Carnaval 2014

Sommes-nous des naïfs ?

Publié le 2014-02-28 | Le Nouvelliste

Moi qui me fais des exigences, comme lecteur critique, quand il s’agit de littérature, je n’ai pourtant jamais compris pourquoi je ne me suis guère intéressé au texte des chansons. La musique n’est-elle pas son, rythme et tangage des corps ? Le texte, je l’ai toujours pris pour un prétexte. Mais quand on nous impose une chanson, partout, on finit quand même par se demander « que dit le chanteur ? ». Cela est chose courante à Port-au-Prince, car bien révolu est le temps où l’on choisissait ses propres chansons. Le chauffeur de camionnette ou l’animateur de radio le fait à votre place. Qu’importe que vous soyez amateur de jazz, de racine, de rap ou de rabòday. C’est dans ces conditions que j’entends partout, à longueur de journée, la chanson convertie en méringue carnavalesque titrée « Ti Mamoun ». Mais, me direz-vous, faut-il qu’après avoir passé plus de quatre heures dans un embouteillage à Delmas à cause des festivités carnavalesques, avec en boucle la chanson de J-vens qui frappe sans cesse à nos tympans, faut-il, venir vous en parler en plus ? Si le chanteur, de sa voix aigue qui ne manque pourtant pas d’arrogance, donne l’impression qu’il fait la leçon aux jeunes filles non studieuses, il n’épargne pas la gent féminine des propos malsains comme « manman volèz, limenna… ». « Ti mamoun » serait ces jeunes filles pour qui le sexe est monnaie courante, marchandise et seul héritage familial. Nul ne vous dira que cela n’existe pas. Nous sommes loin de la première chanson qui en parle. Et je ne vous en parlerai pas. Mais en dépit de tous les reproches qu’on peut faire au texte, ceci est valable pour la plupart des chansons haïtiennes, il faut admettre que nous, Haïtiens, aimons le tambour, le rythme, le rara donc le « beat » ou le « rabòday ». Le rabòday a ceci de particulier, et les amateurs de musique savante ne seront peut-être pas d’accord, qu’il nous fait penser que la vie ne doit toujours pas être prise avec sérieux. Qu’il faut danser. Se laisser aller. Bouger. S’oublier et vivre sa cadence. Et nous voilà revenu au texte considéré comme prétexte, car avant qu'un mot soit mot, c’est-à-dire, avant qu’il renvoie à une chose ou à un fait, il est son. Donc tout mot est musique. Et la musique requiert un don de soi. Voilà pourquoi ces genres de chansons rencontrent du succès chez nous. Est-ce bien dommage? De la naïveté ? Faut-il qu’en dansant vous vous demandiez ce que vous dansez ?
W Charles
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".