Sébastien Thurière, un Grenadye exceptionnel

PUBLIÉ 2014-10-13


Le public haïtien a retrouvé son Jeff Louis, auteur d'un but splendide contre la Guyane mercredi ; son Jean Sony Alcénat, auteur de deux joyaux contre la Guyane et contre la Barbade ; son Belfort Kervens Fils, auteur d'un doublé contre la Barbade ; son Wilde Donald Guerrier, auteur d'un but contre la Barbade et qui a fait des misères au portier de Saint-Kitts mais sans succès. La nation a aussi revu son Frantz Bertin, son Judelain Aveska, son Jérôme Meshack, son Kim Jaggy, son Réginald Goreux, son Pascal Millien, son Dominique Zéphyrin, et découvert Amos Beaucéjour, Benderlin Beaubrun et même Telfort Mancini. Mais c'est surtout la révélation de Sébastien Thurière à la récupération qui aura retenu l’attention. Né le 6 janvier 1990 à Saint-Petersbourg aux États-Unis de parents émigrés, ce jeune milieu de terrain de 1,85 m a séduit. Simple dans son jeu, impeccable dans ses passes, toujours disponible pour le porteur du ballon et avec une vision intéressante, il a été ce métronome de l'équipe haïtienne qu'on aurait tant souhaité voir évoluer aux côtés d'un bon Monuma Constant Jr. Certes, Sébastien Thurière a été moins bon lors de la dernière rencontre, mais comment pourrait-on exiger d'un registra de cette trempe qu'il soit aussi efficace pendant 270 minutes de jeu quand il a dû évoluer sous l'averse du vendredi et jouer pratiquement deux rencontres en une seule à cause de l'arrêt imposé par les éclairs et l'orage ? On ne peut pas le comparer à Andrea Pirlo, ni même dire qu'il est un Carlo Marcelin ou un Wilfrid Montilas, cependant s'il continue de progresser avec le talent et l'éclairage qu'il a apporté dans le jeu durant cette phase des éliminatoires il est évident que Sébastien Thurière pourra tous les dépasser. Chapeau, l'artiste !



Réagir à cet article