Confidences et révélations d’un nonagénaire

Publié le 2014-07-15 | Le Nouvelliste

Culture -

Dans le cadre agréable d’une maison de plage de la Côte-des-Arcadins, j’ai eu récemment l’occasion de rencontrer une nouvelle fois le Dr Gérard Boyer. Le plaisir de telle retrouvaille m’a procuré l’immense sensation de revoir, à travers le personnage, mon père, feu le Dr Timothée Paret. Ce sentiment venait du fait qu’ils étaient de la même génération et qu’ils s’étaient retrouvés tous deux à Paris en 1946 pour élargir leurs connaissances en science médicale, dans le cadre d’un accord culturel franco-haïtien. Ce qui fit d’eux, à leur retour à Port-au-Prince, les premiers « praticiens spécialisés » en dermatologie et en pédiatrie. Dans cette fournée, on retrouvait aussi le professeur Roger Gaillard pour des études de lettres et le professeur Jean-Baptiste Romain dans le domaine de l’ethnologie. Depuis sa retraite après une longue carrière de clinicien dermatologue de cinquante ans (1939-1989) et de professeur à la Faculté de médecine durant trente-six ans (1952-1988), j’avais, à de rares occasions, l’opportunité de le côtoyer. Cependant je gardais encore de lui le portrait que me faisait l’un de ses anciens étudiants de la fac de médecine : « Un professeur émérite dont la compétence et l’élégance laissaient percevoir une posture d’Éminence. » J’ai su que, depuis la cessation de ses activités professionnelles, il résidait dans l’atmosphère calme et reposante de Fermathe en compagnie de son fils Victor, dermatologue comme lui, sous le regard vigilant et attentionné de sa fille Poupette, digne émule de sa femme Laura. C’est, à n’en point douter, cet environnement privilégié qui lui vaut cette mine resplendissante d’une « gaillarde vieillesse ». Car à 98 ans, à 2 ans de l’apothéose de l’existence humaine, seuls les éons de Dieu auraient pu accorder au Dr Gérard Boyer une telle vitalité. Une énergie qui défie le temps en préservant ses neurones cérébraux de tout dommage, tout en lui garantissant une plume alerte, inspirée qui nous vaut la publication de son: « DERNIER CAHIER », après un premier essai qui avait pour titre : « MEMINI ». Il m’avait fait l’amitié de me dédicacer, ainsi qu’à ma femme, son dernier ouvrage. Une marque d’attention qui nous honore et nous va droit au cœur. Je l’ai parcouru d’un trait, tant l’écriture est d’une sublime délicatesse et d’une franche communication. Sans autre prétention que celle d’être agréable à ses lecteurs, il se laisse aller à la confession en disant : « Isolé, solitaire, l’avenir aboli, mon fugace présent se délecte à locher l’arbre des souvenirs pour satisfaire la curiosité des miens. Je m’attarde d’autrefois à feuilleter le riche album de mon passé, savourant l’impérissable saveur des choses d’antan. Certaines sont éclairantes et méritent d’être connues. » En ajoutant avec sagesse : « Hasard et nécessité, avec ou sans notre collaboration, tissent la toile de tout destin. » Ainsi se déroulent ses confidences et révélations, ponctuées parfois d’un humour mordant sans méchanceté, mais aussi pleines de déceptions et d’amertumes. Ayant perdu pratiquement tous ses proches, il paraît comme le « Dernier des Mohicans » d’une vie qui lui a apporté de grandes joies, tout en s’accompagnant de profonds chagrins. La réussite de sa vie familiale et professionnelle, mais aussi la disparition d’êtres chers tels sa femme Laura qu’il a connue dès l’adolescence et avec qui il a passé une existence d’amour et de partage, son frère Yvon et sa belle-sœur Paula, victimes d’un grave accident de voiture qui causa leur mort. La perte de son frère benjamin Hervé, éminent économiste, à qui il rend hommage. Et bien d’autres séparations d’amis et de parents qu’il tenait en estime. De ses souvenirs, il tire des personnages dignes de respect et de considération, tout en dénonçant des situations burlesques auxquelles participent certains individus loufoques de la société. Il déplore les insuffisances de notre enseignement scolaire et universitaire qui n’offre que médiocrité à notre jeunesse. Comme médecin attaché au corps de santé des F.A.D’H depuis 1942, il a eu l’opportunité de côtoyer des personnalités de haut rang impliquées dans la vie sociale et politique du pays. Ses relations dans la fonction publique l’ont amené à rencontrer de nombreux chefs d’État, du président Elie Lescot au président François Duvalier. Tous, tenant compte de sa compétence et de sa probité, lui ont toujours témoigné un profond respect et une inestimable reconnaissance pour le travail fourni dans le domaine de la santé publique en Haïti. C’est en quelque sorte le témoignage d’une tranche de vie d’un médecin patriote haïtien à qui la société doit une certaine reconnaissance pour être le premier à avoir mené dans le pays, avec la collaboration de la « Fondation Follerau » et les œuvres du cardinal Léger, une lutte incessante contre la lèpre. Pour que se poursuive son travail, même par la pensée, nous souhaitons que ce « DERNIER CAHIER » ne soit pas vraiment le dernier témoignage que nous offre ce brillant intellectuel. N.B. Le public est invité à la vente-signature qui aura lieu le dimanche 20 juillet 2014, à partir de 10 heures, au numéro 119 à l'angle des rues Vilatte et Faubert (en face de Mac Epi).

Robert Paret, Pèlerin, juillet 2014 Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".