Marie Darline Exumé, Miss pour le social

PUBLIÉ 2015-12-11
Ses multiples expériences aux concours internationaux sont une pâle copie de son portrait de femme engagée dans le social. Marie Darline Exumé, étudiante en 5e année de médecine à l’Université Quisqueya, joint ses atouts esthétiques à son intelligence pour défendre la cause des enfants et faire ses premiers pas dans l’humanitaire. Ayant mis un terme à sa carrière de miss officiellement, elle se tourne totalement à sa fondation « We care Haiti ». Le temps d’une brève entrevue avec Ticket, Darline fait la lumière sur les abc de son parcours et ses projets.


On a commencé à écrire sa petite histoire à l’encre pâle lorsqu’elle s’était essayée à Miss Adriana. Cinq ans plus tard, la voilà presque détentrice d’une maîtrise en concours de beauté avec ses multiples participations. Marie Darline Exumé archive aujourd’hui un dossier de presse indélébile sur le Net comme représentante d’Haïti à une kyrielle de compétitions de Miss internationale. Son physique top model et son visage rayonnant lui ont permis de séjourner dans le faste et la pompe. Néanmoins, ses expériences et son potentiel n’ont pas toujours triomphé comme ils l’auraient dû. Inexorablement, Darline a le culte de décrocher le titre de dauphine et n’arrive pas à passer le cap de postulante à miss . Pour une imposante mannequin qui a presque tout d'un top model, il est étonnant d'admettre que Marie Darline n'aime pas se maquiller, se coiffer, porter des bijoux extravagants ou encore marcher sur des chaussures à talons hauts. Pourtant elle nous l'a avoué sans chuchoter. Si elle s'est fait une réputation avec sa beauté et son intelligence, c'est uniquement pour la cause des enfants, a-t-elle avoué lors d’une entrevue au Nouvelliste. « Darline est quelqu'un de très simple et très différente du milieu où elle évolue. Je participe à ces concours parce que je cherche une visibilité. Pas une visibilité comme les jeunes d'aujourd'hui qui font n'importe quoi pour être populaire ou attirer de l'audience. Mais j'ai besoin de la visibilité pour mieux représenter les enfants. Je veux défendre leurs droits et ceux des jeunes filles victimes d'abus sexuels. Donc, pour moi le rôle d'une miss est pareil aux exigences professionnelles de n'importe quel métier. Je le fais pour pouvoir atteindre mes objectifs. Lorsque je vais à l'autre bout du monde, comme en Thaïlande, je n'y vais pas pour m’exhiber, mais pour établir des contacts, faire des expériences et élargir mon carnet d'adresses. » Ses expériences dans le domaine des concours de beauté, Mairie Darline Exumé n’en fait pas un carnet secret. Elle en parle et en parle ; et connaît par cœur les étapes. Raconter son parcours est peut-être un exercice de mémoire pour la miss qui prend sa retraite. « J’ai commencé ma carrière professionnelle en tant que Miss et mannequin en 2010. Le premier concours auquel j’ai participé, c’était Miss Adriana de Jacmel où je suis sortie première dauphine. Rentrée à Port-au-Prince, j’ai participé à Miss Haïti Univers en 2011 où j’étais classée deuxième dauphine. En 2013, j’ai eu le privilège de faire ma première expérience internationale avec Miss Global International en décrochant la place de troisième dauphine. En 2014, j’ai représenté Haïti en Italie à travers Miss Progress International qui m’a valu le titre de première dauphine. Cette même année, mes aventures de miss m’ont menée parmi les 10 finalistes de Miss United Continents. Et voilà, en 2015, j’ai participé à Miss Grand International », liste Darline qui travaille souvent en collaboration avec les designers haïtiens comme mannequin et aime défiler et faire le pitre pour les photographes durant les séances de photos. Toutefois, la série des participations de Marie Darline Exumé à ces concours est parfois controversée. Sur sa page facebook, plus d'un a critiqué le fait qu'elle a quasiment monopolisé les tickets pour les concours internationaux en