Kébert Bastien en résidence artistique au Canada

PUBLIÉ 2015-01-22


Le jeune chanteur Kébert Bastien, de son nom d’artiste Keb, auteur de la musique satirique intitulée « Palè nasyonal », bénéficie en ce mois de janvier d’une bourse de résidence artistique et de création de spectacle au Canada. La bourse lui a été octroyée par le Centre de la francophonie des Amériques. Cette résidence organisée en collaboration avec l’Alliance nationale de l’industrie musicale (ANIM), un organisme qui représente les artistes professionnels de la chanson du Canada français, est consacrée à la création d'un spectacle sous la direction d'un metteur en scène, d'un directeur musical et de musiciens professionnels. Avec des rêves plein la tête, Keb est de ceux qui portent une passion sans nom pour la musique. « La musique est pour moi une arme politique avec laquelle je peux mieux jouer ma partition dans la logique du bien-être par la création artistique », dit le chanteur. Il voit dans le souci du travail un élément incontournable dans son accomplissement. « Ce n’est pas le moment de s’enliser dans l’art pour l’art. Il est grand temps de mettre en valeur capacité réelle et talent, en vue de contribuer à la construction d’une société égalitaire où tous les hommes pourront jouir de leurs droits les plus élémentaires », glose l’artiste, qui se dit plus que jamais dévoué à conjuguer sa vie d’artiste au présent. « Une musique, une phrase, une parole, une poésie, un slam, tout peut participer de la démarche pour la libération intégrale, dans la mesure où tout artiste s’assigne la mission d’y mettre le cœur et l’âme », laisse-t-il entendre. Tout artiste devrait penser à se former pour s’améliorer ; c’est pour lui un élément incontournable. Keb n’est pas de ceux qui ont peur des critiques. Il sait qu’il doit travailler, peaufiner son talent. C’est pour lui une façon de garder son originalité. La bourse offerte par le Centre de la francophonie des Amériques permettra à Kébert Bastien de vivre une expérience exceptionnelle de deux semaines de perfectionnement professionnel en français, avec des formateurs chevronnés, favorisant les échanges entre une douzaine d'artistes provenant d'horizons francophones variés des Amériques. L’artiste, qu’on rencontre dans tous les coins et recoins du centre-ville, se dit en quête permanente de musique pour sustenter sa soif artistique. « On me voit partout, on me le reproche aussi, mais c’est là que se trouve le libre élan de mon inspiration », explique Kébert. Il semblerait que les petites notes, les titres et les mélodies qu’il cherche sont toujours en cavale. Son album intitulé « Pwenn fè pa » sortira en mai 2015.



Réagir à cet article