La Faculté des sciences lance une campagne de financement pour pouvoir se relancer

Publié le 2021-04-12 | lenouvelliste.com

Plus de onze ans après que le bâtiment a été détruit par le tremblement de terre du 12 janvier 2010, la Faculté des sciences (FDS) regagnera bientôt son illustre adresse à l’angle des rues Joseph Janvier et Monseigneur Guilloux. Ce retour devra marquer un nouveau départ tant du point de vue logistique, académique que du point de vue financier. Sur le plan logistique, il y aura des employés additionnels pour la gestion du nouveau bâtiment ainsi que des ingénieurs-ressources et des équipements pour le fonctionnement des nouveaux laboratoires.

L’administration de la Faculté des sciences en profitera pour lancer une réforme académique attendue il y a belle lurette. Cette réforme consiste d’abord à évaluer les différents programmes existants pour ensuite implanter de nouvelles filières d’ingénierie ou de nouveaux programmes de cycle court. Cela nécessitera un budget additionnel pour couvrir les coûts de recrutement de nouveaux professeurs et des agents administratifs de soutien à l’enseignement. Et c’est là que le bât blesse puisque la principale source traditionnelle de financement vient d’un Trésor public aux moyens limités et souvent nonchalant quand il s’agit de financer l’éducation supérieure.

Pour combler ce déficit de financement, la Faculté des sciences compte offrir des services techniques aux entreprises privées et à l’Administration publique ainsi que des programmes payants de formation continue. Mais à plus court terme, elle envisage de lancer un programme de financement visant essentiellement les diplômés, partenaires et amis de la FDS. Cette campagne de levée de fonds vise à collecter un montant de 42 millions de gourdes qui servira à soutenir le fonctionnement de la cafétéria, d’une dizaine de laboratoires scientifiques et de la bibliothèque. Elle aidera à payer également des bourses d’études de perfectionnement, d’excellence pour les lauréats et des primes de performance pour les enseignants et chercheurs.

Pour y parvenir, la Faculté des sciences compte sur la générosité de tous ses diplômés, des entreprises privées et des organismes d’État partenaires. Les personnes intéressées peuvent effectuer des dépôts sur les comptes suivants : Compte gourdes Sogebank: 706095726 et compte dollars Sogebank: 716016530. Ils peuvent utiliser également le lien Gofundme suivant:  https://www.gofundme.com/f/aafds-leveedefonds-fds-2021.

Le comité de levée de fonds assure que des procédures sont mises en place pour assurer la transparence dans la gestion des fonds collectés. Ceux-ci pourront, selon les responsables du comité, être gérés par l’Amicale des anciens, de concert avec les membres du conseil d’administration de la FDS.

Le nouveau bâtiment s’étendra sur une surface d’environ 4 000 mètres carrés, incluant une cafétéria, une bibliothèque, deux amphithéâtres de 220 et 150 places, en plus des salles de classe.  Le budget prévisionnel de la reconstruction s’élève à 11.5 millions de dollars américains, incluant le coût de la supervision d’un million de dollars américains. Le budget a été financé par le Fonds Qatar Haïti (6.2 millions de dollars), le Fonds Clinton-Bush Haïti (4 millions de dollars) pour les études, la supervision et les matériels de bureau et de laboratoire. La compagnie Haytrac a aussi fait un don en nature d’une valeur de 140 000 dollars américains.

Pour sa part, l’État haïtien devrait fournir une contribution de 140 millions de gourdes, soit quatre millions de dollars américains à l’époque de l’élaboration du budget. Mais malheureusement, jusqu'à cette date l'État n'a rien donné. Ce qui rend encore plus difficiles les conditions du retour de la FDS au nouveau local, puisque sans ce support, il n’y aura pas de système d'énergie solaire, pas de câblage pour les données et non plus de contrôle des accès.

La réforme académique vise à améliorer la qualité de l’enseignement dispensé à la FDS. Elle débutera par la révision du curriculum actuel. Une politique d’octroi de bourses d’études aux lauréats est également définie et sera mise en œuvre au cours des quinze prochaines années. Un accent particulier sera mis sur le volet recherche et développement qui tendra à renforcer les structures de recherche existantes tout en encourageant la création de nouvelles unités. Le principal objectif est de contribuer à mettre la science et la technologie au service du développement national.

La Faculté des sciences et les grands chantiers nationaux

La Faculté des sciences demeure l’un des plus anciens établissements de l’Université d’État d’Haïti (UEH). Institution privée fondée en 1902 sous le nom de l’École des sciences appliquées (ESA), elle avait pour vocation de former des conducteurs de travaux. Elle est devenue par la suite un établissement public de formation d’ingénieurs, de scientifiques et de techniciens supérieurs. Aujourd’hui, la FDS forme des ingénieurs en génie civil, génie-architecture, génie électromécanique et génie électronique, des chimistes et des topographes. Ces spécialités sont appelées à augmenter avec la réforme envisagée.

La Faculté des sciences offre depuis une vingtaine d’années une Maitrise en base de données et intégration de systèmes (MBDS), en partenariat avec l’Université de Nice à Sophia Antipolis (France), et depuis près de 3 ans, une maitrise en géosciences appliquées aux géo-risques, en partenariat avec l’École normale  supérieure (ENS) de Paris et l’Université de Liège (Belgique)  ainsi qu’une Maitrise en urbanisme résilient en partenariat avec l’Université de Liège.

L’histoire de la Faculté des sciences est étroitement liée à la réalisation de grands travaux d’infrastructure dans le pays. À titre d’exemple, on peut citer la construction du barrage hydro-électrique de Péligre, la prospection minière, le drainage de Port-au-Prince, la construction des routes nationales, la nationalisation des entreprises de production d’énergie électrique, de services de télécommunication, de ciment, de farine, de services portuaires, etc.

Les diplômés de la Faculté des sciences se retrouvent à tous les échelons professionnels, tant dans l’administration publique que dans les entreprises privées. Ils sont présents à toutes les phases des projets publics de génie : études de faisabilité, l’exécution et la supervision des travaux. Leurs compétences sont sollicitées dans de nombreux secteurs d’activité de la vie nationale comme l’aménagement du territoire, la construction de réseaux de télécommunication, le secteur bancaire,  la production d’énergie et le génie logiciel.

Depuis le séisme du 12 janvier 2010, la Faculté des sciences vit une situation très difficile, comme les autres facultés de l’Université d’État d’Haïti. Elle compte sur ses diplômés et ses différents partenaires pour s’en sortir. Tous les secteurs organisés de la société devraient accorder une importance particulière à l’enseignement et à l’application de la science en Haïti. C’est un facteur de développement économique.

Thomas Lalime

thomaslalime@yahoo.fr

Auteur


Réagir à cet article