Dewitt Peters

MÉMOIRE

Publié le 2014-11-11 | Le Nouvelliste

Si vous avez le moindre intérêt pour l’art haïtien, vous avez sûrement entendu parler de Dewitt Peters. C’est un personnage qui, pour l’histoire, mérite d’être mieux connu. Aussi, avant que ne se termine cette année qui marque les 70 ans du Centre d’art qu’il a fondé, il est bon, pour la mémoire, d’avoir une pensée pour Dewitt Peters, l’homme et surtout l’artiste. C’est en 1943 que Dewitt Peters arrive en Haïti, dans le cadre d’un programme d’échanges avec les États-Unis. Sa mission était d’enseigner l’anglais dans les lycées de la capitale, notamment au Lycée Pétion. Il fut vite frappé par le fait que dans ce pays d’un si grand potentiel artistique, il n’y avait aucune institution capable d’encadrer les artistes et de faire connaître leurs talents. Avec le support de l’Institut haïtiano –américain, il créa une section artistique au sein de cette institution puis, aidé par des artistes et intellectuels haïtiens, et soutenu par le gouvernement d’Élie Lescot, il créa le Centre d’art, inauguré en mai 1944. Nous savons aujourd’hui le rôle qu’a joué le Centre d'art dans l’épanouissement de l’art en Haïti. Nous savons que nombreux ont été ceux qui, de toutes les couches de la société haïtienne, sont venus apporter leur contribution à «l’école haïtienne», cette école dont on saurait aujourd’hui très peu si Dewitt Peters n’avait pas rêvé d’un musée comme une suite logique de cette mission que s’était fixée le centre. Dewitt Peters était un artiste initié à la peinture par son père Charles R. Peters. Après ses études classiques, il fut tour à tour étudiant à l’Art Student League de New York puis disciple de Maurice Sterne (1878-1957) qui fut, en 1933, le premier artiste américain à avoir une exposition individuelle au Musée d’art moderne de New York. C’est lui qui encouragea Peters à séjourner à Rome pour apprécier les œuvres des grands maîtres italiens. Peters séjourna ensuite à Paris où il fut le disciple de Fernand Léger (1881-1955). Dewitt Peters expose pour la première fois à New York à la Sunwise Turn Gallery qui représentait des artistes américains aussi célèbres que Charles Burchfield (1893-1967) et Henri Varnum Poor (1888-1970). Cependant, aux dires de ceux qui l’ont connu, Pierre Monosiet, entre autres, Dewitt Peters était un homme tellement discret, effacé même, qu’il a fait peu de cas de sa carrière en arrivant en Haïti. On sait qu’il a participé à l’exposition inaugurale du Centre d’art avec douze aquarelles et une peinture à l’huile. Depuis, il n’aurait jamais rien montré de ce qu’il faisait, sauf en privé à ses amis. Heureusement que grâce à des dons de parents et d’amis, le Musée d’art haïtien possède plusieurs aquarelles de Dewitt Peters, un moyen d’évaluer son talent, ses connaissances étendues du monde de l’art et d’apprécier sa grande sensibilité. De prime abord, ces œuvres de Peters apparaissent authentiquement américaines. Il s’inspire d’images familières. Pourtant, c’est un art introspectif, à la limite du symbolique. Il s’est intéressé à la banalité de ce qui l’entourait, à la solitude. Ses portraits sont ceux de personnages pensifs, réfléchis. Cet ensemble d’aquarelles proposent une diversité de styles, une diversité de thèmes qui montrent ses préoccupations esthétiques. Cette variété indique aussi et surtout les influences qu’il aurait subies, les choix qu’il eut à faire. La plus ancienne aquarelle de cette série date de 1933 et est particulière. Elle représente un paysage urbain, celui d’Arcila, ville marocaine au sud de Tanger. C’est une vue plongeante où l’on voit des toits autour d’un minaret. Tous ces éléments cependant laissent l’impression d’être un prétexte pour mettre en valeur l’aspect géométrique de ce paysage qui s’offrait à lui. Fernand Léger qui, comme on l’a dit, avait été son maître, lui avait sans doute communiqué son amour des formes et des volumes. En effet, au cours de sa carrière, Léger avait manifesté un grand intérêt pour les paysages urbains, leur géométrie évidente, surtout au niveau des toits. Cette référence à Léger, ramènerait par ailleurs cette aquarelle plus loin, à Cézanne, pour ce qui est de la fluidité des passages entre les plans. Le choix du paysage urbain n’est pas dû à la seule influence de Fernand Léger. Pour des raisons diverses, la ville a attiré l’attention de plusieurs artistes américains des années 1910-1930. Pour certains, c’était un moyen de concilier le vocabulaire des formes cubistes à une réalité américaine, une manière prudente de faire face à ce traditionalisme qui prévalait alors et aussi aux tendances isolationnistes et introspectives qui ont suivi le crash financier de 1929. Dans cette tendance à américaniser la peinture, à tenter de lui donner son autonomie par rapport à l’avant-garde européenne, la peinture basée sur l’observation directe était de rigueur. Le tableau Ombre et lumière, par son titre, confirme déjà que le sujet, encore une fois, n’est que prétexte à une œuvre dans laquelle les éléments réalistes : maisons, toitures, fenêtres, ombres et montagnes, ne sont que des formes géométriques qui entrent dans une construction à l’allure abstraite et qui pourtant s’allie à ce réalisme qui devait définir la peinture américaine. (à suivre)
Gérald Alexis Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".