Se tirer une balle dans le pied

Publié le 2012-09-27 | Le Nouvelliste

La nouvelle est tombée comme une douche froide sur la délégation haïtienne à New York. Le commissaire du gouvernement, le fameux Jean Renel Sénatus, a été demis de ses fonctions puis remplacé.

Le président Michel Martelly et le Premier ministre Laurent Lamothe étant en réunion avec les principaux bailleurs de fonds d’Haïti, personne ne peut leur demander les raisons de ce sixième changement de commissaire du gouvernement en moins de seize mois.

Les journalistes trépignent d’impatience dans les couloirs de l’hôtel Intercontinental de la 48e rue. L’aide à Haïti pour les prochains mois se joue à quelques mètres et l’info du jour est cette révocation surprenante.

A la sortie du président Martelly, les questions sont prises en otage par un confrère de New York qui parle de tout, sauf de l’actualité du jour. Pas de temps de faire un vrai bilan avec le président ni sur la réunion ni sur ses impressions sur ce qui se passe au pays.

Il faudra attendre Laurent Lamothe.

Le PM est en charge de la partie tour de table de la réunion des amis, partenaires et bailleurs d’Haïti. Certains ont la triple casquette. C’est un long défilé de conseils et d’engagements de principe. La CIRH change de peau. On parle d’un peu de tout, sauf d’argent.

Dans la salle, Hillary Clinton, secrétaire d’Etat américaine; Bill, son mari; le chancelier dominicain Carlos Morales Troncoso; le secrétaire général de l’OEA,  Jose Miguel Insulza; le représentant de l’ONU en Haïti,  Mariano Fernandez, et des huiles d’une vingtaine de pays et d’organisations bilatérales et multilatérales. Du beau linge. Des poids lourds.

Entre deux encouragements, on presse le gouvernement de respecter l’Etat de droit. Tous les intervenants appuient les politiques en cours, mais s’inquiètent des retards dans la mise en branle du processus électoral, confirmera à la fin de la rencontre le Premier ministre Lamothe, très satisfait de ses épuisants quatre jours et trente-six rendez-vous à New York.

Quand enfin tombe la question sur la révocation et le remplacement du commissaire du gouvernement, le Premier ministre avoue l’avoir appris comme tout le monde, pendant qu’il était en réunion. Il promet de s’informer sur les causes et la suite qui y a été donnée.

Alors que la réunion s’achève, un des participants change le cours du jeu et demande en aparté à un journaliste : « Est-ce vrai que l’on ne respecte pas la liberté d’expression, que le CEP sera difficile à monter ? »

Deux pas plus loin, un compatriote déclare : « Ce régime n’a pas besoin d’ennemi, il suffit de se créer des problèmes et une image sulfureuse. »

Tout cela a été dit bien avant les premières réactions à Port-au-Prince après la révocation de Zokiki.

Frantz Duval duval@lenouvelliste.com Twitter:@Frantzduval Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".