Livres en folie

« Zoune chez sa ninnaine » de Justin Lhérisson

Publié le 2014-05-30 | Le Nouvelliste

Justin Lhérisson (1873-1907) est un auteur assez original. Pour deux raisons particulières. Primo, pour les thématiques abordées dans ses œuvres et, secundo, pour la technique de composition de ses textes. On pourrait aussi ajouter pour sa façon de traiter des sujets sérieux sans pour autant tomber dans la banalité. En témoignent les deux audiences qu’il nous a laissées : « La famille des Pitite-Caille » et « Zoune chez sa ninnaine ». En effet, le dernier récit de Lhérisson, « Zoune chez sa ninnaine », publié pour la première fois en 1906 et repris en 2013 par Jebca Éditions, est une œuvre qui met en relief les travers de la société haïtienne de l’époque de l’auteur. Des mœurs de chez nous. Le récit porte sur la domesticité. Un phénomène qui, jusqu’à présent, ronge la société haïtienne du XXIe siècle. Autrement dit, « Zoune chez sa ninnaine » est un livre qui a marqué le temps. C’est un livre d’actualité et non d’époque. L’histoire nous est rapportée par Golimin, l’homme le plus expérimenté de la République. Elle se passe en 1818. Nous sommes sous le règne de Jean-Pierre Boyer. L’époque des baïonnettes, dit Justin Lhérisson. Zoune, de son vrai nom Zétrenne, est confiée à sa marraine, madame Florida Boyotte, pour échapper à la misère qui frappe la localité de « Pays Pourri », son lieu d’origine. Une zone très reculée de la commune de la Croix-des-Bouquets. Elle n’a que 10 ans à son arrivée en ville. À 16 ans, la voilà devenue une jeune femme qui attire les regards. Elle est convoitée par tous les hommes de son quartier; y compris le colonel Cadet Jacques, l’homme de sa marraine. Celui-ci est incapable de résister à ses charmes. Après l’avoir harcelée et agressée en maintes occasions, il a essayé de la violer. Prise de panique et d’une crise de jalousie, madame Boyotte expulse sa filleule de chez elle. Zoune chez sa ninnaine est un récit plein d’humour et de sérieux. Ironique aussi. Si Justin Lhérisson utilise le rire comme l'a fait Molière trois siècles avant lui, ce n'est que pour porter le lecteur à réfléchir et à corriger ses moeurs. Justin Lhérisson, Zoune chez sa ninnaine, Jebca Éditions, 2013, 154 pages.
Mirline PIERRE / liline_2025@yahoo.fr Auteur

Réagir à cet article