Petit-Goâve: paralysie de la circulation pour protester contre le kidnapping d’un coordonnateur de CASEC

Publié le 2021-04-26 | lenouvelliste.com

Des membres de la population ont paralysé la circulation depuis hier dimanche au niveau de plusieurs artères de la commune de Petit-Goâve pour protester contre l’enlèvement à Delmas 41 du coordonnateur de la 2e section communale, Wilking Dicette.

Si des véhicules ont été mis au travers de la route et des barricades de pneus enflammés constatées dans certaines artères, à Deuxième Plaine, la deuxième section communale de Petit-Goâve, les protestaires très remontés ont même érigé une barricade en béton sur la chaussée, ce lundi matin pour exiger la libération de celui qu’ils considèrent comme le «papa» de la section.

Deuxième-Plaine est bloquée parce qu’une personne qui nous est très chère a été kidnappée, a lancé un protestataire alors qu’un autre présente monsieur Dicette comme un père ayant aidé un bon nombre de jeunes à sortir du chômage. «Le papa de la section communale a été kidnappé. La commune de Petit-Goâve restera bloquée jusqu’à ce qu’il soit libéré », a avertit ce protestataire en colère.

Un membre du CASEC de la deuxième section communale de Petit-Goâve, Wesly Léandre, se dit choqué par la nouvelle de l’enlèvement de son collègue présenté comme une personne très appréciée de sa communauté. Selon M. Léandre, le coordonnateur du conseil d’administration de Deuxième-Plaine se trouvait à l’intérieur d’un studio à proximité de chez lui à Delmas 41 en vue de se faire couper les cheveux quand les kidnappeurs l’ont enlevé. Si des rumeurs circulant au sein de la population laissent croire que les ravisseurs réclameraient 30,000 dollars américains et 100,000 gourdes en échange de la libération de M. Dicette, aucune rançon n’a été demandée jusqu’à ce lundi, 1 hre p.m., a confié monsieur Léandre. «Ils ont contacté hier soir un membre de la famille de M. Dicette via le téléphone de la victime en vue d’entamer des négociations. Celui-ci a demandé à parler à Wilking Dicette. Ce qui n’a pas été fait», a expliqué Wesly Léandre, indiquant que les ravisseurs avaient promis de rappeler. ce qu’ils n’ont pas fait jusqu’à aujourd’hui (lundi) en milieu de journée.

Le membre du CASEC de Deuxième-Plaine invite par ailleurs la population à s’abstenir de toute violence dans le cadre de son mouvement de protestation pour exiger la libération de Wilking Dicette.

Yoco Lortéus  ylorteus@gmail.com
Auteur


Réagir à cet article