Un président-commissaire !

Publié le 2012-11-14 | Le Nouvelliste

 La commission spéciale chargée de déterminer la nature du conseil électoral devant organiser  les législatives partielles ainsi que les élections pour les collectivités territoriales a réalisé hier sa première réunion de travail. Composée de neuf membres, dont trois du pouvoir exécutif et six des deux Assemblées législatives haïtiennes,  cette commission doit ouvrir la voie à la formation d’un nouveau conseil électoral après plus de trois mois de tergiversations  entre les pouvoirs exécutif et législatif  sur la nature du conseil électoral.  

Contre toute attente, le porte-parole de la présidence a communiqué lundi les noms des personnalités choisies par le pouvoir exécutif pour intégrer cette commission qui comportait depuis la semaine dernière les représentants de la Chambre des députés et du Sénat de la République. Le nom de Michel Joseph Martelly figure sur la liste des commissaires du pouvoir exécutif en compagnie de ses conseillers Joseph Lambert et Youri Latortue.  Qui l’aurait cru ! Un président de la République membre d’une commission  de négociation. Quelle aberration !  En aucun cas, le premier citoyen du pays ne devrait faire partie d’une commission comportant  des personnalités de rang inférieur à sa fonction. Le Parlement a donné l’exemple en choisissant des députés et des sénateurs  pour intégrer la commission. Les noms des présidents du Sénat et de la Chambre des députés ne figurent pas sur la liste des parlementaires-membres de ladite commission. 

En 2002, lors des négociations sur la crise politique née des élections contestées  du 21 mai 2000 entre l’administration Aristide-Neptune et la Convergence démocratique sous les auspices du secrétaire général  adjoint de l’Organisation des Etats américains (OEA), Luigi Enaudi, à aucun moment Jean-Bertrand Aristide n’avait pris part aux discussions. Yvon Neptune, Gérald Gilles et Jonas Petit avaient représenté le gouvernement dans ces négociations avec les chefs des partis politiques de l’opposition.  Michel Martelly a la liberté de choisir les membres de son cabinet particulier pour représenter le pouvoir. Mais il ne devrait jamais figurer sur la liste des personnalités membres de ladite commission. Le chef de l'Etat doit rester en dehors des vicissitudes politiques. Il doit être au-dessus de la mêlée pour que sa décision  s’impose à tout le monde toutes les fois que la commission ne parvient pas à trouver une solution. En se faisant membre d’une commission de négociation, Michel Martelly a rabaissé la fonction de président de la République et  se positionne au rang de citoyen ordinaire.

Ce nouvel  épisode de la présidence est de nature à prouver que Martelly n'a pas de conseiller. Comment l’ex-sénateur Joseph Lambert, perçu pendant ces dernières années comme un homme politique clairvoyant, réaliste et lucide, peut-il accepter d’être aux côtés d’un président qu’il conseille comme membre d’une commission dont il fait partie ?  Où sont les autres conseillers ?

Le président Michel Martelly accepte-t-il les objections de ses plus proches collaborateurs ?

Lemoine Bonneau lbonneau@lenouvelliste.com Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".