Une 61e édition réussie pour le festival Livres en Liberté à Gros-Morne

Publié le 2021-04-19 | lenouvelliste.com

La 61e édition du festival itinérant «Livres en Liberté » (LEL) à Gros-Morne a eu lieu les vendredi 16, samedi 17 et dimanche 18 avril, sur les sites des Frères Montfortains et du Collège Jean XXIII dans le quartier de Cressac. Ce festival a donné lieu à une série d’activités : concert avec Jean Jean Roosevelt et Jeff Kavanah ; causeries, vente signatures... Plus de vingt auteurs en signature, trois maisons d’éditions sur place (Floraison, Correct Pro, édition de la Rosée) et 700 titres disponibles.

L’académicien Guy Gérald Ménard a coupé le ruban à cette 61e édition de Livres en Liberté à Gros-Morne. En présence du maire de la ville, Cénéac Hubert, monseigneur Ogé Beauvoir, le directeur du Collège Jean XXIII, Stevens Saintellus, le directeur de la bibliothèque Georges Castera du Limbé, Clément Benoit, initiateur de cette foire itinérante, l’invité d’honneur Guy Gérard ménard, a fait l’éloge de la lecture devant un public composé de plusieurs délégations de LEL venues de nombreuses villes du pays. On citera notamment, Cap-Haïtien, Plaisance, Marchand-Dessalines, Cavaillon, Anse-à-Veau, Port-de-Paix, Limbé, Bassin-Bleu, Jacmel, Petit-Goâve, Paillant et une armée de jeunes Gros-Mornais.

Guy Gérald Ménard, professeur de langue créole à la Faculté des sciences humaines, a emporté dans ses valises ses deux derniers titres « Yon Lejann yo rele mèt Jonas » (edisyon Freda), « Laviwonn » (éditions Floraison). Il estime LEL comme une activité culturelle originale instituée par la bibliothèque Georges Castera. Pourquoi ? LEL est une activité déconcentrée qui inclut la province, elle permet aux auteurs d’aller à la rencontre des jeunes du pays.

Tout l’évènement tournait autour du livre. À l’entrée du collège,  le stand du livre de l’édition Correct Pro s’impose aux visiteurs. À côté de la barrière on retrouve le stand de Communication Plus sur lequel des ouvrages pour enfants, des romans haïtiens, des recueils de poèmes, des livres de conte...

Un peu plus loin, le stand des éditions Floraison, et celui de l’édition de La Rosée.  Sur la même rangée, les visiteurs regardent avec curiosité  d’autres tables : éditions Guaaba, et celui de Christophe Philippe Charles représentant  les éditions Choucoune dans la cité de Paul Prompt.  On se régale de ces productions. L’académicien se sent tout à fait heureux de voir les gens feuilleter ces ouvrages étalés ou dressés sur la table. Ces jeunes demandent des explications et achètent. 

Claude Bernard Sérant, un vieux routier de cette foire itinérante, a présenté deux ouvrages très prisés en milieu scolaire : « Galère en autobus, un regard sur le transport en commun en Haïti » et « La guerre des cerfs-volants ». Il a joué à la fois le rôle d’auteur en signature et de journaliste reporter d’images. Il a pris le soin de poser sa caméra sur l’invité d’honneur, Guy Ménard, afin de produire des capsules vidéo.

Un ensemble d’auteurs ont répondu à l’appel : Guy Gérald Ménard, Jessica Nazaire, Jeff Kavanah, Christophe Philippe Charles, Jean Verdin Jeudi, Wedny Bézil, Douglas Zamor, Marc Exavier, Patrick Erwin Michel, Jean Marc Sénatus, Handgod Abraham, Claude Bernard Sérant, Christopher Jasmin, Aristène Jhonny, Minouche Sénéphard, Djeff Profil.  Certains visiteurs ont fait le tour des tables des auteurs et ont engagé de vives conversations avec eux. Devant chaque table, un groupuscule en attente, chacun a attendu son tour pour obtenir de l'auteur sa signature.

Monseigneur Ogé Beauvoir, directeur exécutif de Food for the poor, a prononcé un bref discours sur l'importance de l’évènement dans sa ville natale. « Il est agréable d’être ici, au Collège Jean XXIII, mon alma mater, pour célébrer avec vous cette fête du livre, la 61e édition de Livres en Liberté ». Pour l’ancien élève du Collège Jean XXIII, les Gros-Mornais (es) se souviendront toujours de cette édition de Livres en Liberté  pour sa contribution à l’enrichissement intellectuel de leur ville. « Une chambre sans livre est un corps sans âme. Apprenez à faire des livres vos meilleurs amis. Ils ne vous lâcheront jamais. Ne vous endormez jamais le soir sans avoir lu quelques pages. Ayez toujours quelques bouquins sur votre table de chevet. », confie-t-il.

Pour sa part, M. Cénéac Hubert, maire principal de la commune de Gros-Morne, a prononcé un discours élogieux à l’égard du festival. Le premier citoyen de la commune s’est dit heureux d’accueillir cette fête du livre. Il a aussi souligné l’importance des livres dans la vie quotidienne des jeunes et des écoliers.

La musique était aussi de la partie. Des haut-parleurs diffusaient des morceaux de Jean-Jean Roosevelt, d’Émeline Michel, de D-fi, de BélO et de plusieurs autres musiciens haïtiens.

Jean Jean Roosvelt en concert

Deux artistes se sont produits durant le premier jour du festival, le chanteur en devenir, Jeff Kavanah et l’artiste Jean Jean Roosevelt ont donné un concert festif et jubilatoire. Le jeune artiste miragoânais a chanté plusieurs morceaux qu’il a lui même composés. Le public était ébahi pour sa musique sociale intitulée « Konn peyi w » qui donne le nom des habitants des villes de province.

 Jean Jean Roosvelt, dès son entrée sur le podium, le public l'acclame . C'est la vedette du soir. L'ambiance était chaude.

En 40 minutes, Jean Jean Roosevelt a offert une bouffée d'air à son public, entre sons de guitare et mélodies enivrantes, le natinf de la cité des poètes a déclenché des applaudissements. Le prix TV5 Monde et médaille d’or «chanson» des Jeux de la francophonie 2013 a enchanté le public avec plusieurs morceaux de sa discographie’ Gade lè w, J’ai à cœur ma planète, Pourquoi a-t-on grandi, y a danger et Agoye.

Marc SonyRicot jeunesseht@gmail.com
Auteur


Réagir à cet article