Besoin de poème

Davertige

Publié le 2012-07-06 | Le Nouvelliste

Davertige, Villard Denis, est né à Port-au-Prince en 1940 et est décédé à Montréal le 25 juillet 2004.

Peintre, poète, toute la notoriété, toute la légende de Davertige ont été construites sur un recueil de poème titré Idem publié en 1962. Un livre magistral, incontournable, mythique. Idem a été publié à compte d’auteur et pour payer l’impression Davertige avait du vendre sa voiture. Comme la somme ne suffisait pas, il a enlevé et balancé dans un égout un quart des textes du recueil. Quelques années plus tard il a fait une petite rallonge au recueil qu’il a appelé Ibidem, toujours le même, comme si même lui avait peur de toucher à sa légende.

Cela n’existe pas, ou ne devrait pas exister, des poètes qui n’ont jamais visité Omabarigore la ville qu’il a crée en prenant la mer dans ses bras et les paysages autour de sa tête. Il n’existe pas depuis 1913, l’année ou il a été écrit par Blaise Cendrars, d’anthologie de la poésie française sans La prose de transsibérien et de la petite Jehanne de France. Il n’existe pas non plus, même si les anthologies restent une catégorie rare en Haiti, d’anthologies de poésies haïtiennes sans Omabarigore.

Davertige est avec René Philoctète, Anthony Phelps, Roland Morisseau, Serge Legagneur, Auguste Ténor, fondateur de Haiti littéraire. Bourlingueur, il a habité en France, aux Etats-Unis, à Montréal où il a terminé sa vie. Il déclarait dans un entretien à la revue Conjonction en 1964 : «  Je n’ai aucune honte, moi, à dire qu’un jeune écrivain qui nourrit beaucoup d’ambitions doit s’expatrier. Par besoin d’oxygène »

En 2003 il a récrit la plupart de ses poèmes de Idem et c’est sous le titre de « Davertige Anthologie secrète » que la maison d’édition Mémoire d’encrier, dirigé par le poète Rodney Saint-Eloi qui s’est occupé de Davertige dans les derniers moments de sa vie, a publié la dernière version de ces poèmes cultes.

En 1960, suite à l’arrestation de son ami Jacques Duviella, étudiant, il avait trouvé refuge chez une lavandière, ce séjour lui a inspiré un magnifique poème titré « Pétion-Ville en blanc et noir. C’est un poème qui prend aux tripes dont l’intensité fait peur et plonge dans un univers étrange. On lit ce texte une fois et on ne l’oublie plus jamais, comme une dette qu’il est impossible d’éponger, une douleur qu’aucun temps ne pourra effacer. Je vous propose ce voyage aujourd’hui dans « Besoin de poème »

 

Emmelie Prophète

 

Pétion-Ville en  blanc et noir

Sa vie ce fut longtemps l’arbre de rêve bercé par la berceuse de l’enfance

Par la fumée d’un fer à repasser qui tournait ses cheuveux

Et des chiendents rampaient autour de la maison

Avec l’étoile aux yeux avec la mare au cœur

La maison cette remise ou le jour nous logions

Le charbon dans les fers brûlait et l’enfance et l’histoire de famille

La maison emplissait de fumée toutes les têtes

L’odeur de lessive d’amidon et de cendre

Gonflait par nos cheveux leurs bulles folles

Aux champs des orages s’élevait l’herbe de la pluie

Je me souviens et me souviendrai

Pour le bateau noir de son cœur l’indigo délayé tournait ses lacs

Et des ciels aux yeux d’anges pour ses pensées qui s’envolaient

Comme des oiseaux soûls du jour

Longtemps bien longtemps ce fut sa vie blanchie

Par de blancs linges repassés

Imbibés dans des baignoires de vieux fer-blancs

Je m’en souviens je m’en souviens

C’était la cendre à ses cheveux roux-d’or

Ô mémoire ô cri cratère redites-moi sa vie parmi les fleurs blanchies

Parmi les fers à repasser et le vieux moulin-à-café

Parmi ces tables de lessiveuse et les cuvettes de linges frais

Mais voici qu’il y a quinze ans de cendre de pluie et d’orage

Les gens d’alors quelques-uns ne sont plus

Et me voici encore seul et sans affection

Sur la croix d’ombre de mon cœur

Les yeux cloués au plafond de fumée

A côté de ce fer à repasser qui fume

Ô mémoire remplie de cendre et de charbon ardemment

La table de linges lavés de pleurs et de sueurs

Comme le ciel s’égoutte moins à l’horizon

Sa vie cette tisane de chiendent dans la cruche mouillée

Sa vie plus fragile qu’un petit bateau dans l’eau sale

Ah de beaux enfants jouaient sur la Place- Boyer

Et sa vie tournait dans la chambre sur des jouets peints en bleu

Son ombre blance renversée comme une lampe de larmes avide

Enfance enfance tes quatre bras se courbent avec une croix pâle

Je te revois en plein soleil souvent avec des bulles de savon

Qui s’échappaient d’entre tes lèvres

Je m’en souviens je m’en souviens

La barque dans l’eau tourne

Avec le levier je tourne au grand soleil levant

Et mes cheveux sont devenus bien noirs

 

Davertige

 

 

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".