EDITO | Par la puissance de ta galerie, ministre tu seras

edito

Publié le 2012-05-07 | Le Nouvelliste

Georges Anglade (encore lui) avait une théorie sur la composition des gouvernements en Haïti : la force des galeries détermine tout. Ici, disait-il, devenir ministre est rarement l'accomplissement d'une carrière, la récompense d'un parcours. Aucun poste n'est inscrit dans une trajectoire. Ce ne sont pas les sommités de telle ou telle discipline qui reçoivent la charge et l'honneur de mettre leurs idées et leur sueur au service du pays. Ce ne sont pas des auteurs de thèses qui sont appelés à se colleter à la réalité. Ce ne sont pas les militants politiques qui sont les premiers servis. Non. Devenir ministre, directeur général, ambassadeur et même candidat à l'être - ce qui est déjà un statut enviable - dépend des galeries. Si dans la République des baïonnettes du temps longtemps il fallait compter sur les régiments de va-nu-pieds taillables et corvéables à merci pour prendre la capitale et le pouvoir ou pour s'associer à des forces et être dans le faisceau gagnant, depuis des années, avoir l'appui de la bonne galerie est essentiel. Les galeries, même quand aucune n'est responsable d'une nomination ou d'un limogeage, sont pointées du doigt. D'ailleurs en tout, une cherche à en tirer gloire ou crédit. Les galeries ne peuvent rester inactives au péril de perdre leur réputation. Ce ne sont pas des salons, on n'y pratique pas la broderie, ce sont des centres d'influence et de pouvoir. Se faire une réputation, là où le président, sa femme, son Premier ministre, son meilleur ami traînent leurs oreilles, est décisif. Sinon, il faut être l'ami d'un ami qui fréquente ces lieux bénis qui ouvrent les carrières qui ont vue sur la fanfare du palais national et les per diem pour un krik ou un krak. Les galeries, pour ceux qui ignorent de quoi il s'agit, sont ces assemblées, avec ou sans enseigne, où se réunissent des amis, souvent liés par l'amour de la bouteille, des fois retenus ensemble par des idées politiques. Cela peut être un restaurant, une maison, un coin accueillant sous un arbre dans une cour ou une vraie galerie avec véranda, balustrade, chaises, dodines, cris d'enfants, volutes de fumée et fumet d'un cabri boucané bien assaisonné autour d'interminables parties de dominos. Ne vous trompez pas, le destin de la République et de ses plus grands fils s'est souvent joué en ces lieux, concentrés de pouvoir aux vertus insoupçonnées. Une galerie est aussi un assemblage d'hommes avec quelques femmes réunis autour d'un maître des lieux, même s'il y a de puissantes et célèbres galeries tenues par des duchesses qui font et défont les carrières et le tracé des principales avenues de la République, c'est avant tout une affaire d'homme. Cette semaine, les galeries marchent au nucléaire tant cela carbure pour trouver l'énergie et la bonne combinaison pour monter le premier ministère de Laurent Lamothe. On cherche, on propose, on retire, on soustrait, on impose, on discute. La rumeur s'en mêle, la politique aussi. On assassine les premiers nommés, pour infiltrer le nom du petit dernier dans la courte liste des promus. L'allure du train de cette chaise musicale est infernale. L'enjeu de chaque mouvement est capital. Recommandations et contre-indications s'affrontent. Un bon mot dit au bon endroit conduit au pinacle, un coup de langue bien ajusté et la chute est irrémédiable. Ce n'est pas qu'avec le gouvernement de Garry Conille qu'on a vu des postes filer d'entre les doigts de ministres bien sous tous rapports mais descendus du bus à la dernière seconde. C'est un malheur, une déchéance qui se produit régulièrement. Devenir ministre est un parcours ardu, le rester une course aux obstacles, ne plus l'être une punition. Même ceux qui sont nommés sans l'avoir particulièrement désiré passent le reste de leur vie à se demander ce qu'ils ont dû faire de travers. Généralement, rien de particulier. Il y a une dynamique ministérielle : ne jamais être rassasié de la fonction, que cela dure un mois ou cinq ans. A quelques heures de la présentation de la politique générale de Laurent Lamothe devant le Parlement, comme une anguille dans l'océan, les faiseurs de ministre cherchent l'oiseau rare, celui qui concrétisera leurs aspirations à devenir un heureux doubleur qui ne se fera pas rouler par une doublure, ce candidat effacé qui dit oui à tout, puis se rebiffe sitôt chef devenu. Sur les galeries, il y a mille histoires de trahison, de traîtrise, de retournement de veste, de déception sur des mauvais ministres. Pas le temps cependant de faire le bilan des sortants et des anciens, on ne pense qu'à l'avenir sur les galeries. D'ailleurs, un bon ministre est un ministre immobile, celui qui fait le moins de pas, crée le moins de remous autour de son ministère, reste en paix dans son coin à accumuler les jours pour en faire des semaines, des mois et, avec de la chance, des années. Un ministre n'a pas de lettre de cadrage à l'entrée pour savoir que faire et aucune prime de performance à la sortie. La seule médaille est de garder son nom propre dans un pays où épuiser les hommes et entacher leur réputation est un sport pratiqué dans toutes les galeries et même dans la presse...
Frantz Duval duval@lenouvelliste.com Twitter:@dalfaz Retrouvez les éditos et les grands titres du Nouvelliste commentés chaque matin, entre 7 h et 8 h, sur Magik 9 (100.9 FM) ou www.magik9haiti.com Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".