Livres en folie

«Rien que pour un instant », pour se souvenir que le sida rôde autour de nous

Voilà un livre qui tombe à pic. Le mois de mai est aussi le mois du mémorial sida à la chandelle. Ceux qui sont fauchés par le VIH/Sida sont présents dans les esprits. Sérant, le journaliste militant de la cause du sida en Haiti, n'a rien oublié. «Rien que pour un instant» est le recueil de nouvelles de l'écrivain-journaliste Claude Bernard Sérant, publié à compte d'auteur en 2005. Un texte qui sera disponible à Livres en folie sur le stand de Communication plus.

Publié le 2013-05-16 | lenouvelliste.com

«Rien que pour un instant », paru sous les presses de l'Imprimeur II, est le deuxième livre de l'écrivain-journaliste Claude Bernard Sérant. Paru à compte d'auteur en juin 2005, puis réédité deux ans plus tard, ce recueil de nouvelles garde toute sa valeur. Il aborde, sous plusieurs facettes, la problématique du VIH/sida dans le monde. Les sept histoires qui le composent invitent le lecteur à jouir de toute une série de réflexions sur le syndrome immunodéficitaire acquis. Un recueil de nouvelles qui constitue pour Sérant la meilleure façon d'apporter sa contribution à la cause des personnes vivant avec le VIH/sida (PVVIH). Aussi veut-il continuer à inciter les gens à se protéger en adoptant les bonnes attitudes pour lutter contre cette pandémie ayant déjà fauché de nombreuses vies. Le premier texte qui ouvre ce recueil de nouvelles présente Sidibé Ibrahima, un jeune Ivoirien vivant avec le virus du sida. Malgré son délabrement physique, le jeune homme répand la joie autour de lui. Il n'est ni abattu ni anéanti par ce mal qui affaiblit son système immunitaire. Une force intérieure l'anime, le motive à redécouvrir toute la beauté de l'existence humaine, du sexe, en « posant les balises nécessaires à la préservation de la vie ». Depuis les cinq années qu'il prend ses antirétroviraux, il n'a de cesse de ridiculiser la maladie. Ibrahima s'est montré déterminé à « redessiner un nouveau visage du monde ». Sans s'en rendre compte, il devient philosophe et humoriste. Un matériau de travail de sensibilisation A travers ces pages, Claude Bernard Sérant nous livre à la fois son vécu de journaliste de terrain, sa sensibilité d'écrivain, ses rapports développés avec les personnes vivant avec le virus du sida et son souci de voir ce mal éradiquer à jamais. Mais par-dessus tout, l'humain en C.B.S., comme nous aimons l'appeler, nous aide à comprendre que la vie est un cadeau précieux. C'est par le rire et l'humour que l'auteur partage avec le lecteur son plus grand rêve : la fin de ce mal du temps. Un monde sans sida! Les sept nouvelles qu'il propose, les unes plus intéressantes que les autres, sont un hymne à la vie, un plaidoyer en faveur d'une attitude plus responsable face à ce virus intelligent qui a le pouvoir de muter. Ce recueil de nouvelles vient après les Solidays, grand évènement organisé sur le VIH/SIDA à Paris. Les séances de formation suivies à l'occasion, les rencontres qu'il a eues avec diverses associations de plusieurs pays qui militent pour faire échec au sida et surtout les témoignages récoltés durant son séjour en France ont constitué un leitmotiv pour C.B.S. Rentré à Port-au-Prince, il a décidé de faire un livre. Cet ouvrage est un vrai matériau de travail de sensibilisation, un guide pour les institutions qui accompagnent les jeunes. « Rien que pour un instant » est cette mosaïque de récits racontés sur un ton enjoué et ludique qui présente l'homme aux prises avec le syndrome d'immunodéficience acquise. Rappelons que Claude Bernard Sérant a publié également, à compte d'auteur, «Juste pour s'amuser», un recueil de textes humoristiques, et la « Soupe au giraumon de Grann Adé » (Édition du Collège Canapé Vert), qui allonge la liste des livres de la littérature jeunesse en Haïti.
Joe Antoine Jn-Baptiste jjoeantoine2013@gmail.com
Auteur


Réagir à cet article