18 mai

Quel drapeau et de quelle université

Le bicolore national a fêté ses 202 ans le mercredi 18 mai 2005 et plusieurs activités ont marqué cette date. Une cérémonie officielle a eu lieu à l'Arcahaie et les dirigeants de l'Université d'Etat d'Haïti (UEH) ont clôturé à la Faculté d'Agronomie et de Médecine vétérinaire un ensemble d'activités lancé depuis le mercredi 11 mai dans plusieurs facultés de l'UEH pour marquer cet anniversaire et lancer les débats sur la réforme au sein de l'Université d'Etat.

Publié le 2005-05-19 | Le Nouvelliste

Les 202 ans du bicolore ont été célébrés mercredi à l'Arcahaie en présence du chef de l'Etat, Me Boniface Alexandre, du Premier Ministre Gérard Latortue, des membres du Cabinet ministériel et du Corps diplomatique. En cette occasion, le Président de la République a déposé une gerbe de fleurs au pied de la statue de Jean-Jacques Dessalines et rendu un vibrant hommage à Catherine Flon qui a cousu les deux bandes Bleue et Rouge du drapeau haïtien. Boniface Alexandre a salué l'exploit accompli par nos ancêtres qui ont su trouver une entente pour aboutir à l'indépendance nationale tout en nous invitant à suivre leur exemple. D'un autre côté, le chef de l'Etat a plaidé la cause du dialogue national pouvant, selon lui, mener le pays sur la voie du développement et de la prospérité. « Ce qui tirerait Haïti de la crise et mettrait un terme aux humiliations de toutes sortes subies par nos compatriotes en terre étrangère», a déclaré Boniface Alexandre faisant, paraît-il, allusion aux récentes déportations de milliers d'Haïtiens de la République Dominicaine. Ce dialogue, a déclaré le chef de l'Etat, doit déboucher sur la refondation d'Haïti. « Si nou met tèt nou ansanm, les Haïtiens ne se feront plus humiliés dans les autres pays, car on connaîtra la prospérité et le progrès social ». « Ensemble, poursuit-il, nous devrons trouver une solution à la question de l'environnement. Ensemble, nous devons assurer l'éducation et la formation de nos enfants». En ce qui concerne les prochaines élections, Boniface Alexandre a, en outre, invité la population à retirer leur carte électorale afin de prendre en main leur destin, en se gardant de faire un choix émotionnel mais réfléchi et rationnel. « Vous devez exiger de vos futurs dirigeants des visions claires, des idées basées sur des études concrètes, c'est à ce prix qu'on aura une bonne gouvernance », a exhorté le président provisoire. Artisans de leurs malheurs De son côté, l'évêque co-adjuteur de Port-au-Prince, qui présidait la cérémonie religieuse de l'Arcahaie, a indiqué que les Haïtiens ont été eux-mêmes les artisans des malheurs qui se sont abattus sur Haïti. Mgr. Joseph Serge Miot a dénoncé l'occupation du territoire national par des forces étrangères et nous présente, Haïtiens, comme des « traîtres, des apatrides et des antinationaux ». « C'est avec la mort dans l'âme que nous nous remémorons les événements fondateurs de notre patrie commune », a déclaré le prélat au cours de cette cérémonie religieuse. « Nous n'avons pas fait honneur aux héros nationaux. Nous avons trahi la cause et ne méritons pas de la patrie. Nous avons livré le sol sacré à des forces étrangères et les vrais Haïtiens se sentent en pleine occupation », a estimé Mgr Serge Miot qui exhorte tout un chacun à prendre ses responsabilités « car, dit-il, nous sommes tous dans le même bateau ». Enfin, le prélat a plaidé en faveur d'une solution interhaïtienne à la crise qui secoue le pays en soulignant que le peuple attend une solution haïtienne, fruit d'une entente nationale avec la participation de tous les Haïtiens vivant dans le pays et à l'étranger. Pour sa part, le ministre de l'Education Nationale, Pierre Buteau, a appelé tous les Haïtiens à se réunir autour du bicolore en vue de sortir le pays de l'impasse. Le professeur Buteau a invité tous les secteurs de la vie nationale à imiter le geste des ancêtres à savoir faire un bloc pour "sortir Haïti de la crise". Le titulaire de l'Education Nationale s'est adressé en particulier à la Jeunesse universitaire afin qu'elle continue de vulgariser les vertus citoyennes ainsi que les valeurs civiques. Une politique universitaire bien définie A l'occasion de la fête du drapeau et de l'Université, le président provisoire a plaidé en faveur