Exposition de peinture/ Allemagne

« Le paradis de l'enfer » avec Préfète Duffaut et Frantz Zéphirin

Le Grassi Museum, Leipzig et le Sudiogalerie à Höfgen s'aventurent dans de nouvelles terres en exposant, du 9 septembre 2011 au 26 février 2012, les oeuvres de deux des plus éminents représentants de l'art contemporain haïtien Préfète Duffaut et de Frantz Zéphirin .

Publié le 2011-10-04 | lenouvelliste.com

Montrer que les oeuvres des deux artistes haïtiens, Préfète Duffaut et Frantz Zéphirin, appartiennent à plusieurs générations et à différentes styles, tel se veut l'objectif de cette exposition, baptisée « Le paradis de l'enfer », qui durera plus de quatre mois en Allemagne, a-t-on appris par l'agence en ligne Colletif2004images. Ces deux peintres sont des précurseurs de la peinture dite « naïve » haïtienne, courant admiré à l'image de Picasso et des surréalistes en France, manifesté dans les années 40 avec la création du Centre d'Art, sous les ruines depuis le séisme dévastateur du 12 janvier. À travers cette exposition naïve, la culture haïtienne tente de se rapprocher de l'amalgame indien, les cultures africaines et européennes contre le fond d'une histoire dramatique et politique. En 2010, ils ont réalisé, après le terrible tremblement de terre du 12 Janvier, un catalogue pictural avec des oeuvres de seize peintres haïtiens tirées de la collection des musées allemands. Ils ont par ailleurs octroyé une résidence artistique d'un mois à Höfgen (Allemagne) à Préfète Duffaut, artiste-peintre comparé aux grands primitifs italiens et yougoslaves et même aux surréalistes. Lui a succédé Frantz Zéphirin invité des artistes du musée Grassi. Né en 1923 à Cyvadier à 5 km du port de Jacmel, Préfète Dufaut a été l'un des peintres, à côtés de grands artistes haïtiens tels que Gesner Abélard, Hector Hyppolite et Rigaud Benoit, à avoir été formé au Centre d'Art que Dewitt Peters venait de créer à Port-au-Prince. Auteur des fresques «La tentation du Christ" et "La Route de procession» (également appelée la «Procession de la Croix») à l'intérieur de la Cathédrale de la Ste Trinité, Préfète Dufaut est sans doute l'un des peintres haïtiens les plus connus dans le monde. Il a exposé aux Etats Unis, à Zagreb, Paris, Rome, Nice, etc... Son oeuvre, composé généralement de fantastiques «villes imaginaires» qui contiennent souvent des éléments côtiers avec des bateaux et l'imagerie vaudouesque, -parcouru plus d'un demi-siècle est présente dans tous les musées importants-, continue d'avoir une forte influence sur les artistes contemporains haïtiens tels que le Prince Luc (Luckner Candio). Frantz Zéphirin n'est pas en reste. Rentré dans le domaine en 1973 avec Antoine Obin, grand maître de l'école de peinture du Cap-Haitien, c'est à partir de 1988 qu'il allait développer son propre style, mettant en scène toutes sortes d'animaux sauvages et familiers qui dans un ballet libre et coloré recréent l'histoire mouvementée de l'humanité. Son oeuvre comprend aussi des toiles dont les sujets mystiques ésotériques nous emmènent dans des mondes parallèles. Frantz Zéphirin est aussi un artiste de la rencontre. Il a collaboré avec de nombreux artistes de son temps : peintures murales, tableaux notamment avec Préfète Duffaut, Jose Bédia, Aparecida de Ozedo, Ermelinda Ozias, Diagne Channel, Etienne Chavannes, Pascale Monnin, Edouard Duval Carrié, etc. Ses tableaux ont fait la une de plusieurs magazines prestigieux : le New Yorker, Le Temps, le New-York Times, The Smithsonian Magazine...Un de ces tableaux a fait la couverture de The immaculate Invasion de Bob Shacochis, best seller du New-York Times.
Angie Marie Beeline Joseph
Auteur


Réagir à cet article