Haïti. Laisser de la place aux autres jeunes talents du milieu est au centre des commentaires qui ont fait réagir la miss. « Je ne suis pas en quête de compétitions. Je n'ai jamais eu l'intention et je ne vais pas chercher non plus les concours. Généralement, c'est l'équipe qui détient les franchises des miss à l'étranger qui me contacte. Il arrive qu'on m'évalue par rapport à mes expériences et qu'on me propose de participer à tel ou tel concours. Et dans l'ensemble des cas, la décision que j'ai eue toujours à prendre, c'est de confirmer ma participation », a clarifié Marie Darline d'un ton fier. Les franchises pour représenter Haïti à Miss Progress, Miss United Continent, Miss Grand et Miss Earth étant gérées par un petit staff depuis quelque temps, nul ne sait comment Marie Darline Exumé a su combler les prérequis de ce comité de réputation stricte et exigeante. Mais elle l’a fait et l’avait fait pratiquement connaître cette routine comme le fond de sa poche. « Vu que je suis toujours sortie au moins avec un titre, cela m'a fait gagné la confiance du comité chargé des élections pour ces concours en Haïti. Les responsables croient en mon potentiel et estime que je suis une bonne ambassadrice pour les Miss. Je n'étais pas dans le top à Miss Grand International, mais je n'ai rien à me reprocher puisque j'avais donné le meilleur de moi-même et j'ai fait beaucoup parler d'Haïti. En plus, j'étais dans le top 20 des meilleurs costumes nationaux », a-t-elle justifié. Sa participation avortée récemment à Miss Earth était perçue comme l'expérience qui aurait dû mettre une fin à sa carrière. Et en dépit de cette annulation i n extremis, elle est restée ferme sur sa décision. Cette semaine, Marie Darline l'a confirmé avec des mots clairs et sans sourciller : « Je vieillis ! ». Estimant qu'à vingt-quatre ans, elle a des chats beaucoup plus importants à fouetter, la jeune ambassadrice révèle : « Je veux mettre fin à ma carrière de miss pour pouvoir m'occuper de ma fondation d'aide aux enfants et me concentrer davantage sur mes études. » Son amour pour les œuvres caritatives est indissociable de ses projets d'avenir. Marie Darline envisage de partager son temps entre ses études et sa fondation. La jeune femme parle de ses actions de bienfaisance avec la même affection que ses expériences de scène aux côtés des miss. Avec autant de grâce qu'elle sait se pomponner, elle se montre dévouée à se retrousser les manches pour faire du social. « On a commencé à faire des cliniques mobiles pour apporter des soins de santé aux enfants démunis dans quelques régions du pays. On s'est arrêtée pendant un moment, mais je tiens beaucoup à continuer et à accorder plus de temps à cette importante initiative », a-t-elle expliqué. Toujours fière de s’être fait appeler « Haïti » lors des compétitions, Marie Darline souhaite que ses expériences servent de repères pour les jeunes qui désirent emprunter ce chemin. « Je ne veux pas que les jeunes qui me suivent sur les réseaux sociaux me voient comme une sorte d’artiste. Mais de préférence comme une modèle ou quelqu’un capable de leur prodiguer des conseils pour leur avenir. » Pour vérifier le dicton « La charité bien ordonnée commence par soi-même, Marie Darline organise, le 20 décembre prochain, une distribution de jouets à Jacmel, sa ville natale. Sous la direction de sa fondation « We care Haiti », le premier week-end de l’année 2016, elle sera à mission à Mirebalais avec une équipe pour apporter des soins de santé à un asile de pauvres. « Avec mes accointances et l’aide de quelques médecins, nous envisageons de distribuer des jouets à plus de 200 enfants de Jacmel pour les fêtes de fin d’année. Et nous entamerons l’an prochain de visiter les démunis pour les baigner, les revêtir et distribuer également des kits hygiéniques », projette la miss, qui s’active dans des œuvres humanitaires en attendant de décrocher son diplôme de docteur en médecine.



Réagir à cet article