d'une politique universitaire bien définie. Une politique pouvant permettre aux jeunes haïtiens de poursuivre leurs études jusqu'au niveau de doctorat en Haïti. « Il est souhaitable qu'une nouvelle politique universitaire soit mise en place dans le plus prochain délai pour que la jeunesse haïtienne avide de connaissance puisse poursuivre des études de maîtrise ou de doctorat sans déplacement et sans bourse délier », a déclaré le président provisoire. « La modernisation de l'université en Haïti est à ce prix. C'est une nécessité », a-t-il poursuivi. Parallèlement, Me Boniface Alexandre dit ne voir aucun obstacle légal pour que l'Université de Tabarre fasse partie du patrimoine de l'UEH, l'achat du terrain ayant été effectué à partir de fonds provenant du trésor public. « Les recherches ont révélé que le campus universitaire de Tabarre est la propriété de l'Etat haïtien. Les terres sur lesquelles il est construit ont été payées avec des deniers du trésor public et le campus a été déjà déclaré d'utilité publique. Il n'y a donc aucun obstacle légal pour concrétiser cette promesse », a conclu le président provisoire. Vous avez dit réforme? D'autre part, les activités de la semaine de l'université ont pris fin à la Faculté d'Agronomie et de Médecine vétérinaire. Lancées il y une semaine dans diverses facultés de l'Université d'Etat d'Haïti, ces activités se sont poursuivies en débats, conférences et représentations théâtrales pour s'achever le mercredi 18 mai 2005." En route vers la réforme" était le thème retenu pour cette semaine d'activités qui a quelque peu paralysé le fonctionnement normal des unités de l'UEH. Le Vice-recteur à la recherche, Wilson Laleau, qui a lu le message de circonstance du recteur Jean-Marie Paquiot, lui-même absent, a exhorté les étudiants à se consacrer à leurs études car ils sont les dirigeants de demain, tout en les invitant aussi à faire des choix lucides lors des prochaines élections. « Soyez lucides dans vos choix, précautionneux dans vos options et rationnels dans vos décisions », a invité le vice-recteur Wilson Laleau. « Vous êtes les soldats de la relève pour l'Haïti de demain. L'avenir se joue maintenant. Vous avez prouvé et vous prouvez encore que vous êtes des battants. Il vous faut à présent montrer que vous êtes des méritants », a poursuivi Wilson Laleau qui a adressé aux étudiants en ce jour de la fête du drapeau et de l'université une « halte de réflexion sereine ». Un discours creux? Les étudiants ayant pris part à la cérémonie organisée à la Faculté d'Agronomie ont qualifié le discours de Pierre-Marie Paquiot lu par Wilson Laleau de « creux et vide de sens ». Les étudiants, qui ont remis en question la gestion du Conseil de l'UEH, ont également pointé du doigt des doyens de certaines facultés de l'Etat qui s'érigent en « grand manitou indéboulonnable ». Ces derniers continuant d'être en poste en dépit de l'échéance de leur mandat. « Il se pratique une politique de faucon à l'UEH », s'exclame l'un d'eux. « C'est une honte. Une honte que le recteur ne soit pas présent en laissant un discours creux », a déclaré un autre étudiant qui a dénoncé le mandat « manch long » de certains doyens en épinglant au passage celui de la Faculté de Linguistique Appliquée à la tête de l'Institution depuis sa fondation en 1978. « L'Université est censée donner la leçon démocratique », a souligné un étudiant. Ces étudiants ont entres autres rappelé que les recteurs de Facultés telles que l'Ecole Normale Supérieure, la Faculté d'Ethnologie, de Droit sont en fin de mandat sans qu'il n'y ait eu d'élections à l'horizon. Concernant la fête du drapeau, certains étudiants ironisent. « Il ne faut pas parler de la fête du drapeau mais de la fête des drapeaux compte tenu des nombreux étendards qui flottent sur le territoire national », a soutenu l'un d'eux. Enfin, au cours du passage du président provisoire à l'Arcahaie, il en a profité pour inaugurer un centre de jeunes à la bibliothèque Pradel Pompilus à l'occasion de la fête du drapeau et de l'Université. Rappelons que la fête de l'Université a été adoptée le 30 décembre 1919 sous le gouvernement de Sudre Dartiguenave et Dantès Bellegarde était ministre de l'Instruction publique à l'époque.
Jonel Juste Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".