Spectacle/ "Monologues du vagin"

Quand les vagins s'adressent aux étudiants/tes

Publié le 2011-11-28 | Le Nouvelliste

A l'occasion de la célébration de la Journée internationale de violence faite aux femmes, sous le haut patronage de la présidence le vendredi 25 novembre 2011 à le Villate, Pétion-Ville, les étudiants/es haïtiens de différentes universités de la capitale ont assisté à l'adaptation faite par Florence Jean Louis Dupuy de la pièce Les Monologues du vagin de Eve Ensler. Les Monologues du vagin est à sa deuxième sortie en Haïti après avoir été jouée dans plusieurs pays : Etats-Unis, Canada, Belgique, Martinique, Guadeloupe, etc. Ce vendredi 25 novembre, c'était en présence des étudiants haïtiens. Deux séances étaient prévues : 4h-6h p.m. et 6h-8h p.m. Il était 4h35 p.m. quand l'une des comédiennes s'adressait au public pour prononcer les mots de bienvenue. Tout à coup, les 4 principales actrices ont investi la scène sous une pluie d'applaudissements d'une assistance électrisée et composée en majeure partie de jeunes. Les interprètes de la pièce, tout de noir vêtues, belles comme les roses du Liban, commençaient avec les diverses appellations du vagin : bòbòt, koukoun, koko, koukounèt, chat, chouchoun, bouboun, boubounèt, kòkòt, etc. il ne faut pas avoir peur de parler du vagin. Elles ont également appris au public les vagissements liés au vagin dont les sonorités sont difficiles à retransmettre ici. Hormis : un vagin peut pousser des murmures de toutes sortes. Par exemple, les gloussements de plaisir impliquant Eros ou Sapho se manifestent fort souvent comme les détonations d'une mitrailleuse. De telles sonorités la rédemption orgasmique fait chanter, pleurer, grincer, gémir, plaindre, soupirer, etc. Et cela commençait à susciter la curiosité des jeunes qui s'émouvaient après chaque cri du vagin à travers la bouche des actrices sur la scène. Les comédiennes, ce soir-là, étaient en superforme! Tout au long de la prestation, on pouvait entendre des propos tantôt humoristiques, tantôt inaudibles venus de la foule : « Toi, Fabienne, tu as un gros chat, tu as un grand bòbòt.» La foule s'est surexcitée quand un autre jeune homme a crié de toute ses forces : « Cela commence à me faire bander, moi. » Mais quelques minutes plus tard, la situation a pris une nouvelle ampleur quand le président Michel Joseph Martelly accompagné de sa femme, est arrivé dans la salle au rythme d'un « Konpa tètkale » pigmenté de la voix même du chanteur. A ce moment-là, tout le monde se levait pour saluer l'arrivée du président avec son large sourire d'homme de scène. Arborant une chemise rose dégagée d'une quelconque cravate , un blue-jeans, il ne s'est pas échappé à la chaleur de la foule qui a crié à l'unisson : « Martelly, tètkale.» Vite, il commence à faire bouger sa tête, ses épaules et plus tard, tout son corps... les agents de sécurité se faufilent et se défaufilent dans la salle... en moins de deux bonnes minutes, la foule oublie la scène, tous les regards étaient portés sur le président de la République d'Haïti, qui attirait lui aussi les regards avec ses gestes habituels. Et les vagins (métamorphosés en bouche ce soir-là) recommencent avec le dialogue, le doux dialogue. Fabienne, l'une des interprètes, dans une réplique de la pièce, précise : une fois, j'ai été sans défense en me faisant raser sous la pression de mon mari. Pour les femmes, les poils sont la défense du vagin. Mais certaines préfèrent les faire enlever. C'est gênant parfois. Le public applaudit de tout coeur. Cela excite. La pièce pique. Ce vendredi-là, le stress était mort au resto Le Vilatte, Pétion-Ville. Par contre, le public se croyait en train de vivre les fortes méditations du vagin. Une partie de l'assistance aurait cru qu'elle allait regarder les vagins avec les yeux. « Ce qui m'intéresserait le plus, c'était de voir un gros vagin sur la scène », a craché un étudiant à la fin de la représentation théâtrale. Les Monologues du vagin est cette pièce bien travaillée qui fait vivre le vagin avec les oreilles. Avec leurs talents confirmés, les comédiennes ont enthousiasmé la foule à chaque apparition sur scène, chaque geste, avec les jambes ondulatoires. Soudain, une voix comme un tonnerre vient de la salle : « Anmwe, ouf ! Mon Dieu ! La bouche des femmes se métamorphose en vagin.» A ce propos, tout le monde pouffait de rire, même les actrices n'ont pas échappé à cette ambiance survoltée. Tout le déroulement de la pièce s'est fait dans une atmosphère de plaisir, de joie et de rire déprogrammés. La chose a bien aimé le sérieux des actrices sur la scène et la finesse de leur jeu. Cette soirée théâtrale a touché son zénith quand un musicien du groupe Ram, avec son saxophone, bémolisait le spectacle avec une superbe mélodie. Un silence régnait dans la salle, tel un cimetière. Pour clore la partie, la comédienne Florence Dupuy a salué les différentes interprètes de la pièce. « Les Monologues du vagin; est une pièce qui montre la valeur du vagin, elle montre l'importance du corps de la femme. Plus besoin d'avoir peur de prononcer, le nom d'une partie du corps. D'ailleurs, c'est sacré. C'est un mystère. Cela permet de rejeter un certain stéréotype à l'égard du corps de la femme. Le vagin, c'est un monument, une partie vitale, en clair, un royaume. Par conséquent, les hommes doivent travailler pour en découvrir le sens. Nous devons lutter pour que les hommes cessent de violer les droits de la femme, les femmes mutilées, amputées, brisées», conclut madame Dupuy, la metteuse en scène. Les actrices ont choisi d'exhorter les femmes à bien conserver, sauvegarder et protéger leur vagin. Car c'est leur trésor. Pour sa part, le président Michel Joseph Materlly est monté sur la scène pour rejoindre les comédiennes. Tout ceci sous la clameur de la foule en liesse. Dans son message de circonstance, il a félicité les artistes pour leurs talents confirmés. Il a exprimé son ferme engagement au respect de la femme haïtienne et à combattre toutes formes de violences faites à l'égard de la femme haïtienne.
Iléus PAPILLON, poète paplus12@gmail.com Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".