Diplomatie/ Coopération haïtiano-rwandaise

Quand Haïti et le Rwanda fraternisent

Entre les frontières Les relations diplomatiques entre Haïti et le Rwanda datent de très longtemps via l'ambassade du Rwanda au Canada qui couvre aussi la première République noire du monde. C'est à la faveur du tremblement de terre du 12 janvier 2010 que les autorités haïtiennes et rwandaises se sont engagées à travailler ensemble pour consolider leurs relations et promouvoir la coopération bilatérale entre les deux États.

Publié le 2012-08-02 | Le Nouvelliste

Le Rwanda a été l’un des premiers pays africains qui, malgré ses maigres moyens, a apporté son plein soutien au peuple haïtien après le séisme du 12 janvier 2010. Une aide financière symbolique estimée à 100 000 dollars américains a été fournie pour venir au secours des victimes. Le Rwanda a donc immédiatement exprimé sa solidarité active et son soutien à Haïti, considéré  comme un pays frère.

Le chef de la mission rwandaise en Haïti, Pierre Emmanuel Ubalijoro, interviewé récemment par Le Nouvelliste, a réitéré la volonté de son pays d'œuvrer au renforcement et à la diversification des relations haïtiano-rwandaises. Ces relations s'inscrivent dans le cadre des objectifs communs de développement et privilégient la solidarité entre les deux États.  Ainsi,  les autorités rwandaises ont accordé 7 bourses d’études à de jeunes Haïtiens qui ont été accueillis à  Butare (sud du Rwanda) - pays modèle du continent africain-, sans oublier la commission haïtiano-rwandaise mise sur pied récemment.  Cette commission a pour mission de faciliter de meilleurs échanges entre le Rwanda et Haïti.

D’un autre côté, le représentant du Rwanda en Haïti a rappelé que le président Michel Martelly avait rencontré, en 2011 à New York, le président Paul Kagamé. Il a soutenu que ce sont deux leaders éclairés.  « Les relations haïtiano-rwandaises vont se renforcer davantage à  travers les relations d’amitié qui existent entre les deux chefs d’Etat à la suite de leur rencontre à New York. Après les échanges, le président Martelly a souhaité s’inspirer du modèle économique rwandais pour le progrès d’Haïti vu les similarités qui existent entre les deux peuples », a dit M. Ubalijoro, qui a précisé qu’aujourd’hui dans une vision positive, Kigali offre à Port-au-Prince un modèle solide de reconstruction  post-tragédie. Une « success story » africaine qui attire l’attention de tous les Haïtiens.

Par ailleurs, le représentant du Rwanda en Haïti a ajouté  que son pays a connu en 1994 un génocide qui a coûté la vie à des centaines de milliers de Rwandais, entre 800 000 et un million.  M. Ubalijoro a aussi fait remarquer que le 4 juillet 1994 est le jour où le massacre fut arrêté et ceci avec les efforts du Front patriotique rwandais (FPR), dirigé par l’actuel président, le Dr Paul Kagamé, qui a permis de mettre en déroute les forces armées rwandaises d’alors et leur milice meurtrière. « C’était un grand défi pour nous car nous devions repartir à zéro. Il a fallu tout reconstruire. C’était aussi un grand défi pour Haïti: à cette époque-là, ce pays était sous embargo », a confié M. Ubalijoro.

Le Rwanda: un modèle pour les pays en voie de développement

Pour sa part, le Dr Kathy Kantengwa, une haute personnalité rwandaise en Haïti, estime que pour faire du Rwanda ce qu'il est aujourd'hui,  le gouvernement a dû sévir avec rigueur contre les crimes de vengeance afin d'imposer l'État de droit. Et ensuite, il s'est attaqué aux problèmes de base : l'éducation, la santé, l'environnement, les infrastructures, etc. 

Plus loin, le Dr Kathy Kantengwa a avancé des chiffres pour montrer les progrès réalisés par son pays: l'accès à l'eau potable est passé de 41 à 80% aujourd'hui, l'accès à l'électricité de 4 à 13%, l'accès à l'éducation a augmenté de près de 20 %, l'accès à l'assurance-maladie est de 96%, et celui aux antiviraux de 81% aujourd'hui. « Le plus grand secret de ce succès reste l'engagement et la détermination d'un bon nombre de Rwandais à donner le meilleur d'eux-mêmes pour qu'il n'y ait jamais plus de génocide ni au Rwanda ni ailleurs », a-t-elle conclu.

Pour l'instant, les routes sont goudronnées, le paysage est soigné et le gouvernement a lancé une campagne ambitieuse pour préserver le peu de forêts subsistant au Rwanda. Mais la démocratie Rwandaise se cherche encore, faute d'alternance véritable. 

Une amitié grandissante

Des délégations composées de membres de l’exécutif, du législatif ainsi que des membres du secteur privé ont visité le pays des mille collines afin de voir ce qu’il a pu réaliser et s’en inspirer. En juin 2012, le  ministère de la Santé publique et de la Population avait  envoyé une équipe pour observer le  système de santé rwandais qui a été cité comme un modèle pour les pays en voie de développement.

«  En ce qui a trait à la coopération Sud-Sud, nous pouvons beaucoup apprendre d’Haïti. Le  secteur privé est très développé. Nous constatons que les artisans haïtiens ont beaucoup de talents. Ce sont des choses que les Rwandais pourraient bien apprécier. Ce pays a d’énormes potentialités.  Nous sommes vraiment contents de cette amitié grandissante entre les deux pays. Nous espérons qu’à l’avenir beaucoup plus de Rwandais viendront visiter ce pays. C’est un coin de terre très charmant avec une population très accueillante», a renchéri  le président de la communauté rwandaise en Haïti, qui croit que l’amitié entre le Rwanda et Haïti se renforcera au fil des années et que cela sera dans l’intérêt des deux peuples.

Amos Cincir mcincir@lenouvelliste.com Dominique Domerçant succes33@yahoo.fr Auteur

Réagir à cet article