Destination l’île de La Tortue, un trafic pourtant à risque

Bon nombre de personnes empruntent, chaque jour, en voilier, le trajet Port-de-Paix / l’Ile de La Tortue. Un voyage qui n’est pourtant pas sans risque, puisque les barques ne disposent pas de matériels de secours en cas de naufrage. Cependant, les capitaines de ces embarcations ne se souviennent même pas la dernière fois qu’un tel événement s’était produit au canal de La Tortue.

Publié le 2014-04-04 | Le Nouvelliste

Economie -

Le tableau présenté sur le petit wharf privé, aménagé depuis quelque temps par un homme d’affaires de la ville de Port-de-Paix, est le même chaque jour. Aux abords de l’embarcadère, des voiliers qui assurent le trajet entre l’île de La Tortue et Port-de-Paix, s’accostent, débarquent et rembarquent pour l’un de près d’une dizaine de ports à l’île de La Tortue. Les gens qui vont sur l’île doivent attendre la barque de sa destination qui y retourne. Ces voiliers qui arrivent généralement chargés de marchandises, habituellement du charbon de bois, laissent Port-de-Paix avec des produits de première nécessité destinés à être revendus. En effet, les 13 kilomètres de mer environ qui séparent Port-de-Paix et l’île de La Tortue sont, chaque jour, parcourus lors du trafic entre les deux communes. S’il y a du vent sur la mer, les voiliers vont plus vite. En dehors de toutes les normes requises, les capitaines de petits voiliers de l’île de La Tortue les pilotent à leur guise sans considération pour les passagers qui quittent cette partie d’Haïti ou y reviennent. Si les naufrages sont très rares dans le canal de La Tortue, les conditions de voyage des passagers sont pourtant pitoyables et précaires. « Il n’y a même pas de sauvetage pour les passagers », a regretté un homme dans la trentaine qui se rend sur l’île. Admettant que les voiliers ne sont pas bien équipés pour transporter des passagers en haute mer, Philippe Aristide, un capitaine de voilier depuis plus d’une dizaine d’années, croit savoir pourquoi. « Dieu est toujours avec nous », laisse-t-il entendre dans un gai sourire, soulignant que, depuis qu’il pratique le métier de conduire les barques, il n’a jamais été témoin d’incidents malheureux au canal de La Tortue. D’ailleurs, le capitaine explique qu’il n’aime pas piloter lorsque la mer est calme. « Nous prenons plus de temps pour atteindre les rives », dit-il, rassurant qu’il n’y a pas de danger dans la mer lorsqu'on se rend à l’île de La Tortue. En fait, la vie des passagers qui vont à l’île de La Tortue ou reviennent à Port-de-Paix via le canal de 13 km est entre les mains de trois ou quatre marins constituant l’équipage d’un voilier. « Nous sommes responsables de transporter des vies à bon port, nous faisons toujours tout ce que nous savons pour la traversée du canal de La Tortue », a déclaré M. Aristide, soulignant que son voilier transporte une trentaine de passagers. Pour prendre place à bord d’un voilier, le passager aura besoin de 50 gourdes si les conditions de voyage sont normales pour les capitaines de voiliers. Le prix et la durée en mer dépendent, selon Philippe Aristide, en grande partie des conditions de la mer. « Quand le vent souffle, on peut prendre entre 35 et 45 minutes pour arriver à l’île de La Tortue et le passager paie seulement 50 gourdes », a expliqué le capitaine, indiquant qu’à ce moment, les barques font usage de leurs voiles. Mais si la mer est calme, le capitaine Aristide indique que les voiliers utilisent leur moteur. « Et on prend plus de temps sur le trajet, donc les passagers paient 100 gourdes », fait-il remarquer. Les barques du circuit, en raison de leur exiguïté, ne peuvent transporter les passagers que sur le pont de celles-là. L’intérieur est généralement réservé aux marchandises. « Quand nous sommes transportés dans les barques à moteur, nous ne sommes pas trempés par les eaux salées », a indiqué une commerçante qui fréquente plus d’une fois par semaine le canal de La Tortue. Cette dame a expliqué que lorsque la mer est agitée, les passagers sont parfois à la merci de Dieu. « Sans sauvetage et autres équipements de secours, ce trafic est parfois très risqué », a-t-elle reconnu. Faisons remarquer que le charbon de bois est le principal produit qui vient de l’île de La Tortue. Chaque voilier en apporte son lot. Le produit a trouvé un marché intéressant à Port-de-Paix. D’ailleurs, tout près du quai, un marché de charbon a été improvisé et a perduré.

Carlin Michel
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".