Un dernier au revoir au vice-recteur de l’UNEPH, le Dr Robert Joseph

Parents, amis, anciens camarades de promotion, membres du corps professoral et étudiants de l’UNEPH, différents acteurs du milieu universitaire et religieux ont assisté, vendredi 11 juin, à une messe d’actions de grâce chantée en l’honneur du Dr Robert Joseph, vice-recteur à la recherche de l’Université d’épiscopale d’Haïti (UNEPH), à la paroisse de Saint-Louis roi de France.

Publié le 2021-06-11 | lenouvelliste.com

Atteint de la Covid-19, le virus mortel en circulation dans le pays, le Dr Robert Joseph, a succombé le 2 juin dernier alors qu’il était déjà admis dans un centre hospitalier. « C’était un homme d’une grande honnêteté, un brillant médecin-vétérinaire, un personnage inoubliable, un collègue professionnel, brillant, un humaniste ». Les mots ne manquaient pas à certaines personnalités, dont la plupart sont des anciens camarades de promotion, collègues de travail, pour décrire celui qu’ils s’accoutumaient à appeler « Bob ».

L’ancien directeur de l’ONA Emmanuel Ménard, responsable du Parti politique « Force Louverturienne Réformiste », n’a pas mâché ses mots pour saluer « un colosse » que nous venons de perdre avec le départ du professeur Robert Joseph. Il parle « d’un être sensible aux malheurs des autres, d’un bon père de famille, d’un professionnel imprégné de son art, d’un éducateur soucieux et d’une rare compétence, d’un louverturien convaincu et passionné, d’un administrateur rigoureux et compréhensif, d’un chef de parti moderne et démocrate, d’un Haïtien intègre qui n’a jamais prostitué son métier d’homme ni dans ses combats politiques ni dans son vouloir exaltant de voir son pays débarrassé de la corruption et de l’amateurisme politique pour qu’enfin s’ouvre la nouvelle ère du changement intégral, vecteur indispensable de la paix sociale et du développement durable. C’est cet homme qui est tombé en pleine bataille constante pour des lendemains meilleurs avec un rêve pour la jeunesse et une foi inébranlable dans l’espérance de la construction de la Nouvelle Haïti ».


Le président du Parti Force Louverturienne Réformiste en a profité pour décerner, de manière posthume, la « Médaille du mérite » au professeur Robert Joseph, au nom du Parti dont il était membre.  

« Homme de principe et d’honneur qui a toujours dans ses rapports avec les autres privilégié la souffrance plutôt que le déshonneur et la honte. Bob est une référence, un guide, un mentor, un senior respecté de tous. Il fut, pour moi, comme président, un bras fort, compatissant, progressiste qui m’encourage à travailler sans relâche en dépit des difficultés inhérentes à cette fonction pour faire triompher les idées de rénovation et de succès qui nous habitent », témoigne, par ailleurs, le professeur Jean Robert Charles, président de la Conférence des recteurs, dirigeants et présidents d’institutions universitaires en Haïti (Corpuha).

Au nom de la Corpuha, le professeur Jean Robert Charles a également décerné une distinction posthume au Dr Robert Joseph : « Ordre du mérite Louis Dantès Bellegarde, au titre de commandeur », la plus haute distinction de la Corpuha, avec médaille dorée.



Réagir à cet article