Sécurité individuelle

Wilner Piquant ne décolère pas

Carte Blanche

Publié le 2005-03-11 | Le Nouvelliste

Société -

Comment une ancienne gloire du football haïtien pouvait-il s'imaginer que, dans le quartier où, gosse, il tapait dans le ballon, de petits malfrats aient voulu lui faire la peau? Inexplicable pour Wilner Piquant, ancien footballeur international. Quand Patrice Dumont, à son émission radiophonique du soir, fit l'annonce de l'agression dont M. Piquant venait d'être victime, j'en fus peiné. Il a eu heureusement la vie sauve, mais s'en est sorti avec la jambe cassée. Et quand le jeudi 3 mars 2005, sur son lit d'hôpital, il livra via la TNH la relation des faits, j'en fus davantage attristé. Au bout du compte, les valeurs étant renversées, je réalise qu'il ne reste plus rien. Je me suis laissé dire depuis quelque temps que Haïti est devenue un champ de ruines. Je n'exagère rien. En effet, pour prendre un exemple, le respect dû aux valeurs est parti en volutes et fumée. Comment remettre ce pays, mon pays, votre pays sur ses deux pieds quand, sous nos yeux, imperceptiblement, le socle moral a longtemps déjà cédé? Voilà ce que j'ai capté de l'émouvante confession du blessé: «Donc Piquant n'a pas travaillé pour le pays? Les chroniqueurs sportifs n'ont pas travaillé pour le pays? Les médecins n'ont pas travaillé pour le pays? Alors, ceux qui travaillent pour le pays sont ceux qui rançonnent les citoyens et leur tirent dessus!» Il n'en revient pas. Avec raison, le blessé essaie de trouver une explication de sa mésaventure dans l'absurde, maniant au passage la dérision. Tout ça pour apaiser sa colère. En effet, Piquant est furieux. Ayant obtempéré à l'injonction de ces bandits de stopper la voiture, il pouvait se croire à l'abri pour son intégrité physique. Erreur! ses agresseurs, maîtres d'une zone de non-droit, ont ouvert le feu en sa direction. Touché, il a la jambe brisée. Ça aurait pu être pire. Les semeurs de violence ne respectent rien. Les vies, les biens, la propriété, les valeurs, rien. On le sait désormais si, de ce côté-là, on nourissait une illusion. La confession de l'ancien gardien de but qui a rendu de fiers services à son pays et qui récolte aujourd'hui l'ingratitude aggravée par l'irrespect m'a remué. J'ai envie de crier: «Nou Pran!» («C'en est fait de nous!» ou encore «Nous sommes vraiment mal embarqués!»)

Jean-Claude Boyer Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".