«Le CEP est légal mais ses membres attendent de prêter serment devant la Cour de cassation»

Publié le 2021-04-27 | lenouvelliste.com

La présidente du Conseil électoral provisoire, Guylande Mésadieu, a admis sur radio Magik9, mardi 27 avril, que la prestation de serment des membres du Conseil électoral constitue une étape importante dans le cadre de la formation du CEP. Cependant, elle se dit convaincue que cet actuel Conseil, qui a outrepassé cette étape, est légitime puisque l'autorité de nomination, à savoir le président de la République, Jovenel Moïse, a respecté toutes les procédures. «La Cour de cassation n'est pas une autorité de nomination, ce n'est pas à elle de nous donner la légitimité», a-t-elle avancé.

La conseillère électorale est très remontée contre les juges de la Cour de cassation qui n'ont pas permis aux membres du CEP de prêter serment. «Les membres du CEP sont allés prêter serment, ce sont les juges qui n'ont pas pu recevoir leur serment parce qu'ils avaient divergence d'opinions entre eux», a expliqué Mme Mesadieu, disant détenir un procès-verbal qui appuie ses dires.

Ce jour-là, a rappelé Guilande Mésadieu, les juges ont reporté la séance sine die. «Nous sommes jusqu'à présent en attente de la décision des juges», a-t-elle indiqué.

Autre aveu de Mme Mésadieu. Elle reconnaît que la Constitution de 1987 interdit toute consultation populaire tendant à la modifier par voie de référendum. «La Constitution indique que nous n'avons pas le droit d'organiser de référendum, mais à aucun moment on a indiqué qu'on n'a pas le droit de changer la Constitution ", a-t-elle ajouté, en essayant de séparer le projet de réforme de la constitution de l'organisation du référendum.

Germina Pierre Louis
Auteur


Réagir à cet article