OSAMH/MORNE L'HOPITAL.

Pour une approche intégrée et rentable de la réhabilitation de l'environnement

L'Organisme de surveillance et d'aménagement du morne l'Hôpital, OSAMH, dans le cadre de ses activités de reboisement au morne l'Hôpital, a entamé un deuxième volet d'actions visant à renforcer la reforestation de deux mille (2 000) hectares du morne l'Hôpital, en y introduisant des espèces d'arbres fruitiers adaptés. Des milliers d'abricotiers, d'avocatiers, entre autres, ont déjà été mis en terre. En outre, vingt-cinq mille (25 000) plantules de café ont été distribuées le vendredi 17 août 2012, aux cultivateurs des 7e et 8e sections (Boutillier et plateau Dusfresné), relançant ainsi la production locale de café. Par ces initiatives, l'OSAMH, en plus de sa fonction de contrôle de l'érosion et de réhabilitation de la couverture végétale, veut offrir aux paysans du morne L'Hôpital, des sources alternatives de revenus.

Publié le 2012-09-03 | Le Nouvelliste

Déclaré d’utilité publique par arrêté du 17 novembre 1978, puis modifié par celui du 9 novembre 1979, homologuant le morne l’Hôpital, «  zone protégée » par la loi du 27 août 1963, le morne l’Hôpital a finalement été  relégué au statut de « zone d’aménagement spéciale », par le décret de 1987, rapportant le décret précédent. Cette région constitue, en effet, depuis des décennies, une préoccupation  face aux dégradations de l’environnement,  de l'écosystème et leurs effets catastrophiques sur Port-au-Prince et ses environs, lors des crues et en saisons cycloniques,

« Ici, la haine croit plus vite que les arbres…. » écrivait Lyonel Trouillot, dans son roman " Rue des pas perdus". C’est vrai  dirait-on, à voir au rythme où éclatent les conflits, et assister aux multiples calvaires de la société haïtienne, tandis que les solutions n’arrivent pas à suivre la cadence. Devant les conséquences de la dégradation de l’environnement, des réponses urgentes se font encore attendre.  Néanmoins,  il serait  faux de dire que rien n’a été tenté.

 Si, aujourd’hui, les chiffres officiels et de sources confondues, s’accordent à avancer que le pays  dispose de moins de deux pour cent de couverture végétale, nous aurions pu connaître le pire, n’étaient la volonté, l’engagement  et les actions, de particuliers, d’organismes ou d’associations de jeunes impliqués dans la lutte pour la protection de l’environnement et le reboisement.

Au morne l’Hôpital, un combat est mené sans relâche, depuis plusieurs décennies. Des millions de dollars ont été dépensés pour curer des ravins, mettre des milliers de plantules en terre, chaque année, et tenter de sauver cette réserve de Port-au-Prince. Les résultats cependant, n’ont pas toujours été convaincants. L’Organisme de surveillance et d’aménagement du morne l’Hôpital (OSAMH)  y mène des actions depuis sa création, par décret du  30 octobre 1986. Où en sommes-nous aujourd’hui ?

« Il y a de l’espoir ! », selon l’agronome  Gérard Nozine, coordonateur adjoint, responsable des aménagements sur le terrain à l’OSAMH. « Nous avons utilisé toutes les techniques pour lutter contre l’érosion. Les travaux  que nous avons réalisés, ont permis au ravin "Saint Rome" de retrouver sa capacité de régénération » déclare  Gérard Nozine, satisfait.

