Gardy Girault souhaite une meilleure santé au compas

PUBLIÉ 2015-07-28


Gardy Girault s'est fait connaître au cours de ces dernières années pour ses mélanges de musique électronique à la musique traditionnelle haïtienne qu'il dénomme du Raratech et du Konpatech. Le dj, qui se remémore des tubes comme "Aksidan" de Missile 727 et "Bèlmè" de Coupé Cloué qui ont marqué sa jeunesse, déplore que la nouvelle génération du compas a peur de prendre de risques pour apporter des sons susceptibles de révolutionner notre musique. « J'ai toujours eu de bons rapports avec le compas que j'écoute à la même fréquence que tous les autres rythmes musicaux. C'est d'ailleurs de lui que vient ma plus grande influence musicale. J'en joue et j'ai aussi remixé plusieurs morceaux de ce rythme. C'est un genre musical très riche et aussi très versatile. Je pense toutefois que depuis un certain temps, il manque de tubes, mais aussi d'ambiance dans les chansons. Il est difficile pour les dj de trouver des musiques rythmées qu'ils peuvent mixer au même titre que les chansons étrangères. Cela nous limite tant dans les soirées que dans les festivals. Je déplore aussi le fait que les musiciens de nos jours n'osent pas innover dans le genre. On a l'impression qu'ils produisent tous la même chose et que tout le monde imite tout le monde. Il est quasiment impossible d'identifier un groupe en tenant simplement compte de son groove. On est bien loin de l'époque où des groupes comme Skandal et Zeklè révolutionnaient le compas. Ces messieurs sont arrivés à imposer leur son au lieu de se forcer à reproduire ce que faisaient déjà tous les autres et surtout sans essayer de se conformer aux prétendus goûts du public. On a besoin de gens aventureux de la sorte pour nous tirer de la monotonie dans laquelle le compas s'enlise actuellement. Il nous faut du changement, de l'évolution, de la modernisation, ce qui bien sûr ne se limite pas au simple ajout d'une sonorité techno par exemple à nos compositions. Sinon, je souhaite une meilleure vie et une meilleure santé au compas ! »



Réagir à cet article