Deux ans après

A la mémoire d'un père d'exception

Biographie de Me Meman Pierre-Louis

Publié le 2012-06-29 | Le Nouvelliste

Joseph Joachim Menan Pierre-Louis naît à Jacmel le 22 juin 1922. A 16 ans, il obtient son Baccalauréat, et entreprend des études supérieures à l'Ecole de droit et à l'Ecole normale supérieure. Ce cycle universitaire bouclé, il revient dans sa ville natale où il exerce la profession d'avocat, est professeur au lycée Pinchinat et devient commissaire du gouvernement. Il entame parallèlement des études de comptabilité et décroche différents certificats de l'Institut national de comptabilité du Centre national d'études supérieures de Bruxelles, ce qui lui vaut le titre d'Expert comptable, distinction inédite alors en Haïti. En 1957, contraint de quitter la ville de Jacmel en raison de persécutions politiques, il gagne la capitale où pendant des années il se consacre à l'enseignement du grec, du latin, du droit usuel et de l'économie politique dans différents collèges et institutions. Par la suite, il est à nouveau rattrapé par l'enseignement et la pratique du droit. Il devient professeur à la faculté de droit et exerce successivement les fonctions de juge de siège, de juge d'instruction au tribunal civil, de juge à la cour d'appel de Port-au-Prince et de juge à la Cour de cassation. Faisant fond sur cette double trajectoire, il publie des versions annotées du code civil, du code pénal, du code d'instruction criminelle et du code du commerce. La notoriété qu'il acquiert dans le domaine juridique l'amène à porter sa réputation au crédit de sa contribution au sein de la Commission de refonte des codes, puis de la commission d'experts chargés de l'élaboration de l'avant-projet de la Constitution de 1987. Alors qu'il est en phase de bilan d'une longue et riche carrière professionnelle, le spectacle de destruction et de désolation de la capitale haïtienne lors du séisme du 12 janvier 2010 l'interrompt brusquement, pour un temps qu'il croit provisoire, dans la rédaction d'une décision de justice. Ce projet de sentence restera inachevé. Incertain de pouvoir reprendre ses fonctions au Palais de justice et à la faculté de droit détruits, il ne se résout pas à devoir retarder son retour au pays natal. Le coeur malade lâche progressivement et le corps s'effondre irrémédiablement. Me Menan Pierre-Louis s'éteint le 29 juin 2010 à 7 h 30 du soir, entouré de sa famille, à l'hôpital Wellington en Floride. Lui survivent sa femme, Yolande Dépestre, son épouse pendant 61 ans, 6 enfants, 17 petits-enfants, 2 arrière-petits-fils et 2 arrière-petites-filles. ORAISON FUNEBRE PRONONCEE PAR PATRICK PIERRE-LOUIS, LE 28 JUILLET 2010 A LA CHAPELLE DE L'EGLISE ST PIERRE DE PETION-VILLE. Combien de fois ai-je imaginé cet instant ? Combien de fois ai-je envisagé cette situation ? Combien de fois ai-je anticipé cette oraison durant les vingt dernières années, tant l'imminence de ton départ a paru menaçante lors de tes premiers ennuis de santé ? Mais à force d'attendre ce moment aux couleurs de drame et de toujours le voir heureusement reculer, nous avions fini presque par croire, naïvement et comme portés par le quotidien des choses terrestres, que cet événement mille fois annoncé, autant de fois repoussé, était indéfiniment reporté, irrémédiablement congédié. Or voilà qu'elle est là, cette absence brutale, dans sa nudité absolue, et désormais seuls le souvenir, la mémoire et l'histoire pourront conjurer le vide que tu laisses. Il me faut parler d'un père d'exception. Mais les mots, que valent-ils face à des événements de pareille magnitude, combien pèsent-ils dans de telles conjonctures ? Je ne connais pas la vocation de la parole à abolir le silence infini de l'absence. Je ne reconnais pas la compétence du discours à retarder cette tectonique des plaques qui nous frappe de plein fouet. La magie du verbe est aujourd'hui défectueuse, son pouvoir totalement inopérant. Pourtant, pourtant, j'ai l'âme légère. Le drame longtemps imaginé s'est estompé. Aucune amertume, de regret point, pas de traumatisme, tellement ta présence nous traverse de part en part, tant nous sommes imprégnés de ta force de caractère et de ton incorruptibilité légendaire, si fortement sommes-nous habités par ton inoxydable dignité et à tel point ton esprit continue de nous hanter. La douleur, oui ! Mais si calme et apaisée qu'on dirait presque une joie lointaine et discrète. En la circonstance, point de place pour l'éloge pourtant légitimement dû au serviteur public. Je me ferais outrage à évoquer ici les qualités de l'éminent juriste au raisonnement métronomique et implacable que tu fus. Il suffira de manifester notre reconnaissance pour ce que tu as su être, aux côtés d'une mère à la générosité sans frontière, un professeur de vie à temps plein pour tes enfants et tes petits enfants. Alors que rêver de plus ? Qu'espérer davantage ? Chacun de tes enfants gardera des images de toi sur lesquelles il exercera son monopole. La mienne, qui m'épaulera et m'accompagnera jusqu'au bout du bout de mon aventure humaine, sera celle où tu me berçais de chansons sur une dodine, quand enfant, j'étais assis sur tes genoux. Cette seule image pour la route de toute une vie ! Père, il n'est de revers que l'amour qui nous lie à toi ne saurait nous aider à transcender. Merci de nous avoir appris à sauter par-dessus nos murs, de nous avoir incité à dénouer nos doutes, de nous avoir poussé à incendier nos peurs, de nous avoir porté à délier notre sens du don, de nous avoir enseigné à magnifier les joies simples. Merci d'avoir ouvert nos esprits au sentiment d'appartenance à la communauté, de nous avoir contaminé de ta ferveur sans réserve pour le pays natal, son histoire, sa glorieuse révolution. Merci, enfin, d'avoir toujours su opposer pour nous l'optimisme de ta volonté au pessimisme de la raison, de nous avoir définitivement prémunis contre les vieux préjugés de race, de classe, de couleur et de caste, en discréditant continûment la déraison de ces odieuses prétentions et en nous obligeant à regarder les choses essentiellement à hauteur d'homme. Pour tout cela et pour la multitude d'étoiles que tu as su patiemment planter au firmament de nos vies, tu demeureras toujours avec nous. Tu ne seras jamais totalement poussière car tu vivras en nous. Chaque jour sera jour de fête lorsque nous penserons à toi, chaque morceau de souvenir de toi sera une étincelle de bonheur, un moment d'éternité dans nos vies éphémères...
Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".