Société haïtienne d'histoire, de géographie et de géologie

Brève rétrospective Le 8 décembre 2013 ramènera le 90e anniversaire de la création de la Sociéte haïtienne d'histoire, de géographie et de géologie. Cette société qui se veut la gardienne de l'héritage historique depuis sa création, s'achemine vers son centenaire. A cette occasion, elle entend se faire mieux connaître dans tous les milieux, notamment celui de l'université qui ne manifeste pas suffisamment d'intérêt pour l'Histoire depuis quelque temps. Toute une série d'activités sont prévues tout au cours de cette année préparatoire à cette commémoration.

Publié le 2012-12-07 | Le Nouvelliste

Idées & Opinions -

C’est le 8 décembre 1923, à l’initiative du Dr Ricot Brun, que des intellectuels, des hommes de lettres et des professeurs haïtiens de différents horizons, se réunissent à Port-au-Prince, au lycée Pétion, et forment la Société d’histoire et de géographie haïtienne. Le motif à l’appui de l’initiative vise «à faire mieux connaître aux Haïtiens eux-mêmes leur pays et son histoire… »

Parmi les signataires des premiers statuts se distinguent : Sémexant Rouzier, Dantès Bellegarde, Horace Pauléus Sannon, François Denis Légitime, Jacques Catts Pressoir, Sténio Vincent, Justin Chrisostôme Dorsainvil, Placide David, Jean-Price Mars, Ulrick Duvivier, Alfred Nemours, Abel Nicolas Léger, pour ne citer que ceux-là.

Les objectifs de cette société savante à vocation académique sont ainsi établis au moment de sa création :

 

  1. Dresser, avec le concours des propriétaires, la liste et la composition des archives particulières existant dans le pays, relatives à l’histoire nationale et à la géographie locale ;
  2. Etablir un index complet et précis des ouvrages consacrés à l’histoire et à la géographie d’Haïti ;
  3. Encourager, dans la mesure de ses ressources, la publication d’œuvres tendant à mieux faire connaître le pays au point de vue historique et géographique ;
  4. Favoriser, par tous les moyens en son pouvoir, la diffusion parmi le peuple haïtien des connaissances historiques et géographiques.

La séance inaugurale a lieu le 23 mars 1924.  Le quotidien Le Matin titre en première page, dans son édition du 25 mars 1924, «Une brillante matinée à la Société d’histoire et de géographie». La relation de la cérémonie débute ainsi : « ceux qui n’ont pas assisté avant-hier à la fête qui eut lieu à la Bibliothèque de l’Amicale du Lycée [Pétion] par les soins des membres de la Société d’histoire et de géographie ont manqué à un véritable régal littéraire et historique ».

Horace Pauléus Sannon, choisi parmi ses pairs pour être le premier président de la Société, s’exprime à l’occasion en ces termes : … Frappés comme vous tous du désarroi, de l'anarchie morale où se débat péniblement le pays et qu'y a provoquée le choc inattendu de l'intervention étrangère,  quelques hommes d'étude sinon de grand savoir ont pensé qu'il fallait tenter quelque chose, en dehors des pouvoirs publics, pour conjurer une crise dont la gravité s'accentue chaque jour, et qui, en se prolongeant, menace de ruiner les fondements même de notre nationalité.  Ces hommes se sont dit que pour en arrêter le cours, il convenait d'aviser aux moyens de redresser le sentiment national en donnant aux esprits désorientés et désemparés, avec de nouvelles raisons d'espérer et de vivre, une plus forte discipline patriotique qui nous permette de réagir, de lutter avec succès contre les causes de désorganisation et d'absorption avec lesquelles nous nous trouvons aux prises…

« … Aux heures de grande crise, tous les peuples se sont d'instinct reportés en arrière pour chercher dans leur histoire des leçons de patriotisme collectif, de nouvelles règles de conduite, soit pour pouvoir mieux défendre leur existence menacée, soit pour se relever plus rapidement de leurs chutes…

« L'histoire de chaque peuple est la source unique d'où découlent et où se renouvellent, selon les circonstances, ses légitimes et indestructibles aspirations nationales.

« …notre Association se propose d'encourager l'étude et l'enseignement de l'histoire nationale. Là, ne s'arrête pas notre but. Nous voulons voir se former une Ecole historique qui, en reconstituant le passé, arrive à dégager mieux et plus que cela n'a été fait jusqu'ici, la portée et la signification philosophiques des événements… Elle contribuera par cela même à nous faire une âme collective plus forte, plus consciente et plus agissante… »

La parole est ensuite accordée à l’historien et anthropologue Justin Chrisostôme Dorsainvil pour sa conférence sur le vodou, puis au barde de Jérémie, Etzer Vilaire qui, de sa voix sonore donna lecture d’une page de Joseph Vilaire sur Boisrond Tonnerre.  Une exposition de documents et d’objets historiques « est ouverte à la curiosité de la nombreuse assistance… » 

La Société prend désormais son envol en réunissant, selon l’expression de Sannon, l’Etat-major intellectuel du pays.  Sa création est en quelque sorte une réplique aux dispositions de la loi de 1922, visant à restreindre le droit d’association et de réunion par les forces américaines d’occupation.

