Rachid Badouri amoureux d'Haïti

PUBLIÉ 2013-07-09
Sous la houlette de Dream Promo, qui relance ses éditions « Stand Up for Haiti » version francophone, deux humoristes, Rachid Badouri et Eddy King, seront au Karibe ce samedi 13 juillet, à partir de 9 heures pm, pour une soirée baptisée « La nuit du rire ». Admission 40 USD.


J'avais adoré Sugar Samy, en décembre de l'année dernière. Ses blagues épicées saupoudrées d'un créole comique avaient explosé la salle remplie du Karibe lors de ce « Stand up for Haiti ». C'est donc tout à fait naturel que je ne veuille pas rater Rachid Badouri et Eddy King ce samedi. De l'humoriste québécois Rachid, je ne connaissais pas grand-chose, à part quelques vidéos survolées sur Youtube quand je farfouille le net à la recherche d'humoristes pour égayer mes journées moroses... rien de bien concret. Eddy King, quant à lui, je le découvrais à peine. Quand Hugline Jérôme, responsable de Dream Promo et organisatrice de la soirée propose à Ticket des entrevues au téléphone avec les deux artistes, c'est avec plaisir que nous acceptons. Ma collègue Daphney s'étant chargée d'Eddy King, je me retrouve donc avec Rachid Badouri au téléphone, ce mardi après-midi. « Alloooo », répond-il gaiement dès la première sonnerie. Et le cocasse accent québécois m'envahit les oreilles... « Oui, bonsoir, j'appelle d'Haïti. C'est pour une interview », annoncé-je, un peu hésitante. « Ah, oui ! S ak paseee ?! N ap kenbe piti piti », me lance l'humoriste dans un créole presque parfait. J'éclate de rire. Lui aussi. Et la glace se brise. « Je suis Rachid Badouri, Québécois d'origine marocaine berbère, jeune humoriste de 17 ans.... Non, ce n'est pas vrai, j'ai 36 ans », dit-il pour se présenter dans un fou rire contagieux. L'artiste a connu tous les métiers. Rachid commence à travailler pour la compagnie Air Transat en 1997 comme agent de bord. En 1999, il monte son premier numéro, qui porte sur l'immigration, pour un spectacle de « Juste pour Rire », le festival d'humour organisé chaque année à Montréal. Après avoir roulé sa bosse un peu partout, il commence véritablement sa carrière en envoyant un DVD à plusieurs stations de télé et de radio. Lancé officiellement en octobre 2010, son premier one-man-show, « Arrête ton cinéma ! », s'est vendu à plus de 100 000 places en moins d'un an. Un record. D'un ton badin, l'humoriste parle de lui en égrenant des anecdotes amusantes tout au fil de notre conversation. « J'ai été élevé dans une communauté antillaise. Il y avait aussi beaucoup d'Haïtiens... Je connais très bien votre gastronomie, j'en raffole d'ailleurs. Au moment où je vous parle, je salive devant mon dîner (riz collé aux haricots noirs avec du poulet grillé). Cette communauté dont je vous parle m'a tout appris, du zouk au compas, en passant par le hip-hop... tout ! Je ne savais même pas danser. Quand je bougeais avant, les gens pensaient que je faisais une crise épileptique. » Pas besoin d'aller plus loin, Rachid avait conquis mon coeur. Je trouvais craquant même son crâne rasé et son visage de pitre. Papa Badouri, le surnom que Rachid donne à son père, est présent dans tous ses sketchs. Pour prouver qu'il connaît bien le peuple haïtien, l'artiste me confie : « J'ai un ami haïtien de longue date. Quand je l'ai présenté à mon papa quelques années plutôt, il a tout de suite voulu rencontrer le père de celui-ci. Il disait ''Je pourrai dire au papa de ton ami de te frapper si tu n'obéissais pas et vice versa. Mais si je disais cela aux parents de tes amis québécois, ils appelleraient la police. Vivement quelqu'un qui comprenne qu'un enfant a besoin d'être discipliné !'' » Marié depuis deux ans « à la plus belle femme du monde », une Québécoise d'origine syrienne qui s'appelle Julie, Rachid est un homme de famille. « Elle est blonde aux yeux bleus. Quand je l'ai vue pour la première fois, je ne savais pas qu'elle était d'origine arabe. Donc quand elle a ouvert la bouche pour parler arabe, je croyais qu'elle s'étouffait », raconte-t-il en riant. Fan de Anthony Kavanagh, de Gad Elmaleh, de Ellen Degeneres et Kako, Badouri estime que faire de la comédie est un don de Dieu. Habitué à performer avec le jeune Eddy King, qui ouvrait ses spectacles quand ce dernier se lançait, Rachid Badouri arrive en Haïti ce vendredi. Il y reste quatre jours. Oui, il a hâte de visiter, mais il veut surtout manger, manger et encore manger. Plus qu'heureux de finalement fouler le sol de ce pays qui lui rappelle tellement le Maroc, le comédien sait déjà qu'il va passer un moment merveilleux. « Vous êtes chauds, vous les Haïtiens, et j'adore ça. Je vais donner le meilleur de moi. Et j'espère que vous serez satisfaits ! » Et comme pour clôturer l'entrevue sur une note joviale, il me lance en riant : «  Je veux te rencontrer samedi. Et s'il te plaît, apporte-moi du riz collé et des bananes pesées. Merciiii ! » A samedi donc, monsieur Badouri !

Gaëlle C. Alexis



Réagir à cet article