Quinzaine du livre | Éditions des Vqgues

Les Éditions des Vagues lancent une Quinzaine du livre

Du 5 au 20 août 2015, les Éditions des Vagues organisent, dans six départements du pays, une Quinzaine du livre sur le thème « Vagues littéraires ». Conférences, ateliers de lecture et d'écriture, lectures scéniques, expositions, rencontres avec les auteurs constituent entre autres le menu de cette foire qui entend faire du livre un objet de loisir et de plaisir aux yeux des jeunes pendant les vacances. Nous avons rencontré le directeur de la maison d'édition, Jean Érian Samson, qui nous en dit long.

Publié le 2015-08-11 | Le Nouvelliste

Dieulermesson PETIT FRERE Le Nouvelliste (LN) : Les Éditions des Vagues organisent, du 5 au 20 août 2015, une quinzaine du livre sur le thème « Vagues littéraires ». Dans quel cadre s’inscrit cette activité ? Jean Érian Samson (JES) : La Quinzaine du livre baptisé « Vagues littéraires » part d’un constat : 1) les manifestations autour du livre, à quelques exceptions près, Livres en liberté entre autres, sont cantonnées à Port-au-Prince ; 2) elles favorisent les auteurs les plus en vogue, déjà bien cotés sur le marché national et international ; 3) si elles facilitent les rencontres avec les auteurs, elles sont plutôt des foires du livre et promeuvent peu la lecture elle-même. « Vagues littéraires » se veut une activité de promotion du livre et de la lecture à travers plusieurs villes dans différents départements du pays. Notre stratégie consiste à aller vers le lecteur en lui offrant un package comprenant des rencontres, des débats, des ateliers, des ventes-signatures, des lectures scéniques et autres formes d’animations culturelles. LN : Qu’est-ce qui constitue le menu de cette Quinzaine? Parle-nous en plus amplement. JES : Nous lancerons la Quinzaine du livre à la Bibliothèque nationale d’Haïti par une conférence de presse le mercredi 5 août à 10 h a.m. Puis suivront toute une série d’interventions. Dans la matinée du jeudi 6 août, le professeur Georges Eddy Lucien fait une intervention sur le thème « Les occupations américaines (Cuba, République dominicaine, Haïti) : entre fonction sucrière et fonction de fournisseurs de main-d’œuvre » au centre Pen-Haïti à Thomassin; le mardi 11 août, à partir de 6h de l’après-midi, le Dr Évains Wêche portera un regard critique sur l’implication des jeunes dans la littérature haïtienne contemporaine au centre Numa-Drouin à Jérémie; le mercredi 12 août, à compter 5 h de l’après-midi, l’écrivain Jean-Euphèle Milcé présente une conférence sur « La littérature haïtienne sous l’occupation américaine » à l’Alliance française des Gonaïves. Nous aurons des ateliers de lecture et d’écriture à Jacmel et à Ouanaminthe. Des rencontres ventes-signatures d’auteurs publiés chez Les Éditions des Vagues entre autres, « Aloufa » de Samuel Frantz Suffren, « Vag yo pran egzil » de Selmy Accilien, « Lapenn enfini » de Sénat Franckel, « Ti-Chany lan » d’Anthony Fortunat, « À la une des saisons nouvelles » de Jameson Despeignes, « Sori bolid » de Garnel Innocent, « Ville entre parenthèses » de Davidson Gilot, « Brûlure ! » de Junior Borgella et mon livre « Ma dernière séquence »… Dans chaque ville, nous présenterons aussi des lectures scéniques, des performances artistiques, des ateliers de lecture et d’écriture… Nous clôturerons la Quinzaine le jeudi 20 août avec un grand spectacle à Ierah/Iserss au numéro 92, à la rue Lafleur Ducheine, avec une pléiade d’artistes et groupes musicaux dont Triple J, Béo, Pierre Nicaisse, Vanessa Jeudi, Rebecca, Atchassou, Regleman Afè Popilè, Woklo Pipo, Kolektif Briz-Art, Shelo Pleb Muzik. S’amuser en lisant… LN : Pourquoi avoir choisi la période des vacances pour réaliser la Quinzaine ? JES : La période des vacances est idéale pour des activités de loisirs. Trop souvent, le livre est lié au scolaire, aux devoirs à remettre, aux travaux didactiques ennuyants. Dans certaines écoles, la lecture des livres de fiction est utilisée pour punir les écoliers n’ayant pas remis un travail à temps. Je me souviens qu’on nous faisait étudier par cœur quelques fables de La Fontaine pour nous sanctionner. De ce point de vue, le livre est aussi insupportable qu’un professeur de maths incompétent. Nous voulons montrer le livre sous son jour le plus attrayant pour un jeune : un objet de loisir, de plaisir. Durant les vacances, on peut s’amuser en lisant, en assistant à des activités culturelles, à une conférence. Notre message : la culture, c’est funny ! LN : Des attentes, vous en avez ? JES : Nous souhaitons rencontrer le plus de jeunes possible. Nous espérons que nos auteurs puissent trouver une plateforme intéressante pour promouvoir leur passion, échanger avec les lecteurs et se faire connaître. Par-dessus tout, nous souhaitons (nous) divertir, (nous) recréer, (nous) relaxer sainement tout en arrivant à attirer l’attention des lecteurs sur les enjeux socioculturels et problématiques soulevés par nos intervenants. Le livre est définitivement un loisir… sérieux. LN : À bien regarder votre programmation ou calendrier, vous avez beaucoup à vous déplacer pour des activités dans plusieurs villes et même dans plusieurs départements. Avez-vous reçu un support d’institutions ou de particuliers pour réaliser cette Quinzaine ? JES : Mis à part les centres culturels et les bibliothèques (nous voulons parler de la Bibliothèque nationale d’Haïti, la bibliothèque Justin Lhérisson, du centre Pen-Haïti, du centre culturel Numa Drouin, du centre culturel Charles Moravia) qui ont choisi de mettre leur local à notre disposition pour la tenue de certaines activités et nous loger, nous n'avons reçu aucune aide d'une quelconque institution. Nous avons contacté certaines institutions publiques qui sont directement liées au livre, elles n'ont donné aucune réponse. La Direction nationale du livre (Dnl), qui est l'institution publique la mieux placée qui devrait nous supporter dans la réalisation de cette Quinzaine, n'a donné aucune suite à notre projet. Peut-être parce que nous ne faisons pas partie de leur clan ou de leur liste « Ti zanmitay ». Nous pensons que le livre est trop important pour être géré ainsi.
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".