Marc Alain Boucicault, un modèle à suivre

PUBLIÉ 2016-09-09
Intelligent, débordant d’énergie et déterminé, Marc-Alain Boucicault, est l’un de ces jeunes Haïtiens à l’avenir prometteur et sur lesquels on peut compter. Jeune entrepreneur dynamique avec un background académique intéressant, il veut surtout influencer et changer positivement la vie de ses congénères. Portrait d’un jeune leader qui préfère s’impliquer ici au lieu de partir sous d’autres cieux.


Calme, serein, souriant, malgré son physique imposant, il a tout à fait l’air d'un gros nounours. Sympathique et gentil comme pas un, Marc-Alain est le cadet d’une famille peu nombreuse Une sœur et un frère. Il a grandi entre quatre murs à Lilavois. Si pour certains la douche est l’endroit idéal pour s’exercer au chant, pour lui c’est une piste de danse. Car dans son quotidien baignade et danse se complètent. Grand mélomane, il adore voyager dans l’univers des mélodies. Il en aime tous les genres. Et à ce propos, il semble partager l’avis de Nietzche selon lequel la vie sans musique est une erreur, une fatigue. Toujours ouvert à l’aventure, il adore voyager. Tout ce qui va au-delà du statu quo, interpelle son cerveau. Grand cinéphile, il porte un intérêt particulier aux films dits «twist minded». « Mais mon film préféré, j’en ai jamais vu de meilleur, reste The Matrix Trilogy », confie ce dernier. Marc Alain a vu le jour à Port-au-Prince le 1er Août 1987. Ses études classiques partagées, entre Kayanou et le Centre d’études secondaires, ne lui laissent aucun souvenir vraiment marquant. Toutefois, président de sa promotion de terminale, il se rappelle avoir échoué dans cette toute première expérience de leadership. Car il n’a pu organiser le bal de graduation qui était l’objectif commun des élèves de sa promotion. Cependant, cela n’a guère freiné son élan. Car recherchant toujours à s’améliorer, il effectuera d’autres expériences pour mieux affûter ses qualités de meneur. Ses études secondaires bouclées en 2005, Marc-Alain rentre au Centre technique de planification et d'économie appliquée (CTPEA). Suivant une idée de Fabrice Mesidor, lui et six autres étudiants (Serge Dalexis, Cleeford Pavilus, Pierre Clavens Jean Marie, Mc Garry Rousseau, Siguineau Wilbens, et Fabrice Mesidor ) de la promotion 2005-2009 du CTPEA donnent vie au club ECHO. C’est pour Marc-Alain le début d’une vie de leader. En 2009, les études bouclées au CTPEA, ces sept jeunes, en raison de leurs activités professionnelles, se voient dans l’obligation de mettre de côté les activités du club pendant une période. Fort heureusement, cette pause ne dure pas longtemps. Car, quelques mois après, à la suite du tremblement de terre, les membres fondateurs du club Echo se réunissent. Dans l’idée de contribuer à la reconstruction du pays, ils ont décident de mettre sur pied la structure du groupe Echo. «Une jeunesse intégrée pour une Haïti développée », c’est avec cette vision qu’ils créent un réseau de clubs dans plusieurs écoles pour faciliter l’intégration de la jeunesse. Outre une direction de réseau des clubs Echo à travers les écoles de formation supérieures, une direction d’opération jeunesse, et une direction de support aux initiatives de jeunes sont les trois piliers de ce groupe. « Il y a trois choses qui m’ont toujours intéressé dans la vie : la jeunesse, l’innovation, et entrepreneuriat », dit le coordonnateur du projet Elan Haïti. Habitué à participer aux forums de jeunes à l’étranger, il décide en collaboration avec le groupe Echo de réaliser un évènement similaire en Haïti. Un forum dont la deuxième édition a eu lieu en août 2016. « Ce n’est pas un talk-show, fait remarquer Marc-Alain. Le plus important dans ce projet qui vise à recruter à chaque édition les 100 jeunes qualifiés et actifs, est de faire un impact positif, de montrer que cet évènement peut permettre un changement réel à travers des projets concrets qui seront exécutés. » Pour lui, le succès d’Elan va se mesurer à la taille de l’engagement de ces jeunes leaders. Qu'Elan soit pour les jeunes un idéal commun à travers lequel ils seront assez compétents et motivés pour se connecter et travailler ensemble pour une meilleure communauté et progresser eux-mêmes. Voilà le souhait de Marc Alain. Célibataire jusqu’à date, le jeune économiste n’est pourtant pas libre. Après avoir travaillé à la banque mondiale en 2009, il sera par la suite consultant à la Banque Interaméricaine de Développement de 2010 à 2012. Marc Alain détient à son actif une maîtrise en Politique économique et financière de la American University, grâce au programme Fulbright dont il été bénéficiaire en 2013. Marc Alain occupe actuellement un poste de directeur des relations extérieures à la HFund Avec un présent qui change instantanément, l’ambassadeur-coordonnateur de One Young World pour la région Caraïbes et Amérique Centrale depuis 2015 souhaite à l’avenir être comme une source de support et d’inspiration pour les autres en créant des opportunités, des structures qui n’existent pas, mais surtout en portant les gens à s’impliquer autrement dans leur communauté. « Etre à la tête d’un grand incubateur à l’intérieur duquel se forment des gens performants, de grands leaders et de grandes entreprises, c’est ce que je veux réellement », confie le co-fondateur du groupe Echo, qui explique n’avoir aucune aspiration politique à proprement parler. S'il semble une personne facile a vivre, Marc-Alain n'est pas patient pour un sou. Promettez-lui une chose, il vous fera voir de toutes les couleurs tant il n'aime pas attendre. Tenace, curieux, méticuleux, difficile de le décourager dans la poursuite de ses objectifs. Il a la culture des résultats. Pour l’heure, convaincu de l’importance de l’implication des gens dans leur communauté, il préfère agir pour contribuer à inculquer des principes de modernité pour que l’Haïtien puisse s’habituer à un monde toujours en changement et surtout pour pousser les gens à atteindre le maximum de leur potentiel.

Winnie Hugot Gabriel Duvil et Belkis Del Carmen Medina Gaspar



Réagir à cet article