Infrastructures sportives/Célébration

Quarante bougies pour le centre sportif Dadadou

Publié le 2020-10-06 | lenouvelliste.com

Le centre sportif Dadadou, le premier d’Haïti en 1980, vient de souffler sa 40e bougie. Le 30 septembre ramenait son 40e anniversaire.  En plus d’une messe d’action de grâces célébrée pour l’occasion, d’autres activités sportives et socioculturelles sont prévues durant la période 15 octobre-15 novembre pour marquer cette présence dans le monde sportif haïtien.

Le centre sportif situé entre Delmas 3 et 5 tire son du nom d’un célèbre footballeur, Dieudonné Vieux, (couramment appelé Dadadou)  qui faisait les beaux jours de l’Aigle noir et du Bacardi dans les années 1950. Si le centre continue d’exister malgré les travers, il mérite par contre un grand coup de balai.

En dépit de tout Dadadou, comme on se plait à appeler le centre, offre ses services aux amateurs de sports au bas de Delmas. Un de ses responsables était présent le jour de l’inauguration en septembre 1980.

« C’est avec une fierté débordante que je célèbre ce 40e anniversaire de fondation. Cette célébration est un des meilleurs moments de ma vie. La raison est simple : lorsque l’on inaugurait le centre le 30 septembre 1980, j’étais présent comme jeune athlète qui allait entrer au ministère. Aujourd’hui je suis encore présent à titre de directeur du centre », s’est réjoui le directeur du centre sportif Dadadou, Gilbert Charléus.  

Au départ, raconte M. Charléus, il était prévu un tournoi de football masculin avec quatre équipes : Violette, Racing, AS Delmas, FC Delmas. Également un tournoi de foot féminin avec quatre équipes : Tigresses, Aigle brillant, Amazone et Valentina. Un tournoi de foot vétéran avec quatre équipes qu’on n’avait pas pas eu le temps de désigner mais l’une d’entre elles ce serait la Valério Canez qui soutient habituellement  les activités du centre.

Un tournoi de handball avec 16 équipes, dont huit féminines, une caravane de la boxe, un show de judo, deux journées d’athlétisme faisait aussi partie du menu. « Mais on a dû revoir toutes les activités pour la suite, c'est-à-dire entre le 15 octobre et le 15 novembre à cause de certaines promesses de l’Etat central. Dès le 4 septembre on ne pouvait plus envoyer de projets à la Cour des Comptes », afait savoir Gilbert Charléus.  

Depuis son inauguration, le centre Dadadou n’a pas connu de réparations en profondeur,  hormis la pose de gazon synthétique par Evans Lescouflair en novembre 2009. Les dégâts causés par le tremblement de terre du 12 janvier 2010 a transformé le centre sportif en camp d’hébergement des déplacés de la zone. La pelouse du terrain de foot a été endommagée. Puis une salle polyvalente, une salle de musculation a été construite sous l’ère Martelly, mais le bâtiment demeure inachevé.

Du haut de ses 63 ans, Gilbert Charléus s’est dit fier et heureux de déclarer a qui veut l’entendre : « Mes épaulettes, je les ai gagnées sur le champ de bataille. »  Il est entré dans ce ministère le 30 septembre 1981. Il a débuté comme animateur sportif avant de devenir moniteur, puis entraîneur de différents niveaux et est promu par la suite directeur départemental adjoint.  Bientôt 40 ans de services pour Gilbert Charléus qui promet un livre au public. Bon accomplissement au centre Dadadou et à la famille du sport!  

Dieudonné Joachim 

Auteur


Réagir à cet article