Si la psychologie m'était contée

Des ravages de la drogue chez les jeunes

Publié le 2012-08-17 | Le Nouvelliste

Il n’y a pas longtemps, chez nous, plusieurs organisations comme partout ailleurs,  œuvrant dans  la lutte contre la drogue,  ont mis sur pied, selon leurs possibilités,  des journées entières de sensibilisation aux stupéfiants, sur fond de     table ronde, d’exposition de matériels jusqu’aux témoignages assez personnels et  palpitants d’intérêt pour le grand public, mais à plus forte raison,  pour tout spécialiste en  santé mentale.

 La question de la drogue, dans sa nature multiple, comme on peut le supposer, devra intéresser en première ligne les responsables de l’État dans leur programme de santé publique, lequel envisagera la création de centres à travers tout le pays, sinon, au niveau  des départements, où la problématique sera traitée grâce à l’expertise d’un personnel qualifié.

Il faut dire que, partout où la drogue est posée comme  sujet, elle attire des curieux et provoque l’étonnement de plus d’un, surtout quand celle-ci fait l’objet de débats à la télévision, par exemple, même avec un journaliste peu exercé et qui n'aide pas à saisir l’ampleur du problème.

Il faut aussi et surtout dire, à propos de la drogue, selon ce qui est admis dans la littérature psychopathologique, qu'aucun usager ne se remet  de sa dépendance, à partir d’un simple et banal geste qu’il appelle « prise de conscience », peu importe son rang social ou son éducation.

En effet, les divers témoignages obtenus et qui abondent dans les cahiers de consultation privée en prouvent le contraire, malgré un suivi clinique correspondant.  Les services d’entretien et d’aide offerts (il y en a très peu au pays)  aux  polytoxicomanes, sont d’abord de nature à permettre aux sujets de se refixer, d’apprendre à se percevoir comme une personne,  avant de pouvoir travailler sur un autre  plan exigeant une thérapie touchant plusieurs axes.

 La réalité des drogués veut que le moment idéal qui se perd à jamais, occasionne chez l’usager d’autres types de réactions plus affutées toujours en quête de cette sensation, à l’instar du cri primal que l’on connaît chez le nourrisson.

Les études, notamment de René  Spitz  dans «  La  forteresse vide », renseignent à plus d’un titre sur les divers comportements évolutifs que la situation de sevrage peut créer chez tout individu présentant une dépendance émotionnelle, soit face à sa mère, soit face aux substances  ou  « accessoires de bonheur ».

Que l’on ne se trompe pas de nos jours sur la question de la drogue comme  instrument susceptible d’offrir aux jeunes, certaines capacités dans des domaines plutôt intimes, où l’élément naturel fait largement défaut. Une telle pratique tend à s’installer de façon criante, en laissant la place à des états pathologiques sévères, affectant les relations sociopersonnelles, détruisant l’équilibre de la chaîne familiale, à en croire les données rapportées en consultation et sur la base d’observations cliniques.

Peu importent les raisons que l’on estime importantes et personnelles pour toucher à la drogue, le mieux serait de l’éviter et d'essayer de se rendre à un centre où l’on est sûr de trouver des professionnels de la santé mentale pour une aide compatible au besoin et à l’urgence. La présence déjà d’un thérapeute qui prendra en main le sujet dans son inconfortabilité,  apportera un soulagement de taille à l’usager et à sa famille.

Il n’existe – dommage ! – chez nous, aucune étude verticale  sur ce fléau, sauf (quelques  notes de consultation) qui, de l’avis des experts a déjà fait trop  de victimes parmi la population jeune et combien  vulnérable. Les données étiologiques sont  variables si l’on prend en compte les témoignages des parents qui se sont ouverts au moment de l’entretien préliminaire parce qu’ils n’en pouvaient plus. Autant dire que la drogue nécessite une approche thérapeutique sérieuse et profonde  avec  des professionnels en santé mentale, capables de fournir un travail devant répondre  aux exigences de l’heure. Regardons bien les choses en face.

Robert Moïse robertmoise103@yahoo.fr Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".