Des conférences auxquelles participe un nombre de plus en plus élevé d’assistants sont régulièrement organisées.  Les présentations de Duraciné Vaval, Mme Théodore Holly, Félix Soray, Camille Large, Arthur Bonhomme, Jean Brièrre, Candélon Rigaud, Raoul Lizaire, Edmond de Lespinasse, Justin Kénol, Lilia Lhérisson, Mme Chrysostôme Rosemond, etc. sont l’occasion pour les chercheurs de partager avec un public avide de savoir, le fruit de leurs recherches.  

Pour perpétuer tant d’études et de dévouement, la décision est alors prise de créer le Bulletin de la Société d’histoire et de géographie d’Haïti, dont le premier numéro paraît le 1er mai  1925, à l’initiative du Dr Catts Pressoir. 

En dépit des maigres moyens, le deuxième numéro sort en décembre 1926, sous le titre de Revue de la Société d’Histoire et de Géographie d’Haïti.  

La personnalité juridique est accordée à la Société par sa reconnaissance d’utilité publique le 7 août 1930, par le président de la République, Eugène Roy.

En vertu de cette qualité, la Société, avec l’autorisation du préfet de l'arrondissement de Port-au-Prince, organise une loterie dans le dessein d’acquérir une propriété pour la construction de son siège.  Un défi qui reste encore à relever.

Les activités de la Société connaissent vers cette époque une longue pause en raison des activités politiques de son président.  Jean-Price Mars en prend les rênes en 1931.  A partir du no 3 du mois de juin de cette année, la Revue est désormais régulièrement éditée trimestriellement. La section de vulgarisation et de publicité prévue à l’article 7 des statuts est ouverte.   Ce qui renfloue pendant un certain temps ses caisses. 

En 1933, le dixième anniversaire de la Société d’histoire et de géographie d’Haïti est grandiosement célébré.  Le quotidien Le Nouvelliste dans son édition du 9 décembre rapporte en première page  que cette commémoration a été réalisée avec un éclat inaccoutumé. Les réjouissances se sont poursuivies au Trocadero où un banquet de 75 couverts avait été offert aux membres.

A cette occasion, le Comité haïtien de l’Alliance française décerne à la Société une médaille qui lui fut remise le 28 janvier suivant.

De concert avec le Dr Catts Pressoir, Jean-Price Mars ne publie plus les conférences mais seulement des « études bien documentées et d’un caractère exclusivement scientifique ».  Les pages de la Revue sont alors ouvertes aux étrangers. Gabriel Debien, Rayford Logan, Lee Montague, Richard Patée, Léo Albert, Slavdor Massip, etc. y apportent leur précieuse collaboration.

En 1945, sous la présidence du Dr Catts Pressoir, elle adopte la dénomination actuelle de : Société haitienne d'histoire, de géographie et de géologie.

En 1951, la Société participe, sous la houlette de Me Ulrick Duvivier, aux travaux de la 5e assemblée de l’Institut panaméricain de géographie et d’histoire « avec le plus grand succès ».

Il est institué en 1977, le prix de la Société haïtienne d’histoire, dans l’objectif d’encourager et de récompenser les travaux réalisés par ses membres.  Les principaux récipiendaires de cette reconnaissance ont été Marcel et Claude Auguste ; Emmanuel Justin Castera ; Marc Péan ; Yves Auguste ; Suzy Castor ; Michel Hector ; Gusti-Klara Gaillard Pourchet, Guy Pierre…

En 1989, la Société organise un colloque international à Port-au-Prince sur les incidences de la Révolution française dans le déroulement des combats qui ont conduit à l’indépendance haïtienne.  Plus d’une cinquantaine d’historiens haïtiens et étrangers ont participé au symposium, dont les actes sont réunis et publiés en deux volumes.

Lors des événements survenus à Port-au-Prince le 9 janvier 1991, le local de la Société a été pillé puis incendié.  Les pertes ont été considérables.   Pour clore immédiatement les pages noires de l’existence de la Société, retenons que la catastrophe du 12 janvier 2010 ne l’a pas épargnée.

Le bicentenaire de la mort de Toussaint Louverture en 2002 a donné une nouvelle occasion à la Société d’organiser un autre Congrès avec une très forte participation haïtienne et étrangère. Celui de la création de l’Etat d’Haïti, en 2004, ayant été surpris par les tumultes politiques, a empêché la réalisation des commémorations prévues par la vénérable institution.     

Sous les présidences alternées de Jean-Price Mars, Edmond Mangonès, Hénock Trouillot, Gérard Mentor Laurent, Alain Turnier, Roger Gaillard et Michel Hector, la Société haïtienne d’histoire, de géographie et de géologie a poursuivi ce long parcours qui le conduit inéluctablement vers la commémoration de sa 90e année d’existence.

Joseph Guerdy Lissade Gaétan Mentor Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".