Pour combattre l’érosion et réhabiliter  un total de 12 ravins dans sa juridiction,  l’OSAMH  a fait construire des seuils en pierres sèches dans le lit des ravins. Ces sortes de digues servent à réduire la force de l’eau,  et contenir les sédiments au moment des pluies.  Sur les versants du ravin "Saint Rome"  où les résultats sont les meilleurs, de jeunes chênes, des bambous  et d’autres variétés forestières  retiennent le sol, sur des pentes très abruptes pour la plupart.  Le ravin semble s’être totalement résorbé par endroit, et ne présente plus de lit accidenté sur toute sa section. « Nous avons dû interdire  aux riverains de pratiquer l’agriculture sarclée sur les  versants en régénération, parce que c’est nocif pour l’environnement, c’est un véritable facteur d’érosion », a expliqué l’agronome Nozine qui,  souligne en outre,  que les habitants des environs ont été  impliqués dans la réalisation des travaux de remise en état des espaces, et tout autant, sensibilisés aux problèmes de l’environnement en général. À l’issue de ces formations, divers comités ont été constitués au sein de la population,  dont les membres interviennent  pour la surveillance, l’entretien, et le reboisement du morne l’Hôpital.

L’agronome Gérard Nozine est fier des résultats obtenus  en sept ans sur le ravin "Saint Rome", dont les alluvions au moment des pluies engorgeaient les rues Monseigneur Guilloux, Alerte et leurs environs, s’étalaient sur Brache et la Rochelle. Il espère avoir bientôt les mêmes résultats sur les 11 autres ravins de sa juridiction, sur lesquels OSAMH intervient encore actuellement. 

Pour sa part, Olvens Jean François, président de comité local offrant sa coopération au niveau de la 8e section, au  haut  de  Martissant, déclare prometteurs les résultats de l’OSAMH : « Au niveau de mon comité, nous faisons le suivi des travaux réalisés par l’OSAMH dans la communauté. Notre travail est de les protéger et les entretenir. Nous sommes  décidés à continuer à donner notre collaboration, parce que les résultats constatés aujourd’hui sont encourageants; la forêt se reconstitue petit à petit, les pintades qui avaient disparu, commencent à revenir. C’est la preuve qu’un changement s’est opéré. Fort de cela, l’État haitien devrait mieux encadrer l’OSAMH qui visiblement  manque de moyens ».

Dans la matinée du vendredi 17 août, au niveau  des 7e et 8e  sections communales,  un engouement est observé au sein de la population venue recevoir des plantules café distribuées par l’OSAMH. Des dizaines d’hommes, quelques enfants et des femmes en grand nombre, soit les membres de 350 familles paysannes, sont venus à dos de cheval, de mulet, à pied, munis de cuvettes en plastique ou en aluminium,  ou de boîtes en carton et tout autre récipient  pouvant transporter les pousses de café. Ils sont fébriles, mais patients, attendant le moment de la distribution. Pas moins de 25 000 plants de café ont été remis aux habitants, soit 14 000 au niveau de la 7e section de Port-au-Prince, à Boutilliers, surplombant les quartiers de Turgeau, Canapé-Vert et Carrefour-Feuilles, et la 8e section, haut Saint-Jude, à plateau Dufresnè, au haut de  Martissant. Une distribution massive, à raison de cinquante (50) plantules par personne, et le stock est vite épuisé. S’éparpillant par sentiers et monticules sur les hauteurs du morne l’Hôpital, les cultivateurs se dispersant emportant la précieuse plante, une potentielle source de revenus.

C’est donc la deuxième phase des activités de l’Organisme de surveillance et d’aménagement du morne l’Hôpital qui,  après avoir couvert les versants des 2 000 hectares sous sa responsabilité en variétés forestières, s’évertue à couvrir la région en espèces fruitières et de rentes, qui permettront aux riverains d’ici 5 à 8 ans une importante activité financière. Près de quatre cent mille(400 000)abricotiers ont été mis en terre, ainsi que des milliers d’avocatiers, des plans de corossols  et de bananes qui sont à date, de jeunes pousses  d’un mètre de haut en moyenne. « Le morne  l’Hôpital est le seul endroit près de Port-au-Prince pouvant produire des abricots », s’enorgueillit le coordonnateur de  l’OSAMH, l’agronome Montus Michel.  «  C’est un travail de longue haleine, qui demande une grande patience. Il nous a fallu étudier pendant deux ans la zone pour déterminer ce que ce sol calcaire pourrait produire le mieux et qui serait aussi à l’abri des caprins et des bovins. 2 à 3 millions d’arbres ont déjà été mis en terre, ils sont cependant morts pour la plupart, n’étant pas adapté aux conditions du sol et à la pluviométrie du lieu. C’est pourquoi nous avons mené cette enquête afin de déterminer les espèces fruitières qui conviennent. Aujourd’hui, avec nos faibles moyens et la participation de nos comités locaux, et la population du morne l’Hôpital pour la plupart, nous avons mis en terre  sept cent mille ( 700 000) plantules d’espèces forestières et plus d’un million d’abricotiers, d’avocatiers, de corossoliers, ect. Le résultat est satisfait, les plantes croissent  et les habitants sont responsabilisés, l’évolution est positive», explique l’agronome Montus Michel, qui est à la tête de l’OSAMH depuis maintenant 12 ans.

