été facile pour l'auteur pour mettre ces dames dans cet ouvrage. C'est pour cette raison que Ralph souhaite avoir un deuxième et un troisième volume. L'auteur, en quatre chapitres, nous parle de la beauté au sens large et de son impact sur la musique dans la société. C'est un livre certes dense mais bien construit pour éviter de se perdre dans l'avalanche des sujets abordés. Chaque chapitre est quasiment indépendant et constitue une déclinaison du thème général. L'ouvrage « Grandes dames de la musique haïtienne » a été écrit grâce au support financier du programme Arcades, de l'Union Européenne et du ministère de la Culture et aux partenariats de la Fondation Canez Auguste, du CIDIHCA et de Ayiti Mizik.

Dorine Jeanty jeantydorine@hotmail.com



Réagir à cet article