L'acte animiste de Manno Ejèn sur le papillon noir

Publié le 2020-03-19 | lenouvelliste.com

«Papiyon nwa

se non vanyan mwen

depi zèl mwen franchi pa pòt

kè sote deja enstale

poutan vòltij mwen pi frajil

pase boujon lavi»

«Tout grand poème est un nom d'un évènement», dit Alain Badiou. C'est-à-dire qu' il consiste à la glorification d'une chose, d'un objet, d'une situation symbolisant, ce qu'il y a dans le monde. Comme c'est le cas pour le phénomène de papillon noir dans la culture haïtienne que Manno Ejèn poétise. Ce poème est tiré de son recueil «Sezon papiyon».

Ce petit texte n'a pas pour l'intention d’être laudatif. Mais c'est juste une petite scholie pour apprécier ce poème qui nous inspire quelque chose par son pouvoir de séduction sans maître. L'on se rappelle du berceau de Coriolan Ardouin. Pourquoi pas l'auteur de ce poème puisque c’était son nom de plume pour sublimer sa mélancolie comme étant orphelin de mère!

L'ambition propre de Manno Ejèn dans cette poétisation latente de la réalité ou animiste est une description magnifique de ce qui est. À travers cette description classique, des vers simples, légers et univoques, il veut donner place à la vérification expérimentale en demandant de sonder la nature des choses pour ainsi dire l'essence des choses. La foi ou la croyance dans l'illusion, les clichés amènent à la tromperie ou provoquent la perte de la personne qui s'y adonne. «Poutan vòltij mwen/ pi frajil pase boujon lavi», lit-on. Un animal inoffensif et si fragile au toucher. 

«Papiyon nwa/ se non vanyan mwen/ depi zèl mwen franchi pa pòt/ kè sote deja enstale», cette héroïsation ou mettre à l'honneur l'insecte n'est pas un simple geste. Elle consiste à montrer par cette figure poétique que notre connaissance sur la bestiole est basée sur l'opinion. Ce que l'on sait, d’après Bachelard, «l'opinion pense mal».

L'intention du poète n'est pas de fixer l'insecte, mais de montrer ses propriétés naturelles comme l’éthologue J. Von Uexkull l'aurait fait. Cette allégorie de Manno Ejèn consiste à dire que toute chose qui existe et vit peut être prise dans la surprise d'un évènement par une conclusion hâtive. Cependant il faut toujours opter pour la vérification, la rectification puisque la démarche propositionnelle ou prédicative ne permet pas de saisir le réel dans sa véracité. Il faut toujours être prêt à rectifier pour avancer.

Les gens ajoutent toujours quand ils ont besoin de fabriquer des mythes. C'est ce qu'ils font avec le papillon noir. Cet insecte devient un prophète de malheur, de mauvais augure. Pourtant, que ce soit le papillon noir ou autre, nocturne ou diurne, «il est le symbole de la métamorphose, de la transformation, du changement vers ce qu'il y a de plus élevé. Il nous enseigne à transformer consciemment nos vies, qu'il faut laisser nos désirs se réaliser, que nous pouvons créer de nouvelles situations pour améliorer le quotidien,» dira Caroline Meillat. Sans oublier, tout comme les autres papillons, qu'il participe à la pollinisation des fleurs. 

Notons que certains papillons noirs que l'on qualifie d'annonciateurs de la mort ou de deuil voient seulement la nuit et, pendant le jour, ils cherchent à s'abriter dans l'ombre et attendre l'arrivée du crépuscule. Ils sont de la famille  d'hétérocères...

Dans cette fenêtre faune et flore qui s'ouvre, l'acte littéraire du poète Messerne Sagesse mérite bien notre attention. Comme souligne le poète Jean-Baptiste Anivince, il est l'un des rares jeunes poètes qui consacre sa plume entièrement à la cause environnementale. Voir son recueil «Feuilles de route». Sur ce, je fais appel à lui dans un extrait: […] désormais/ ils nous laissent comme des papillons de nuits blanches/ des aveugles en terre étrangère/ les jours viennent comme des singes/ […] nous vivons le règne des moustiques en ballade/ et voilà...des citernes de vent brandissent le fil de nos ventres. C'est un cri de décharge prêté à la nature comme besoin de vivre. 

L'image poétique de Manno est une conscience culturelle alternée. C'est-à-dire, malgré le style «Pwezi Anwoule» qu'il se donne pour mission de puiser dans le folklore haïtien, cela n’empêche pas que Manno Ejèn veut enlever les gangues. Même s'il n'ignore pas que les mythes participent à la construction psychique du vivant humain. Sinon, d’après lui, il n'y aurait pas de la poésie, la fiction ou encore le merveilleux...

Orso Antonio DORELUS
Auteur


Réagir à cet article