ACCORD EL RANCHO/SENAT

Le sénateur Steven Benoit entre pardon, aveux et dénonciations

Estimant qu’il a été pris au piège, le sénateur Steven Benoit regrette d’avoir signé l’accord d’El Rancho pour le président du Sénat. Il présente ses excuses à la population tout en dénonçant une tentative visant à « l’éliminer de la scène politique».

Publié le 2014-03-24 | Le Nouvelliste

Pour se refaire une santé, le sénateur Steven Irvenson Benoit, objet de critiques acerbes, a présenté lundi ses excuses à la population pour avoir accepté le mandat du président du Sénat pour parapher l’accord d’El Rancho. L’ancien député de Pétion-Ville estime qu’il a été piégé dans la signature de l’accord issu du dialogue interhaïtien. « Je présente mes excuses à la population, a confessé Steven I. Benoit. Je reconnais que j'ai pris une décision impopulaire. J’ai commis une grave erreur en signant un document sans en prendre connaissance. J’ai eu un grand tort, car je ne devais pas m’engager à signer à la place de quelqu'un d'autre. Ce qui est plus grave, c’est qu'au moment de la signature il n'existait qu'un seul exemplaire dans la salle. Je n’avais pas le temps de le lire effectivement avant de le signer. C’était aussi le cas pour touts les autres signataires. » Faisant ses aveux, le parlementaire indique que « tous les signataires ont tout simplement signé l’accord de bonne foi. » C’est quand même une chose très grave, s’est-il désolé avant d’ajouter que le processus de la signature a été mal fait. Qui pis est, dit Steven Benoit, il a engagé le pays dans un document qui n’existe même pas encore. « Car nous n’avons pas encore le texte original en notre possession », insiste-t-il avant de dire qu’il « assume pleinement son erreur ». « J’ai eu tort. Je n’ai pas à blâmer personne d’autre. J’assume ma responsabilité. Prochainement, je saurai me rattraper. Mais ce qui est sûr, aujourd’hui, je suis la principale victime du dialogue », souffle-t-il, soulignant qu’il y a beaucoup d’irrégularités dans l’accord. « J’ai été piégé. On veut en finir avec moi », lâche le sénateur sans toutefois indexer personne. L’article 12 relatif à l’amendement de la loi électorale est l’article qui pose le plus de problèmes dans l’accord. Il stipule : « Au cas où l’amendement de la loi électorale ne serait pas voté par le Parlement, les parties constateront que le Conseil électoral est dans l’impossibilité matérielle pour appliquer les articles visés, donc ces derniers seront mis en veilleuse ». A partir de la date de la signature de l’accord, le Parlement a dix jours francs pour amender cette loi électorale qui n’y est pourtant pas encore acheminée. C’est, d’après Steven Benoit, l’exécutif, par l’entremise des conseillers du chef de l’Etat, qui a proposé cet article conflictuel.« J’en appelle au président du Sénat et à celui de la Chambre basse de convoquer les parlementaires pour statuer sur l’accord. Il paraît de plus en plus que les deux chambres vont le rejeter. L’Accord devait être en principe invalidé», a reconnu le parlementaire qui s'est contenté du dossier de salaire minimum pour refaire son image. « Je vais reprendre sou peu mon dossier relatif au salaire minimum», a-t-il dit laconiquement. Avant de signer l’accord, a rappelé Steven Irvenson Benoit, trois membres du bureau du Sénat ( Dieuseul Simon Desras, Steven Benoit et Andris Riché ) avaient rencontré le président Martelly sous l’insistance de la CEH. « Nous avions clairement dit que toutes modifications apportées au document qui sont contraires à la Constitution seront rejetées d'un revers de main. Nous avions clairement exprimé que l’article 12 dudit document est inconstitutionnel. J’espère que la Conférence épiscopale rendra publics un jour les procès-verbaux des rencontres afin de voir ma position. » Selon le sénateur Benoit, la signature de l’accord sert de prétexte à ses détracteurs pour tenter de l’ « éliminer de la scène politique ». « Mais, ils ne pourront pas m’éliminer fort heureusement. De « petits politiciens » ne pourront pas en finir avec moi ! Je n’ai peur de personne sur la scène politique. Il me reste deux ans comme sénateur. Je continuerai à venir ici au Sénat quotidiennement pour faire mon travail. Je continuerai de voter selon ma conviction », a fulminé le sénateur dont le mandat arrive à échéance en janvier 2017. « J’ai été élu pour un mandat de six ans pour faire un job. Je ferai tout mon mandat. Je suis entré au Sénat par la grande porte, je sortirai par la grande porte… » De toute façon, a conclu celui qui a signé pour le président du Sénat, c’est pour la toute dernière fois que j’ai décidé de parler de ce dossier. « Je n’ai pas à rechigner. J’avais signé l’accord. Je l’ai signé en toute bonne foi. J’avais assisté à toutes les assisses du dialogue à l’hôtel El Rancho », a-t-il poursuivi, regrettant que le dialogue politique « n’a pas pu aboutir à ce qu’il devait aboutir ».« Est-ce moi qui ai rédigé l’accord ? Non. C’est bien la Conférence épiscopale à travers le consensus trouvé entre les différentes parties. Moi, je suis à l’écoute. Je vois que la population a dénoncé l’accord… »
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".