C’est dans cette même optique que les deux cent-cinquante mille (250 000) plantules de café, ont été distribuées aux agriculteurs de la zone. Cette culture, faisait partie déjà de la production locale, mais avait périclité avec l’expansion du déboisement au morne l’Hôpital. La situation actuelle, favorise la reprise de la culture du café, à partir de mille (1 000 )mètres d’altitude, sur les espaces réhabilités. La pluviométrie de la zone est aussi estimée favorable à la culture du café.

Les agriculteurs bénéficiaires ont reçu une fois de plus, à cet effet, une formation devant leur permettre d’assurer la culture de cette espèce de café très productif (CATURRA), issue de l’Amérique latine, mis à leur disposition. Les plans de cafés distribués au morne l’Hôpital, ont été préparés à Thiotte, et transportés du Sud-est, par camions. Ce café  arrivera à maturité  d’ici quatre années. L’OSAMH prévoit aussi des échanges et rencontres entre les planteurs du morne l’Hôpital et de Thiotte.

Il faut croire  que cet Organisme autonome du ministère de l’Intérieur  et des Collectivités territoriales  porte de lourdes responsabilités? Cependant, l’OSAMH, n’a pas les moyens réels de sa politique.  Sa juridiction s’étend sur trois communes, d’Est à l’Ouest, de Jalousie à Diquini, et couvre cinq sections communales, de Port-au-Prince, Pétion-ville et Carrefour.  Créé par la loi du 30 octobre 1986, l’OSAMH dispose d’un service administratif, d’un service juridique, d’un service d’aménagement et d’un service de surveillance. Les représentants des Ministères, de la Justice, de l’Agriculture, de la Planification, des Finances et des Travaux publics siègent au conseil d’administration de l’OSAMH. Ne bénéficiant que d’un dérisoire budget de fonctionnement d’un million de gourdes par an, tiré du Trésor public, l’Organisme de Surveillance et d’Aménagement du morne l’Hôpital doit chercher constamment des fonds ailleurs, pour ses réalisations. Lorsque les promesses se font, les décaissements tardent, et n’aboutissent qu’après force démarches des agronomes responsables, confie l’agronome Gérard Nozine. L’OSAMH paraît être traité en parent pauvre, alors que l’environnement fait partie des cinq (5) axes prioritaires du gouvernement haïtien.

La nouvelle stratégie envisagée  par l’OSAMH, devrait porter les habitants du morne l’Hôpital à ne plus s’adonner  à la coupe des arbres. D’ici quatre à huit ans, la couverture végétale du morne l’Hôpital se sera totalement régénérée, les cultivateurs auront diversifié et augmenté leurs revenus, en amenant au marché les fruits qui  feront le plaisir des ménages de Port-au-Prince et ses environs. C’est ce dont rêvent  ces agronomes passionnés à la tête de l’Organisme de Surveillance et d’aménagement du morne l’Hôpital et leurs collaborateurs.  Pour le moment, avec ses maigres moyens et surtout armé de beaucoup de détermination, l’OSAMH semble avoir, tout au moins, su maintenir vivant le morne l’Hôpital.

 

 

Guillaume Albert Moléon Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".