Jeux de hasard

La Loterie de l'Etat haïtien prête à reprendre service

Ou ka leve atè a ! Se jwe pou w jwe, lit-on à la principale porte d'entrée de la Loterie de l'Etat haïtien à la rue Pacot, à Port-au-Prince. Ici, l'ambition commerciale y est clairement affichée. Pourtant, ce n'est pas la seule mission de cette institution. Entre régulation et opération commerciale, la Loterie de l'Etat haïtien s'apprête à rouvrir ses portes après 14 ans d'hibernation. La Loterie espère dialoguer avec tous les acteurs du secteur des jeux de hasard, pour assainir ce secteur qui en a grandement besoin.

Publié le 2013-06-26 | lenouvelliste.com

Depuis le retour de la Loterie de l'Etat haïtien en Août 2012, l'institution avait toutes les peines à annoncer ce retour dans la presse. Sans siège social et même pas un mobilier, ça ne roulait pas rond. 14 ans après sa fermeture, la Loterie, comme aime si bien l'appeler son directeur général, Jean Fritz Jean-Louis, est logée dans de beaux locaux dans les hauteurs de Port-au-Prince, à Pacot. Les quelques dizaines d'employés disséminés dans les bureaux de la Loterie de l'Etat haïtien préparent l'ouverture officielle le 2 juillet prochain. Ce mercredi 26 juin 2013, les ouvriers mettent la dernière main au bâtiment pour qu'il soit totalement prêt. Des coups de pinceaux sur la devanture, l'arrangement des mobiliers, la mise au point des climatiseurs, le directeur général qui porte une guayabera sombre frappée du logo de l'institution respire un peu. Il est même impatient de voir arriver le jour de l'inauguration des locaux de cette entreprise d'Etat. La Loterie de l'Etat haïtien est, pour ainsi dire, à la fois entreprise commerciale et régulatrice du secteur des jeux de hasard. Loin de la chaleur du centre-ville, dans le calme de sa cour boisée, Jean Fritz Jean Louis est fier de parcourir les couloirs de l'institution avec une mince poignée de journalistes. Il se souvient encore des durs moments pour aboutir à cette étape. Il tient à préciser : « Nous avons une première phase de régulation dans notre plan de relance et de restructuration. Une fois cette phase de régulation terminée, la Loterie va présenter de nouveaux produits dans une phase de développement institutionnel.» Jean Fritz Jean-Louis reconnaît que le secteur fait face à beaucoup de désordre. « Nous ne pouvons nous passer d'aucune association. Nous sommes conscient que l'Association nationale des tenanciers de borlette (ANTB) dispose d'un grand réseau de distribution dans tous les recoins du territoire », affirme-t-il en confiant qu'il a déjà eu plusieurs rencontres avec les responsables de cette association. Jean Fritz Jean-Louis indique que l'harmonie dans le secteur des jeux de hasard est un gage de réussite pour l'instance régulatrice et dans l'intérêt des consommateurs. « La Loterie va opérer suivant un processus clair, des méthodes transparentes comme cela se fait dans tous les pays », rassure le directeur général de la Loterie de l'Etat haïtien. Des calculs, des études dans ce domaine, la Loterie en a déjà faits, selon les dires de son directeur général qui confie que son plan d'affaires est bien ficelé. « Le secteur n'est pas nouveau dans le pays, nous sommes allés voir les statistiques. Et, sur l'aspect ludique, nous sommes en train d'approfondir une étude auprès de la population », ajoute Jean Fritz Jean-Louis qui annonce avec assurance que ses « produits seront commercialisés avant la fin de 2013.» Les grands tenanciers de borlette, les moyens et les petits de l'ANTB et des distributeurs indépendants disposent d'environ 30 000 points de vente sur le territoire, selon le DG de la Loterie de l'Etat haïtien. Le régulateur ne peut pas se passer d'un tel réseau, conclut le directeur général, tout en annonçant un train de mesures pour réglementer l'ensemble du secteur des jeux de hasard.
Dieudonné Joachim djoachim@lenouvelliste.com
Auteur


Réagir à cet article