Les bisexuelles de Martine Fidèle

PUBLIÉ 2015-05-22
Pour sa troisième participation à Livres en folie, Martine Fidèle nous présente ¨Double corps¨, une plongée dans l'univers des femmes qui aiment les femmes mais qui doivent se faire avec un homme, des enfants et notre société. Un livre qui peut saper les fondements d'une société conservatrice.


Martine Fidèle n'est pas connue pour les bondieuseries. Depuis «L'homme au sexe de fer», son recueil de nouvelles, la jeune écrivaine affiche son penchant pour l'exploration des tabous qui émaillent notre société. Sa jeunesse est marquée par deux passions : celles de la lecture et de l'écriture. Dès 15 ans, elle s'amourache des livres de Kettly Mars, de Marie-Vieux Chauvet et aussi plusieurs éditions de la revue érotique Union. Cette revue l'a fascinée pour la qualité de l'écriture et le lyrisme des scènes osées qu'elle dit y avoir trouvé. «Je dégustais avec délice ces phrases bien ciselées, ces mots bien posés qui donnent à voir ces moments intimes», confie-t-elle avec une douceur dans la voix. Comme la plupart des filles, son aventure d'écrivain a débuté par des poèmes à l'eau de rose posés dans ses carnets intimes. Aujourd'hui, Martine récolte les fruits de son labeur. Après «Amalgame de mon silence» (recueil de poèmes sorti en 2009), «L'homme au sexe de fer» (recueil de nouvelles sorti en 2011), la voici revenir avec «Double corps», son premier roman. L’ouvrage, qui ne compte pas 80 pages, nous fait découvrir Leila et Landie, deux femmes qui vivent une romance presque fusionnelle dans une grande ville d'un grand pays. Tentées à un certain moment par le retour au pays natal, elles devront faire face à leur passé de rivales (le mari de Landie sortait avec Leila), l'homophobie ambiante et l'éducation d'un enfant… "Comment te dire? Comment t'expliquer, Samuel? Je ne veux rien te cacher. Tu es en droit de savoir ce que nous sommes devenues, Landie et moi... Samuel, je n'ai jamais porté ta femme à te trahir. Je ne l'ai jamais contrainte à divorcer." Martine précise tout de go que ce n'est pas sa vie privée qu'elle étale dans «Double corps». Cependant le roman est parti d'histoires connues et qui se déroulent autour d'elle. «Capable de provoquer mais pas engagée», assume l'auteure qui avoue être traversée depuis longtemps par des réflexions relatives au sujet. Le livre a été écrit dans le cadre d'une résidence littéraire en France en juillet 2013. L'auteure confie que certaines de ses fréquentations lors de cette résidence ont renforcé ses convictions pour aller jusqu'au bout de son travail. «Là-bas, conte-t-elle, j'ai côtoyé un bel homme, professeur à Harvard, dont n'importe quelle femme bien dans sa peau tomberait amoureuse. Pour le reste de l'histoire, je dois vous avouer que j'ai frôlé une crise cardiaque quand à une soirée culturelle, l’étalon affirme sans broncher n'avoir connu dans sa vie qu'une seule femme : sa mère. C'est un homme très cultivé. C'est là un ascendant qui éclipse à mes yeux ses habitudes sexuelles». Pour qu'il n' y ait pas de confusion, Martine dit ne pas s'inscrire dans une logique de militantisme LGBT. Son livre a pour but de montrer que le monde avance à une vitesse folle. «En Europe, en Martinique, dit-elle, il n'y a rien de plus normal que de voir deux femmes ou deux hommes se bécoter. Chez nous, même un couple d'hétéros peut risquer des ennuis s'ils le font sur la place publique». Pour les scènes érotiques décrites dans son ouvrage, la comédienne a fait appel à son imagination. Elle a pu visiter aussi quelques sites... «Je l'embrassai. À me réinventer l'esprit, je déshabillai Landie. Longtemps, je regardai ses yeux limpides, détaillai sa bouche, ses seins fermes, dont les deux bouts me dirigèrent droit vers les abysses du plaisir...» peut-on lire à la page 47. Martine nous donne rendez-vous les 4 et 5 juin 2015 à Livres en folie, qu'elle présente comme un univers où lecteurs, écrivains et curieux ont chacun leur monde à découvrir.



Réagir à cet article