Gracia Delva dément toutes les rumeurs

PUBLIÉ 2012-10-29


La semaine dernière, suite à l’arrestation de Clifford Brandt pour son implication des cas de kidnapping, des informations faisaient croire que le député et chanteur de Mass Konpa, Gracia Delva, aurait été arrêté sur la frontière haitiano-dominicaine le jeudi 25 octobre 2012 pour son implication dans le kidnapping. L’artiste aurait aussi été accusé d’avoir facilité des gens liés à ce dossier à quitter le pays pour se rendre en République Dominicaine. Il a fallu quelques bonnes heures pour que son manager, aussi vice-délégué de l’arrondissement de Marchand-Dessalines, Wadner Joseph, apporte les premiers démentis sur ces rumeurs, en attendant que le principal concerné (Gracia Delva) le fasse lui-même le samedi 27 octobre 2012, depuis Santo Domingo, sur plusieurs stations de radio de la capitale.
Avant de revenir au pays le dimanche 28 octobre, dans une interview qu’il nous avait accordée le samedi 27 octobre à l’hôtel où il se trouvait en République Dominicaine, le député avait démenti énergiquement les rumeurs qui faisaient croire qu’il avait été arrêté pour kidnapping ou avait aidé quelque malfaiteur que ce soit.
« Je n’ai rien à voir avec le dossier de kidnapping. D’ailleurs, au départ, j’avais même pensé que les rumeurs disaient qu’on m’avait kidnappé moi-même. Moi, je n’accorde pas d’importance à ces choses. S’il y a des gens qui ont des preuves, qu’ils viennent avec pour prouver que je pratique de telles activités », a déclaré Gracia Delva.
M. Delva précise qu’il s’était rendu en RD le jeudi 25 octobre 2012, malgré le passage de l’ouragan sur Haïti, parce qu’il avait un rendez-vous important là-bas. « Cela faisait plusieurs mois que j’avais planifié ce déplacement. J’ai voyagé tranquillement avec mon passeport normal. Je n’avais utilisé ni de passeport diplomatique ni de voiture officielle. J’ai voyagé comme un simple citoyen honnête qui se respecte. C’est le samedi 27 octobre, à mon grand étonnement, alors que j’étais à l’hôtel à Santo Domingo, que j’ai eu bruit de ces balivernes», a expliqué Gracia Delva.
A la question de savoir s’il aurait facilité des gens impliqués dans le kidnapping à traverser la frontière pour se rendre en République Dominicaine, le député s’inscrit en faux contre ces accusations. Cependant, il reconnaît avoir intervenu en faveur de cinq agents de la MINUSTAH qui présentaient leurs badges et qui devaient se rendre en urgence en RD.
Le fondateur de Mass Konpa en a profité pour dénoncer des gens qui veulent le détruire à cause de sa position politique. « Je pense qu’il y a un groupe de personnes qui ne comprennent pas ce qui existe entre le peuple haïtien et moi et qui sont toujours prêts à me détruire. Je sais qu’à cause de ma prise de position exprimée clairement en faveur de la démocratie et du respect du mandat des autorités, que ce soit du président ou d’un député, je serai toujours persécuté. Ce n’est pas la première fois qu’il y a des campagnes visant à me déstabiliser, mais je tiendrai bon. Car, de 1994 à aujourd’hui, c’est toute une carrière que j’ai construite avec le peuple haïtien. Je ne vais pas trahir ce peuple», a lâché Gracia Delva.
Une musique pour tout expliquer
Conscient des dégâts causés par ces rumeurs sur sa personne, de retour à Port-au-Prince le dimanche 28 octobre 2012, Gracia Delva a annoncé ce lundi 29 octobre 2012 qu’il va rentrer en studio dans les jours avenirs avec les musiciens de Mass Konpa pour réaliser une musique à ce sujet. « Il y a beaucoup de gens qui m’aiment et qui croient en moi, et j’ai toutes sortes d’amis ; c’est sûr que lorsqu’ils ont entendu ces rumeurs, cela les a affectés. Je ne pourrai pas tenir un micro ou passer dans des médias tous les jours pour en parler. La meilleure chose, d’après moi, c’est de faire une musique afin de tout expliquer. Par ailleurs, ils doivent se rappeler que j’avais déjà chanté contre le kidnapping et l’injustice en 2007, dans « Alanvè », sur l’album « Yo remele ».

Gilles Freslet (gillesfreslet@yahoo.fr)



Réagir à cet article