Haiti-Rép Dominicaine

Condamnations de l’attaque du consulat dominicain

Des individus non identifiés ont pénétré dans le consulat dominicain sis à Pétion-Ville, s'en sont pris au drapeau dominicain mercredi en marge de la marche des organisations de la société civile. Cette marche, qui visait à protester contre les violences perpétrées en République dominicaine, ne s’est finalement pas démarquée des pratiques dénoncées. Les organisateurs et le gouvernement haïtien condamnent.

Publié le 2015-02-25 | Le Nouvelliste

Les réactions se multiplient en Haïti et en République dominicaine après la marche des organisations de la société civile contre les abus faits aux ressortissants haïtiens en terre voisine. Ce qui retient l’attention des principaux observateurs et de la presse internationale, c’est l’acte perpétré en marge de la manifestation par un petit groupe d'individus non identifiés au consulat dominicain. En effet, ces activistes ont violé l’espace diplomatique, pénétré à l’intérieur du consulat dominicain, et s'en sont pris au drapeau de l'Etat voisin. Par cet acte, ces concitoyens ont commis le même forfait qu’ils dénonçaient, la profanation du drapeau d’un pays ami. « Je vais mal après les images que je viens de voir à la télé », telle a été la première réaction de Jean-Robert Argant, l’un des organisateurs de la marche. « C’est dégueulasse que des gens aillent au-delà de nos consignes. Je me demande s'ils ne sont pas des Conzé payés par des Dominicains ». Le gouvernement haïtien n’a pas tardé à réagir et à condamner la violation des locaux du consulat dominicain. « Le Gouvernement de la République condamne la violation et l’agression regrettables des locaux du consulat général de la République dominicaine à Pétion-Ville par un petit groupe d’individus malintentionnés qui ont trompé la vigilance des organisateurs de cette marche pacifique », peut-on lire dans une note de presse du ministère des Affaires étrangères rendue publique mercredi soir. Plus loin dans la note, le ministère des Affaires étrangères a quand même salué la marche organisée par les organisations de la société civile. « Au nom du Gouvernement haïtien, le chancelier a félicité les initiateurs de cette marche citoyenne qui, a-t-il précisé à leur intention, ne doit pas être interprétée comme une manifestation contre la République dominicaine, mais comme un renforcement des initiatives déjà entreprises par la chancellerie haïtienne pour dire non à la barbarie, non à la haine, respect et paix sur l’île ». Les propos de la chancellerie haïtienne ne peuvent supprimer le regret des organisateurs de voir toutes les belles images de cette journée de manifestation saper par ce qui s’est passé au consulat dominicain. « C’est dommage de les voir violer cette règle que nous avons demandée de respecter. Le respect du drapeau d’un pays. Pour nous, le drapeau est un symbole sacré. Il n’y a aucune excuse à ce que tel drapeau soit brûlé, violé ou déchiré », a martelé Jean Robert Argant contacté par le journal. Le responsable du Collectif du 4 décembre a tenu à préciser que l’action perpétrée au consulat dominicain n’a pas eu lieu sur le parcours de la marche. Tout a pris fin officiellement devant les locaux de l’ambassade dominicaine à l’avenue Panaméricaine, non pas au consulat dominicain de la rue Rigaud. « Les membres du comité d’organisation de la marche condamnent l’acte perpétré au consulat dominicain, a déclaré pour sa part Rosny Desroches. Nous autres, nous ne prônons pas la violence et l’irrespect des symboles des peuples. Tout comme nous ne voulons pas qu’on traite ainsi notre drapeau, nous ne voulons que personne le fasse à un autre. Nous ne sommes pas en quête de vengeance, mais plutôt du respect de notre peuple, de nos ressortissants et de notre drapeau ». Pour Edwin Paraison, ancien ministre des Haïtiens vivant à l’étranger, la marche de ce jeudi est tout simplement historique. « Considérant les différentes couches sociales représentées, on peut dire que cette marche historique est d’une part, le rejet de la campagne antihaïtienne menée de façon militante par des secteurs proches du pouvoir dominicain depuis 1996, selon Edwin Paraison qui n’épargne pas les autorités haïtiennes. D’ autre part, c’est une désapprobation de la gestion des rapports officiels haïtiano-dominicains ». Le professeur Harold Joseph Pierre, qui vit en République Dominicaine, voit les choses autrement. Il croit que la solution n’est pas seulement dans les rues. Il appelle les organisateurs de la marche à prendre des actions concrètes. « Je ne crois pas que cette action soit assez efficace. Il faudrait que les acteurs qui ont organisé la marche d’aujourd’hui définissent des actions structurées pour contrer le racisme anti-haïtien, a-t-il dit. Harold Joseph Pierre appelle, entre autres, les organisations de la société civile haïtienne à s’allier à des organisations dominicaines qui défendent les droits des Haïtiens de l’autre côté de la frontière. Il plaide enfin pour la mise sur pied d’un observatoire des relations haïtiano-dominicaines. Cet observatoire pourrait écrire des textes, des analyses, des réflexions et prendre position régulièrement à travers des articles de presse sur les rapports entre les deux peuples.
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".