Exposition/ Collages

Parchemins: mémoire et symboles

Publié le 2013-12-13 | Le Nouvelliste

Par Nélio Joseph Les Ateliers Jérôme exposent sur le thème Parchemins des œuvres de la plasticienne Pascale Faublas. Toute l’essence de cette exposition réside dans les matériaux que l’artiste expérimente, les techniques personnelles qu’elle forge pour créer des formes abstraites, des lignes et construire un monde fantasmagorique, imaginaire et imaginé où se côtoient et se battent des êtres moitié bêtes, moitié anges. Dans Parchemins, la terre rouge est associée à l’encre pour donner une espèce d’aquarelle collée sur du papier de riz chinois brûlé ou jauni pour marquer l’idée du temps, de la mémoire. Temps et traces de création Le temps est une donnée fondamentale dans les œuvres de Pascale Faublas. Il est exprimé à travers les traces laissées par le feu qui caractérisent la force de la technique de l’artiste. Le temps est une invention humaine, disait un philosophe ; mais chez Pascale, il est surtout création et symbole d’une quête perpétuelle pour la reconquête de notre identité collective, de la réappropriation de nos valeurs qui subissent constamment les assauts répétés d’une mondialisation étouffante et hautement sélective. Un appel au dépouillement L’exposition Parchemins ne s’inscrit pas seulement dans le temps ; elle se situe dans l’espace : la nature. Dans cette nature, la mer trouve une place prépondérante. Les formes humaines et spirituelles s’y baignent à cœur joie. Et l’eau, comme le feu, est symbole de purification. Il y a là, dans les œuvres de Pascale Faublas, un appel à nous dépouiller de notre nature charnelle pour entrer dans la lumière, dans le monde de la métaphysique. Nous avons besoin de cette transcendance pour sortir du chaos séculaire dans lequel nous sommes enfermés. L’imaginaire de la plasticienne est baigné dans la mer, pour y avoir vécu au bord à Jacmel. Pour elle, la mer a une dynamique spéciale ; elle est donc source d’inspiration créatrice. On comprend pourquoi l’eau est si présente dans ses œuvres. Née en 1961 à Port-au-Prince, Pascale Faublas a débuté dans l’artisanat avant d’embrasser la peinture qu’elle considère comme un moyen d’expression personnelle et individuelle. Elle s’exerce également dans l’art de la récupération et prépare actuellement l’exposition « Res K P», faites de morceaux de bois vomis par la mer, qu’elle présentera bientôt au grand public. La plasticienne a déjà exposé ses œuvres en Haiti et à l’étranger. Nélio Joseph
Nélio Joseph Auteur

Réagir à cet article